AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En route vers Techyo ! (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Mar 24 Aoû - 23:09

La soirée se poursuivait, toujours dans un silence lourd, et pour éviter de s’évanouir une nouvelle fois de fatigue, Melena dû ingurgiter une autre de ses rations de survie déshydratée en plus d’une des pommes conservées par son amie. Depuis le début de leur périple, elle devait presque avoir consommé pour une journée de vivre, et si le paquetage était prévu pour une semaine, alors elle n’en disposait plus que pour 6 jours. Cette sombre constatation n’annonçait rien de bon quand on savait qu’il leur restait encore une bien longue route à suivre, et qu’en dehors de la forêt, ils n’allaient peut-être pas pouvoir trouver de quoi manger ci et là.
Le ricanement d’une des créatures noctambules retentit dans la nuit, faisant sursauter l’irlandaise qui se retourna vivement pour surveiller ses arrières et partant de cela, la réflexion d’Alex quant à savoir quoi faire pour la nuit tombait au mauvais moment. Depuis quand se permettait-il de prendre des airs de chef qui apportait ses lumières à sa bande de moutons éperdus ?! Qu’est-ce qu’il croyait ? Qu’elle était assez idiote pour ne pas se rendre compte que la nuit tombait et qu’elle apportait avec elle ses dangers habituels ? N’était-ce pas lui qui avait débarqué comme une fleur inattendue qui et qui les suivait par nécessité pour sa survie ? Lui-même qui avait peur de se faire rejeter pour son inutilité.
La nécrophobe allait ouvrir la bouche pour lui faire une remarque cinglante, mais voilà qu’un oiseau identique à celui qu’il avait fait taire plusieurs heures plus tôt lui fit une bonne farce qui déclencha chez elle une vague d’hilarité qu’elle s’efforça d’étouffer pour ne pas faire de bruit. Elle allait s’assoir au pied d’un arbre, l’étui de son pieu en main, et contempla le dégouté chronique avec un sourire en coin.

- Si tu te sens si à l’aise pour faire le chef quand il faut donner des instructions, tu pourrais aussi mettre tes idées en pratique non ?!

Elle parlait d’une voix basse, guettant les alentours avec un brin d’anxiété qu’elle ne pouvait pas cacher.

- Le feu nous protège, mais il les attire. Si on reste dans le noir sans bouger, et sans faire de bruit, il y a des chances qu’ils ne nous remarquent pas… après tout, la première nuit, Jade et moi avons dormi sans aucune protection, et nous sommes vivantes. Pour nous quatre, on a qu’à instaurer un tour de garde. Celui qui veille garde une lampe-torche, et si jamais on est attaqué, il a pour mission de repousser la créature le temps de réveiller les autres pour faire face. Ceci dit, je suis ouverte à toute autre proposition, y compris celle où tu fais du feu avec un bout de bois Alex.

Le ton de Melena n’avait pas été si froid, mais juste suffisamment ferme pour faire comprendre au jeune homme que c’était encore lui qui vivait aux crochets des deux adolescentes, et pas l’inverse. Son idée ne lui plaisait pas plus que ça à elle-même, mais en avait elle une autre ? Jade non plus de son coté n’avait pas l’air enchantée de dormir sans feu, mais à moins que l’un d’eux se découvre le pouvoir de faire jaillir des flammes de leur corps, comme la petite Ella, il y avait peu de chance qu’ils parviennent à en obtenir un. L’option la plus sûr restait alors de se faire oublier, en espérant qu’aucune des chimères ne croiserait leur route. Ils étaient si près de la sortie, ils ne pouvaient pas mourir maintenant ; et d’ailleurs, cette idée arracha un tel frisson à l’irlandaise qui ramena ses jambes contre sa poitrine pour les enlacer et y poser sa tête. Elle se sentait si lasse, courbaturée, blessée, et n’aspirait à cette heure qu’à une bonne soirée calme constituée d’un bon repas, d’une bonne douche et d’un bon lit. Elle voulait… rentrer chez elle. Elle n’aurait jamais crut que ses parents adoptifs pourraient lui manquer un jour, tout comme son lycée de Londres, ses camarades de classe et ses professeurs. Elle revit un court instant le visage d’un garçon de son âge qu’elle croisait régulièrement ; elle n’était pas si inexpérimentée que ça en terme de relation pour ne pas avoir vu que ces rencontres étaient majoritairement provoquées par ce dernier, qui espérait bien voir en elle une petite amie ; mais bien qu'il l’agaçait plus qu’autre chose, même lui manquait cruellement à Melena.
Une larme roula sur sa joue pour mourir dans le tissu noir de sa jupe, et elle releva discrètement ses yeux humides pour observer son amie qui s’était assise à son tour, apparemment crispée d’angoisse à l’idée de dormir sans feu. L’irlandaise s’imaginait alors ce que serait une journée « normale » avec Jade. Une journée à faire les boutiques au centre commercial, à manger dans un fast food, à conclure tout ça devant un navet au cinéma, puis rentrer chacune chez elle avec quelques photos et des souvenirs plein la tête. Enfin… pour la nécrophobe, une telle journée serait vraiment merveilleuse, mais pour la psychotique, qui avait déjà des amis qui l’attendaient dans le monde réel, peut-être ne seraient-ce que des moments comme les autres, avec une camarade comme une autre.

Melena poussa un soupir et enfouit de nouveau sa tête dans ses genoux. Elle ne voulait pas qu’on la voit craquer et pourtant, elle était dans ces périodes où elle mourrait d’envie que quelqu’un s’intéresse à elle, même un inconnu, même Alex, qu’importe. Interpellée par son état, Jade était venue la première poser une main sur l’épaule de son acolyte qui lui avait répondu que ça allait d’une petite voix à demi étranglée par des larmes retenues.

Autour de leur groupe, pour l’instant, c’est le silence qui régnait ; et si parfois des ricanements déformés se faisaient entendre, ils étaient bien plus loin en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Stoneheart
avatar

Dégoût obsessionnel, Malaise mental

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 43
XP : 28

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 100 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Jeu 26 Aoû - 19:31

La remarque de Melena l'avait piqué au vif. Comment la nécrophobe pouvait-elle se permettre de lui suggérer avec cet air infecte de mettre ses idées en pratique ? N'était-ce pas lui qui s'était investi pour le feu la veille au soir ? Même s'il se retînt de le dire à voix haute, Alex pensa que les adolescentes lui devaient tout de même une belle chandelle et il concrétisa cette pensée dans un regard glacial à l'intention de son interlocutrice qui se moquait de sa rencontre avec le volatile.

*C'est ça, moque-toi. J'aurais pu finir le visage arraché par son bec mais tu peux rigoler...*


Son idée de rester à découvert et sans feu toute la nuit n'était pas vraiment pour plaire à Alex, mais si les adolescentes l'avait déjà expérimenté sans avoir fini dévorées... Alors il se devait de croire à une relative sécurité. Se faire oublier des créatures était risqué ; mais après la dernière remarque de Melena sur sa façon de faire du feu, Alex resta muet sous peine d'incendier l'adolescente d'arguments brûlants sur le fait qu'il n'était pas le poids mort pour lequel elle le prenait. Plomber l'ambiance n'était pas dans les priorités du dégoûté chronique et son interlocutrice s'était déjà allongée contre un arbre, l'air maussade d'un mauvais jour.

"Il me semble que mon "bout de bois"a tout de même bien servi à tout le monde ici..." lâcha-t-il finalement dans un soupir.

La faim refaisait surface et il se maudit de ne pas avoir embarqué quelques uns des fruits indigènes, lesquels l'avaient rassasié lors de leur arrivée dans le camp nymphomane. Un coup d'oeil aux alentours confirma ses craintes : pas un seul fruit à l'horizon - et encore moins de feu pour faire cuire un quelconque animal. Durant le trajet, Alex avait senti ses forces s'amenuiser mais ce soir là il se sentait définitivement à bout d'énergie. Hors de question qu'il prenne le premier quart de garde, il allait s'écrouler à coup sûr dès la première heure, assommé par la fatigue. Néanmoins, il se garda de le dire à Melena pour ne pas essuyer une nouvelle remarque de son cru. Le dégoûté obsessionnel s'assit donc sur les feuilles qui tapissaient la passe de l'envol et laissa son esprit vagabonder dans les pensées qui le traversaient.

Il faisait maintenant nuit et la Lune - aussi inquiétante qu'à Ellipse - surveillait le petit groupe épuisé par la marche, les éclairant du mieux qu'elle pouvait. Malheureusement, l'éclat de celle-ci ne semblait pas effrayer les créatures nocturnes qui bien vite se firent entendre par leur ricanements ; parfois tellement éloignés qu'on pouvait les confondre avec le vent, parfois si proche qu'Alex ne pouvait s'empêcher de sursauter. Les voyageurs étaient silencieux - *muets de fatigue* se disait-il - et son compagnon Lysander sombra d'ailleurs très vite dans le sommeil réparateur, allongé contre un tronc. Alex s'amusa à imaginer le quadragénaire dormir en position de sphinx, puis se dit avec regret, et non sans un léger sourire, que son pouvoir ne l'y obligeait pas. Plus le temps passait et plus le psychotique avait hâte de rencontrer d'autres voyageurs : tous ces dons était le fantasme de son enfance, et ce monde répondait à toutes ses attentes infantiles ; il trouvait ça effrayant dans un sens, mais également merveilleux.

Tandis que son esprit plongeait dans ses souvenirs d'avant ses 7 ans, Alex se sentit glisser dans les bras de Morphée, et sa dernière pensée avant de sombrer fut qu'il n'avait encore jamais rêvé en ce monde.

*Comment rêver lorsqu'on est déjà à DreamLand...?*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Ven 27 Aoû - 11:22

Les choses se passaient si vite... Alex semblait partager sa vision des choses, au moins. Jusque là elle avait eu l'impression qu'à force de subir des sévices les voyageurs se croyaient tout permis et dans leur droit de faire de ce monde inconnu et de ses habitants ce qu'ils voulaient. Pire, certains voyait tout ça comme un vaste rêve dont la destruction ne gènerait personne. Après tout pour remplir Dreamland de nouveau ne suffisait-il pas de piquer un roupillon pour inventer en rêve quelques paysages et gens pour le peupler ? Melena malgré son affirmation ne semblait pas convaincue comme le laissa paraître son soupir mais après tout Jade la comprenait aussi : quand on avait vécu ce qu'elles avaient vécu il y avait de quoi avoir un avis subjectif et égoïste.

La conversation avait ensuite dérivée sur le temps de trajet alors que la bonne jumelle avait déjà informé les homme la veille de la suite du programme, à croire qu'Alex avait la mémoire courte ! Ce n'était pas en parlant de distance qu'elle allait rétrécir même avec toute la volonté du monde mais Jay s'abstient de la faire remarquer, préférant laisser à l'irlandaise le loisir de répéter ce qu'elle avait déjà dit dans l'espoir que ça finisse par rentrer. Un long jour et deux longues nuits probablement, sauf s'il trouvait un jet propulseur entre temps.

Tout en marchant leurs pas finirent par les mener à un cours d'eau assez profond pour s'y plonger jusqu'aux genoux et l'idée qui traversa la tête de l'adolescente fut exprimée par son amie. Un bain était le bienvenu et elle l'aurait bien prit avec ses vêtement si Melena n'avait pas commencé à se déshabiller après l'avoir entraîné un peu plus loin hors de vue des regards masculins. Jay se déshabilla à son tour en grimaçant devant l'aspect raide de crasse de ses vêtements de jute. C'est dans ces moments là qu'on donnait père et mère pour une machine à laver et une dose de lessive...

- A la rigueur on pourrait les laver et les porter mouillés... avec la chaleur ça pourrait sécher vite, surtout ce genre de tissu, murmura-t-elle pensive en entrant dans l'eau fraiche.

Melena vint alors la rejoindre pour s'asseoir à ses côtés et, remake de la scène des écuries, poser sa tête sur son épaule. Même si son amie semblait bien plus solide et courageuse qu'elle, Jade sentait qu'au fond la nécrophobe était quelqu'un de fragile, peut-être à cause de sa trop longue solitude. Du coup elle réagissait comme un petit chien forcé d'aboyer pour rien afin de se faire respecter alors que quand on la prenait dans le sens du poil... mais la bonne jumelle ne put pas pousser sa métaphore canine plus loin car Alex déboula en criant qu'il y avait un feu. Dans les premiers instants la brunette pensa qu'il avait inventé une excuse bidon pour mater et se cacha les seins à l'aide d'un de ses bras en glapissant. Il lui fallut quelques secondes de plus pour comprendre qu'il y avait vraiment de la fumée un peu plus loin, et une autre poignée pour réussir à grommeler :

- On risque rien, on est dans l'eau. La forêt peut bien brûler...

Elle se revêtit malgré tout de ses fripes sales pour suivre le mouvement, l'air sombre. Plus que l'incendie elle optait pour des gens, et elle savait bien qu'ici la population était loin d'être un modèle d'accueil et d'hospitalité. D'ailleurs elle avait raison car déjà une fillette jaillissait d'un fourré avec un panier plein de champignons aphrodisiaque, argument de plus pour que Jade fasse demi tour mais encore une fois on se fichait bien de son avis et elle emboita le pas aux autres à contre cœur.

Ils arrivèrent jusqu'à un camp et ce qu'elle craignait arriva : on les invitait à rejoindre la population locale non sans regards désireux dans leur direction. Associé aux champignons et à son expérience personnelle ça ne donnait à Jay qu'une envie : prendre ses jambes à son cou ! Mais déjà la main de Melena se refermait sur la sienne pour la tirer inexorablement vers le feu de camp et la brunette dû fermer les yeux avec force pour contenir son envie grandissante de s'arracher à cette étreinte pour laisser ses trois compagnons sur place. Alors que son amie venait seulement de voir l'étrangeté de cette hospitalité improbable, Jade hurlait intérieurement.

*Je veux partir ! Vite ! Loin ! Et ce mec qui me regarde bizarrement... C'est trop louche !*

Mais déjà la nécrophobe était accostée par un homme d'environ vingt ans alors qu'un de 25 s'approchait de la bonne jumelle à son tour. Contrairement à Mel' elle ne déclina pas son identité, préférant baisser les yeux, l'air sombre. Jay essayait tant bien que mal de se concentrer sur les fruits qu'elle mangeait alors que l'indigène lui tournait autour avec insistance, comme si l'ignorance ne faisait que renforcer son ardeur. Le stress montait en elle, lui coupant le souffle et la rendant muette. Les garçons et Melena étaient partis tour à tour pour la laisser seule au milieu de ces indigènes, sans parler de son prétendant dont la bosse dans le pantalon ne laissait pas de doute sur la nature de sa demande, malgré la différence de langage. Cette constatation la terrifia au plus haut point et elle se leva précipitamment pour s'éloigner dans l'espoir de trouver derrière une case un abri solide contre les assauts pervers de la population locale.

Mais non, s'enfuir ne suffisait pas ! Il la suivait à la trace et elle fut bien forcée de revenir vers le feu à toute vitesse non sans jeter des regards de biche effarouchée dans son dos.

- Mais laisse moi bon dieu ! Si je fuis c'est que je ne veux PAS !

Jade cherchait autour d'elle une bouée de sauvetage à quoi se rapprocher, un super héros, un fusil, un hélicoptère... n'importe quoi, quand ses yeux tombèrent sur son amie. Visiblement ils désiraient tous tirer leur révérence et Jade ne se fit pas prier. Elle récupéra son sac et fila à l'anglaise à la suite de Melena, sans aucun regret. Au moins elle avait eu un repas gratuit, et dans ce monde ça valait probablement une bonne montée de stress.

La suite se passa dans le silence. Ils marchèrent à toute vitesse, sans précaution aucune avec comme unique obsession mettre un maximum de distance entre le village et eux. Après suivre un but, fuir une menace... au moins ça avait le mérite de briser la monotonie de leur épopée. Autour d'eux la forêt se faisait de moins en moins dense et le soleil poursuivait sa course jusqu'à descendre vers l'horizon, moment qu'ils choisirent pour faire un halte et tenter de refaire un feu. Malheureusement ils étaient dans l'impossibilité de reproduire le système de la veille alors que des ricanements s'élevaient déjà au loin. Alex débitait un flot de paroles qui ne faisait qu'angoisser Jade qui préféra se réfugier dans un coin sans se soucier de l'attaque vengeresse de l'oiseau. Tout ce à quoi elle pouvait penser était que la nuit allait tomber et que peut-être elle n'aurait pas l'occasion de voir le soleil se lever.

Avec l'arrêt les luttes de pouvoir reprenaient et Jade n'avait plus a force de séparer Alex et Melena, elle se contenta donc de rester prostrée en silence dans l'espoir qu'ils finissent par se taire. Passer la nuit dans le noir l'angoissait au plus haut point, mais il fallait avouer qu'ils n'avaient pas d'autre option. Si au moins le dégouté chronique avait gardé son dispositif avec lui au lieu de l'abandonner sur place...

Mais c'était trop tard pour les regrets. Trop stressée pour dormir la bonne jumelle se décida à prendre le premier quart, sa main crispée sur sa lampe torche. Elle n'avait qu'une envie, grimper dans un arbre mais elle se contint, préférant se rapprocher de Melena pour attraper sa main gauche afin de trouver dans ce contact un minimum de réconfort. Vu le visage humide de son amie elle en avait aussi besoin, Jay finit donc par lâcher à mi-voix :

- Dors, tu en as plus besoin que moi.

D'un geste inconscient elle ramena l'une des mèches de la nécrophobe derrière son oreille avant de continuer avec une fausse conviction qui ne trompait personne :

- Je vais prendre le premier quart, après tout si j'ai pu tuer une de ses bêtes sans le vouloir je suis toute désignée pour vous défendre. Tu peux te reposer sans crainte sur mes bras musclés... ou pas. Mais crois-y un peu ça m'aidera !

Jay adressa à Melena un sourire timide qui n'arrivait malgré tout pas à effacer la crainte qui grandissait en elle. Son amie ne pu profiter de cette vision que quelques secondes car déjà la nuit tombait complètement pour les laisser dans l'obscurité la plus totale, au grand damn de la pauvre Jade.

[hrp : pas de correcteur orthographique, je verrais ça à mon retour. Au fait, je peux poster dimanche (je pense) alors attendez moi s'il vous plait (et vous aurez un bisou ! \o/)]


Dernière édition par Jade Martins le Ven 10 Sep - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Ven 27 Aoû - 13:10

[HRP : ce message s'appelle "Comment meubler un tour de garde" lol. Bref, on va t'attendre Jadounette Wink à bientôt ! ]

Penchée sur elle, une main dans la sienne, Jade proposait à la nécrophobe de prendre le premier tour de garde. On sentait à sa voix qu’elle-même ne croyait pas en ses paroles, mais sa demande que son amie lui fasse confiance lui coupa la moindre réplique, même celles qui étaient gentiment ironiques ; et la sensation de la peau de la psychotique qui caressait involontairement sa joue diffusa dans tout son être un frisson étrangement bouleversant. Si elle put se retenir de réduire la distance qui la séparait de l’américaine pour l’embrasser, ce ne fut pas le cas pour l’élan qui la poussait à se jeter dans ses bras. Dans l’obscurité qui achevait de s’installer, le visage crispé par les larmes qu’elle retenait, Melena enlaça son amie pour enfouir son visage dans son cou.

- Merci Jade.

Ce fut tout ce qu’elle parvint à articuler, mais son ton exprimait toute la gratitude qu’elle avait pour l’adolescente à laquelle le sort l'avait lié depuis l’épisode de l’Asmodée. C’était d’ailleurs étrange comme aux yeux de l’irlandaise, la psychotique remportait toutes les victoires. C’est elle qui avait sauvé tout le monde de la malédiction du Sans-nom, elle qui s’était occupée de rester à ses cotés à leur retour en catastrophe sur le Slavedog Millionnaire, elle qui l’avait tiré d’affaire dans les écuries du Colisée quand on s'apprêtait les arrêter, elle encore qui l’avait sauvé à deux reprises dans l’arène quand la mort cherchait à la saisir inexorablement. En fait, ce ne fut pas si difficile de croire en son efficacité de gardienne, car Melena lui accordait déjà une confiance sans pareille, une sorte de croyance implicite que quoiqu’il lui arrive, son amie serait là pour lui donner un coup de main… et elle aurait aimé faire la même chose en retour.

Avec un sourire que sa camarade ne put voir, la nécrophobe s’écarta, essuya ses yeux humides, et chercha en tâtonnant le tronc de l’arbre qui était dans son dos. La lune ne filtrait pas assez pour leur offrir un éclairage décent, et même en sachant que rester silencieux serait la meilleure option pour que les créatures ne les remarquent pas, ça n’était pas rassurant du tout. Pourtant, cette fois-ci, il en aurait fallut plus pour que Melena ne s’endorme pas. Elle était éreintée, tant que même les pointes de douleur de sa cote ne sauraient la maintenir éveillée, et elle sombra dans un sommeil sans rêve qui lui permettrait quelques heures de répit.

Ce fut Lysander qui la réveilla doucement, lui confiant d’une voix douce la garde et la lampe torche de Jade. L’irlandaise acquiesça, encore trop ailleurs pour réaliser que le quadragénaire ne verrait sûrement pas son mouvement de tête, puis se redressa un peu histoire de s’étirer et achever de revenir sur terre. On ne voyait vraiment rien du tout, et si elle n’entendait pas deux respirations paisibles indiquant que Jade et Alex dormaient non loin, elle n’aurait jamais sut si l’un des deux ne s’étaient pas fait dévoré sans que quiconque ne le sache.

Ce tour de garde était une nouvelle occasion de la nécrophobe pour se perdre dans ses pensées. Elle se demandait subitement si elle avait bien fait de partir avec son amie en direction d’une ville inconnue, rejoindre une personne qui avait l’air de la détester. Sur le coup, ça avait parut d’une telle évidence qu’elle n’abandonnerait pas l’américaine que ça lui avait suffit comme raison de se jeter tête la première dans une épopée de longue haleine. Mais désormais… est-ce que le reste du groupe ne s’en était pas mieux tiré ? Peut-être avaient-ils trouvé un moyen de sortir d’ici ? … ou peut-être se sont-ils fait prendre…
Avec un soupir las, Melena posa ses mains au sol avec l’intention de se redresser encore un peu de sa position assise dont elle sentait son derrière glisser lentement, et ses doigts rentrèrent en contact avec un objet long et enroulé qui la fit sursauter tant la matière détonnait dans le décor de la forêt. A tâtons, et prête à braquer sa torche si besoin est, elle cherchait la source de sa surprise et finit par reconnaitre au touché un journal neuf. Il devait s’agir d’un nouveau numéro du DL soir que le hibou avait dû apporter pendant son sommeil. La jeune fille se surprit à regretter de ne pas pouvoir le lire désormais, alors qu’elle s’assurait de n’avoir rien à faire du tout des nouvelles du monde des rêves. Peut-être s’attendait-elle à y lire la capture et la condamnation de certains de ses ex camarades ; et dans le fond, cette idée lui laissait un tel arrière-gout amer de culpabilité qu’elle avait besoin de s’assurer que ça n’était pas le cas. Est-ce que Myia, Kalyss et Yoru sauraient se défendre d’eux-mêmes contre les dangers qui leur apparaitraient ?

A défaut de pouvoir répondre à cette question avec certitude, et de pouvoir se convaincre que la réponse était positive, l’irlandaise ramena encore une fois ses jambes contre sa poitrine et entreprit de surveiller distraitement les environs. La forêt semblait s’être tut pour le moment. Il n’y avait plus de bruissement, plus de ricanement cauchemardesque, plus de hululement, comme si le monde venait de s’arrêter histoire de prolonger indéfiniment son tour de garde dans la solitude. Les minutes s’égrainaient avec la vélocité des heures longues d’ennui, si monotone qu’il était impossible d’y discerner d’autres fractions de temps comme des quarts d’heure, des demi heures, ou des heures entières. Quand le ciel commençait enfin à s’éclaircir et que la pénombre étouffante de la forêt desserrait son étreinte, la nécrophobe s’approcha doucement du dégouté chronique pour le secouer faiblement. Quand le concerné fit mine de se réveiller, l’adolescente lui dit d’une voix douce :

- Alex, c’est à toi pour le tour de garde. Tu es le dernier, j’espère que tu t’es bien reposé.

Il n’y avait aucune ironie dans son souhait, pas le moins du monde. Mais par crainte que le jeune homme n’interprète mal ses paroles et ne l’incendie au réveil, Melena préféra poser sur son ventre la torche, et une fois qu’elle fut assurée qu’il émergeait bien, elle s’éloigna pour s’allonger aux cotés de Jade cette fois. Brusquement prise d'une envie difficilement contenue de la prendre dans ses bras, elle se dit qu’elle l’avait la réponse à sa question : si elle avait suivit l’américaine, c’est parce qu’elle l’aimait tout simplement. Et qu’elle préférait galérer avec elle qu’avec les autres. C’était évident non ?
Puis elle s’endormir une nouvelle fois, sa dernière fois dans la forêt de Sextus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Stoneheart
avatar

Dégoût obsessionnel, Malaise mental

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 43
XP : 28

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 100 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Sam 28 Aoû - 18:58

C'est la petite voix de Melena qui réveilla l'endormi, lequel s'extirpa doucement de son inconscience avant de prendre la torche posée sur son ventre. C'était l'heure de son tour de garde, ce qui n'était pas pour plaire au jeune homme qui n'aurait pas refusé quelques heures de sommeil en plus. Néanmoins, il se leva assez rapidement pour découvrir le sommeil de tous les voyageurs... *Tous, sauf moi* se dit-il avec une certaine jalousie pour les victimes de Morphée allongées devant lui.

Le jeune homme s'assit contre un arbre, les genoux relevés jusqu'à son menton ; les nuits étaient habituellement fraiches ici, et celle-ci ne dérogeait pas à la règle, bien au contraire. Les minutes passèrent sans qu'Alex puisse vraiment les compter, mais il devina bien vite qu'elle se transformaient en demi-heures, puis en heures, chacune plus longue que les autres. La luminosité du soleil qui ne tarderait pas à se lever éclairait maintenant juste assez le campement improvisé du petit groupe pour qu'Alex puisse dessiner avec ses doigts des formes totalement imaginaires dans la terre meuble de la forêt. De temps en temps, un ricanement se faisait entendre non loin d'eux et il se jetait alors sur la lampe des adolescentes, prêt à la dégainer en cas de danger, mais il n'eut pas à le faire jusqu'au lever du soleil.

Alors que celui-ci pointait le bout de son nez, Alex regarda le sol en face de lui : une fresque géante était maintenant étalée sous ses yeux, simple fruit de son ennuie de garde. Après avoir admiré son imagination dans la terre humide, il se leva et se dégourdit les jambes en attendant le réveil de ses compagnons qu'il ne voulait pas tirer de leur sommeil : Ils dormaient, et c'était ce qu'il pouvait leur arriver de mieux en ce monde ; le dégoûté chronique s'abstînt donc de les réveiller. Il regarda sa blessure au mollet : le lavage du cours d'eau lui avait fait du bien, et la griffure semblait maintenant moins infectée, bien que toujours aussi irritante. En relevant la tête, l'egratigné aperçut quelqu'un qu'il ne croyait pas revoir de sitôt : l'oiseau argenté de la veille était posé sur une branche, juste devant lui.

"Vas-t'en toi, tu ne vas pas pourrir ma journée avant même qu'elle commence...!"


Il se demanda si c'était le même volatile que la veille, ou si la caractéristique de cette espèce était d'exaspérer les dégoûtés obsessionnels. Le concerné opta tout de même pour la première hypothèse et donna un coup dans la branche avant de se rassoir contre son tronc d'arbre. L'oiseau gisait là, devant lui ; on aurait pu le croire raide mort mais Alex savait maintenant qu'il n'en était rien et attendait son envol précipité tout en conservant une distance de sécurité entre l'animal et lui. Alors qu'il se concentrait sur l'oiseau farceur, des grognements se firent entendre dans son dos : Lysander se réveillait, bien vite suivi des adolescentes et...de l'oiseau. Celui-ci battit des ailes avant même que les autres voyageurs n'ouvrent les yeux et s'éloigna pour ne devenir qu'un ridicule point dans le ciel. Si c'était le même que les deux derniers jours, pourquoi suivait-il Alex - si ce n'était pour essayer de le ridiculiser ? Ce dernier ne prit pas le temps de répondre à cette question et se tourna vers ses compagnons tout juste tirés de leur sommeil.

"Bonjour..! Rien à signaler pour mon quart, seulement cet oiseau de malheur qui s'est encore pointé. On se remet en marche quand vous voulez" annonça-t-il avec un sourire.

En attendant leur réveil complet, il décrassa ses doigts dont les ongles étaient remplis de terre à force de dessiner dedans et s'étira, soulageant son pauvre postérieur qui avait autant souffert que la nuit d'avant. Le soleil était de retour, apportant lumière et sécurité et, malgré la beauté de la chose, le jeune homme espéra de tout coeur que ce fut le dernier lever de soleil qu'il vivrait dans cette forêt. Les arbres étaient clairement plus espacés que la veille et les voyageurs sentaient la distance jusqu'à la lisière se réduire avec espoir. Quand Lysander eut fini d'ajuster son pagne, que Melena eut enfilé la bretelle de son pieu et que Jade eut vérifié le cap sur sa boussole, le groupe se remit en route pour une nouvelle journée de marche. Voulant casser l'habituel silence qui les suivait durant tout le trajet, Alex entama un échange se voulant amical :

"Vous rêvez, vous, la nuit...? Habituellement, je rêve beaucoup, mais pas ici. Est-ce que c'est parce qu'on est déjà dans notre subconscient, dans un sens ? J'avoue que ça m'intrigue, toute cette histoire... Si nous somme dans notre inconscience, tout devrait être possible ; et allez savoir si ce Parkinson est le seul à pratiquer ce genre d'hypnose dans le monde réel..."

Alex pouvait craindre l'ennuie de ses compagnons face à ses reflexions, mais son envie de comprendre les mondes qui l'entouraient était maintenant plus forte que son mutisme, et une conversation innoncente ne devrait pas faire de mal au groupe dont la seule occupation était de marcher, encore et toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Dim 29 Aoû - 9:29

[hrp : rebelotte genre... mardi ou mercredi, ca dépend si on est occupé mardi matin ^^ ]

L'étreinte d'une Melena en larmes avait donné à Jade du cœur à l'ouvrage. Elle se sentait presque réellement prête à les défendre, probablement parce que son mode origine ne s'était pas manifesté depuis plusieurs jours mais aussi parce que, tel l'existence des fées, il suffisait d'y croire. Les heures s'égrainèrent dans le silence le plus total, ponctué seulement par quelques ronflements de ses compagnons. Sans bruit et dans l'obscurité la bonne jumelle avait l'impression d'être aveugle et sourde ce qui n'était pas fait pour la rassurer. Impossible dans ces condition d'avoir la notion du temps. Comment savoir quand réveiller le suivant ? Ce ne fut que lorsqu'elle ne tint plus, la poitrine écrasée par le poids du stress et de la responsabilité qu'elle osa bouger de sa place qu'elle n'avait pas quitté d'un millimètre afin de réveiller Lysander et de lui passer sa lampe torche à contre cœur.

Elle aurait largement préféré prêter celle de son amie pour avoir de quoi se défendre en cas d'attaque mais dans le noir le plus total il était impossible de mettre la main dessus. Elle s'étendit donc au sol, angoissée et en position fœtale avec l'impression qu'elle ne s'endormirait jamais... ce qui arriva malgré tout au bout de 2 petites minutes tant son corps était épuisé.

Et elle dormit. Longtemps, profondément et sans interruption, 3h de plus que la veille et ce n'était pas un mal, tout ça pour finir malgré tout réveillée par Alex au petit matin à qui elle bredouilla un "bonjour" ensommeillé. L'adolescente récupéra sa lampe qu'elle rangea dans son petit sac, avala l'une de ces étranges pommes rose et se mit en route avec les autres après avoir vérifier le cap. Depuis le temps qu'ils marchaient et le léger vent qu'elle sentait ils ne devraient pas tarder à rejoindre la sortie de ces fichus bois et elle n'allait pas s'en plaindre. Jay en avait bien vu assez pour les 20 prochaines années ! Ils marchèrent donc en silence comme à leur habitude, leurs esprits fixés sur leur but lorsque le dégouté chronique se décida à meubler le vide.

La question qu'il posait était assez particulière dans le sens où la bonne jumelle avait bien son idée mais rien pour l'appuyer. Juste quelques déductions logiques qu'elle avança après quelques secondes avec une moue pensive :

- Bah... J'ai cru comprendre qu'ici, c'est là où on va quand on rêve. Vu qu'on y est déjà, on ne peut pas s'y rendre pour rêver quand on dort du coup... on ne rêve pas. C'est déjà un peu comme si on rêvait là, maintenant. On ne peut pas sur-rêver.

Jade haussa les épaules pour montrer que malgré tout rien n'était sûr avant d'ajouter :

- C'est pas un mal cela dit, vu ce qui occupe mes journées je ne voudrais pas en rêver. Après pour Parkinson je suis sûre qu'il n'est pas le seul. Si on se fait chasser pire que des bêtes à Elipse c'est parce qu'il y a déjà eut d'autres vagues de voyageurs, dont une qui a très mal tourné il y a 10 ans. Notre cher psy n'a pas commencé son manège depuis aussi longtemps, alors il y en a forcément d'autres.

C'était effrayant de penser au nombre phénoménal de gens qui se trouvaient coincés ici parce que des maniaques armés de pendules les emmenaient là. D'ailleurs peut-être sans pendule, après tout elle était loin de connaître tous les moyens de venir à Dreamland même si elle aurait bien aimé les apprendre pour ainsi pouvoir les éviter soigneusement.

Si seulement elle pouvait se réveiller et informer le docteur de ce qui se passait ici; des problèmes qu'il leur causait sans le vouloir ! Car il était impossible qu'il sache non ? Tant de gens étaient morts ici par sa faute, il aurait fallut être un monstre pour commettre de tels actes et Parkinson ne ressemblait à rien d'autre qu'à un vieil oncle sympathique. Le visage de Lily lui revint en mémoire et Jade secoua la tête, les lèvres pincées. Oui vraiment, c'était impossible.

- Et puis bien sûr comme je vous l'ai déjà dit, il y a d'autres moyens de venir ici. Je suis sûre qu'"on" est plus nombreux qu'on ne pense. C'est peut-être pour ça qu'on ne peut pas faire trois pas sans tomber sur un voyageurs...

Alors qu'elle parlait, marchant d'un bon train, la végétation se faisait moins dense et ils purent bientôt voir entre les troncs la passe de l'envol qui s'étendait devant eux, coupée en deux par une route contournant la forêt pour serpenter jusqu'aux monts ferrailles à l'horizon. Ils en avaient fini avec les bois mais ce simple paysage ne leur rappelait que trop que la route était encore très, très longue...


Dernière édition par Jade Martins le Ven 10 Sep - 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Dim 29 Aoû - 13:51

Le réveil vint tôt, beaucoup trop tôt au goût de la nécrophobe, mais elle dû bien se redresser en entendant que Jade et Lysander étaient déjà levés et actifs. Un rayon de soleil habilement glissé au travers le feuillage vint inonder ses yeux gris qu’elle referma brusquement, une onde de douleur lui remontant désagréablement jusqu’aux tempes.
Quand la jeune fille fut enfin apte à se mettre sur ses pieds, elle salua ses compagnons d’un signe vague de la main, s’étira, engloutit une pomme rose, vérifia que toutes ses affaires étaient encore là, puis reprit son pieu en bandoulière pour être prête à se remettre en marche. En croisant le regard de Jade, elle lui adressa un petit sourire amical avant de venir se poster à ses cotés pour entamer la route qui leur restait à faire.

La question d’Alex, bien qu’inattendue, était intéressante. C’est vrai que Melena n’avait encore jamais rêvé à Dreamland, ce qui pouvait en soit être un comble assez amusant, mais elle ne s’était jamais réellement interroger là-dessus. Sans doute parce qu’avec tout ce qui lui était arrivé depuis qu’elle avait débarqué dans une Elipse de lendemain de guerre, elle s’était posé énormément d’autres questions plus en rapport avec la situation comme « qu’est-ce qu’on fait ici ? Pourquoi on nous fait ça ? Qu’est-ce que je dois faire ? ». Malgré tout, la réponse de Jade fut pertinente, et un instant, elle revit le visage du docteur Parkinson souriant, qui lui assurait que l’hypnose ne risquait pas de la tuer. Bon quelque part, ce qu’il avait dit s’avérait être un mensonge, mais il avait eut l’air si sincèrement gentil et professionnel…

- Il y a peut-être une sorte de brèche entre nos deux mondes. Dit faiblement l’irlandaise. Parkinson l’exploite sans le vouloir, mais sans doute que d’autres personnes y arrivent par d’autres moyens. Mais…


L’adolescente ne finit pas sa phrase, car elle apercevait enfin entre les troncs la sortie, la route balisée de la passe de l’envol qui semblait serpenter jusqu’à l’infini, et cette vision ne lui donna que l’envie d’accélérer pour pouvoir accéder à l’extérieur au plus vite. De toute manière, ce qu’elle allait dire était une supposition infondée qui risquait soit de tomber à l’eau, soit de la détourner de son objectif : « Mais si il y a une brèche exploitable dans un sens, alors elle doit forcément l’être dans l’autre ».

Les dernières minutes de marche qui les séparaient de la sortie semblaient avoir été plus longues que les trois jours précédents réunis, mais enfin, Melena put sentir la caresse du soleil sur sa peau pâle, et elle laissa s’échapper un soupir de soulagement.

- J’aurais finit par croire que cette forêt n’avait pas de limite…

Cela ne faisait pas si longtemps qu’ils étaient en route depuis leur réveil, mais le soulagement d’avoir enfin achevé une étape de leur périple méritait bien une courte pause, que la nécrophobe proposa implicitement en s’asseyant en tailleur sur l’herbe jaunie. Le paysage alentour ne montrait rien de captivant. En comparaison avec les bois épais qu’ils venaient de traversé, ici, il n’y avait que la route sombre balisée qui coupait en deux la monotonie d’un terrain vague en friche qui n’avait apparemment jamais intéressé personne. Très loin aux horizons latéraux, on pouvait apercevoir la mer qui scintillait sous les rayons solaires légèrement moins brûlants qu’à Sextus, mais toujours assez considérablement chaud pour que des perles de sueur se montrent sur la peau diaphane de l’adolescente. Comme pour effectuer un bilan de trajet, elle observa ses griffures qui vrillaient ses mains, ses bras, et même ses mollets blêmes ; prit une inspiration pour surveiller la douleur de sa cote cassée, puis poussa un soupir. Elle n’était pas au meilleur de sa forme, mais elle pouvait dire que malheureusement, elle avait vu bien pire. Occupée à retirer de ses cheveux les feuilles qui y étaient restées accrochées, elle se souvint brusque du journal qu’elle n’avait pas put lire pendant la nuit, qu’elle avait rangé à grand peine dans sa poche en cuir pleine à craquer. Elle en retira donc le rouleau de papier gris, ce qui laissa un peu plus d’espace pour respirer à ses biens personnels, puis chercha la page dédiée à Sextus en évitant rapidement l’article qui concernait le record du lancé de carotte dans la pleine félicité, et les publicités touristiques pour une ville du nom de Gloutoniskaïa. Melena trouva enfin ce qu’elle cherchait, et avec l’appréhension que lui laissait le titre, elle interpella Jade pour lire le reste à haute voix.

Spoiler:
 


L’irlandaise songeait au capitaine Georges Mikles, malencontreusement accusé et condamné pour une fraude qu’il n’aurait pas commise. Mais rien à faire, elle ne pouvait pas s’empêcher de penser que c’était bien fait pour lui. Après tout, les voyageurs avaient sauvé son navire d’un naufrage certain après la rencontre avec le sans-nom, et lui, il les avait remercié en les vendant sans aucune vergogne. Malheureusement… ce n’était qu’une supposition pour l’instant, et il y avait énormément de chance que ce vieux loup de mer soit déjà assez loin pour ne pas être atteint, et assez habile pour s’échapper si besoin est. Quoiqu’il en soit, la fin de l’article avait convaincu Melena de se remettre en route immédiatement. Elle se remit sur ses pieds avant de ranger le journal dans le sac à dos.

- Je crois qu’on devrait vite repartir finalement… je ne sais pas du tout si ils viendraient nous chercher jusqu’ici, mais même avec deux jours d’avance, ce serait plus sûr d’avancer.

Une petite pointe de stress supplémentaire venait de naitre dans son cœur. Chaque fois qu’elle se retournait vers la masse imposante de la forêt, ou qu’elle épiait la route qui la contournait, elle avait désormais l’impression qu’une armada à cheval allait jaillir pour tous les capturer et les ramener de force au Colisée. L’idée de cette liberté de fugitive ne plaisait pas à l’irlandaise, et pourtant, c’est tout ce qu’elle avait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Stoneheart
avatar

Dégoût obsessionnel, Malaise mental

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 43
XP : 28

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 100 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Mar 31 Aoû - 17:01

Jade avait répondu du mieux qu'elle le pouvait au jeune homme, bien vite suivie de Melena exposant sa théorie de brèche entre les mondes. En temps normal, Alex n'aurait pas partagé son avis de cette façon mais ce monde regorgeait de tant de mystères que l'intériorisation du dégoûté chronique y trouvait sa limite. Il écouta donc les deux adolescentes avec attention tout en hochant la tête comme signe de compréhension et de sympathie : il espérait toujours pouvoir gagner une certaine confiance de la part des jeunes femmes.

Ainsi, le cher Docteur Parkinson ne serait pas le seul moyen de trouver DreamLand. Il ne savait peut être même pas qu'il provoquait ces déplacements entre les mondes, ce qui était presque rassurant pour le dégoûté obsessionnel : savoir qu'un vieux fou envoyait volontairement des malades mentaux dans un monde où on voulait les tuer n'était pas pour le rassurer et il préférait croire à l'hypothèse du docteur exploitant la brèche sans le savoir. Mais alors qu'il s'imaginait d'autres façons d'accéder à DreamLand, Alex découvrit un spectacle qu'il attendait depuis maintenant deux jours : une chemin sillonait la passe de l'envol devant ses yeux soulagés, finissant sa course au pied des Monts Ferrailles. Enfin, ils quittaient la forêt.

Néanmoins, Melena ne semblait pas si pressée que cela d'en finir avec cette jungle et s'assit par terre comme pour proposer une pause silencieuse. Bien qu'il mourait d'envie de fuir cet endroit au plus vite, Alex fit l'effort de s'appuyer contre un arbre et soulagea ses cuisses meurtries par la marche bien trop matinale. Il en profita également pour admirer le tableau qui s'étalait maintenant devant lui : les Monts Ferrailles surplombaient la mer majestueuse de DreamLand, laquelle lui rappela par son turquoise vif celle qui bordait la belle et regrettée San Francisco. La passe de l'envol finissait son chemin ici, et les arbres que les voyageurs n'avaient que trop côtoyés ces derniers jours se faisaient de plus en plus rares jusqu'à ce qu'ils arrivent aux Monts où s'achevait leur course.

Le dégoûté chronique resta planté là deux bonnes minutes, puis finit par jeter un coup d'oeil vers les adolescentes, où il aperçut les deux amies penchées sur un nouveau magazine - certainement apporté par l'étrange hibou. Il ne manqua pas de remarquer l'air inquiet de la nécrophobe qui lisait les dernières lignes de l'article. Mauvaise nouvelle ? Oui, à en croire la réflexion de l'inquiète après avoir fini sa lecture : les voyageurs étaient poursuivis. Par qui, par quoi ? Alex n'en avait aucune idée et n'osa pas demander, préférant attendre une décision de la part d'une des adolescentes ; lesquelles finirent par reprendre en coeur la marche d'un pas vif. Le jeune homme les imita, bien vite suivi de Lysander et les quatre compagnons partirent ainsi en direction des Monts Ferrailles.


Dernière édition par Alex Stoneheart le Mer 1 Sep - 13:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Mer 1 Sep - 10:26

[Non, non. On en a pour 6 jours à pied avant les montagnes, mais on va essayer de faire du stop lol]

Enfin sortis de cette forêt de malheur ! Le soleil, bien plus fort une fois débarrassé de l'écran offert par le feuillage, en était si éblouissant que Jade dû plisser les yeux. De part et d'autres de la passe elle pouvait au loin discerner la mer même si l'odeur d'iode ne parvenait pas jusqu'à eux. Sur cette large langue de terre il ne semblait pas qu'on leur offre plusieurs chemin, il faudrait donc prendre la route et espérer ne pas croiser de vieilles connaissances qui pourraient se prendre de l'envie de les ramener par la peau des fesses à leur point de départ.

La route était bien longue devant eux, mais avant tout une pause s'imposait. La bonne jumelle s'assit avec précaution pour ne pas brusquer son postérieur meurtri qui se remettait doucement et se pencha vers Melena pour consulter le journal par dessus son épaule alors que celle-ci lisait à voix haute. La lecture entraina une grimace bien compréhensive : avoir un gardien en colère aux fesses n'était pas pour la rassurer, mais au moins l'article était vague vis-à-vis de leur direction malgré le témoignage d'une mégère portée sur la délation. Il y avait peu de chance pour que les Dreamlandiens s'imaginent qu'elles se soient amusées à traverser une forêt dont elle ne connaissait rien. Dans un sens le choix de leur route avait été utile pour autre chose que la longueur du trajet.

De son côté l'irlandaise fut mise sur la défensive, se levant aussitôt pour clamer qu'il fallait partir et Jade se retint de lui dire que ce n'était pas le chemin non fait à cause de quelques minutes de pause qui allait jouer dans la balance, surtout pour des gens dont le seul moyen de transport était la BM double pied. L'adolescente se contenta de hausser les épaules avant de se remettre debout et de charger de nouveau le sac sur ses épaules qui commençaient à être meurtries par le frottement du tissu contre sa peau à nue au niveau des épaules.

Et ils marchèrent, encore. Dans le silence, encore. On aurait dit qu'ils tentaient désespérément d'économiser leur salive de peur de tomber à court d'eau et Jay ne se sentait pas le courage d'alimenter seule la conversation. Ils avancèrent donc sous le soleil de plomb qui leur aurait presque fait regretter le couvert des arbres jusqu'à une route de terre bien entretenue qui filait droit vers la silhouette dentelée des montagnes au loin.

- Je ne sais pas si c'est bien prudent de prendre la route, mais ici le paysage est si plat qu'on nous verrait où qu'on soit... ici au moins on ne se tordra pas la cheville et avec un peu de chance on pourra faire du stop, proposa Jade en affichant une moue sceptique.

Elle n'avait jamais aimé le stop dans la vie réelle, qu'elle associait soit aux auto-stoppeurs meurtriers, soit aux automobilistes profitant des femmes seules et perdues sur un bord de route. Mais maintenant la situation était différente : ils étaient 4, ils étaient fatigués et la route semblait bien trop longue. Impossible de savoir si son corps supporterait cette tension jusqu'au bout, il valait donc mieux imaginer le pire des cas et s'y préparer.

La petite troupe continua donc son chemin sur le bord de la route carrossable et bientôt quelques voyageurs apparurent à l'horizon. Jade leva le pouce mais plusieurs fois pour rien, les cavaliers, charrette chargée de marchandise et véhicules motorisés leur passant devant sans s'arrêter. C'était qu'ils avaient belle allure après leur épopée sylvestre ! Sales, échevelés et couverts de terre, pas étonnant que personne ne veuille s'arrêter, à moins que le signe du stop soit différent ici ? Qu'ils prennent son pouce levé pour un "bien ! Continuez comme ça !" ? La bonne jumelle baissa son bras qui commençait à souffrir de crampe pour se le masser tout en continuant à marcher. Si l'un d'entre eux s'arrêtait tant mieux, mais ça ne l'empêcherait pas de continuer à rétrécir le chemin entre ici et Techyo.

- Pff... on doit être trop crades pour eux. Ils ont peur qu'on salisse leur banquette.

Le mépris teinté de frustration imprégnait la voix de Jade alors qu'un nouveau véhicule les dépassait sans leur prêter attention, comme s'ils avaient été invisibles. Un vaisseau choisit ce moment pour fendre l'air loin au dessus d'eux, laissant l'adolescente bouche bée. Alors ils avaient aussi ce genre d'engin ?! Il devait faire le chemin en un rien de temps mais elle n'y serait montée pour rien au monde. Un moyen de transport dont on ne pouvait sauter sans mourir en cas de danger était forcément mauvais, ici à Dreamland.


Dernière édition par Jade Martins le Ven 10 Sep - 12:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander Reander
avatar

Cryptomanie chronique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 18
XP : 13

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Ven 3 Sep - 16:41

*Hé bien ! Je ne suis pas mécontent de sortir de cette forêt ...*

À peine avait-il fait un pas au soleil, hors de l'ombre des arbres, que Lysander se sentit renaître. Il avait la sensation d'être un plante qui avait eu grand peine à pousser dans l'ombre de grandes arbres et qui se mettait à photosynthétiser après la chute d'un des géants la surplombant. Le soleil lui donna une énergie nouvelle, et il se sentait prêt à s'attaquer au monde entier ! Il s'assit quelques instants, son pagne de feuilles cachait bien ses attributs masculins, mais il avait le désavantage de lui donner des démangeaisons au postérieur. Il profitait d'une courte pause, car il allait bientôt falloir se remettre en route, le cryptologue rêvait d'un bon bain et surtout d'un pantalon ... Mais plus que tout il voulait proposer une énigme à quelqu'un, ça le démangeait encore plus que son pagne !
Avait-il tant besoin de chercher des mystères ? Est-ce qu'il aurait un problème avec les énigmes ? Lysander se refusait d'y croire, il n'était pas fou, pas comme ses camarades : Jade avait un dédoublement de personnalité, Melena une peur irrationnelle de ma mort et Alex était dégoûté par un rien. Ce dont souffrait ces trois étaient de tout évidence des troubles mentaux, mais lui, était-ce aussi une psychose ? "Obsédé par les énigmes" ? Le quadragénaire était troublé. Il se retint de faire une énigme, de toute évidence ça ne serait qu'un problème de plus de voir son pagne craquer, surtout qu'il n'avait rien pour le remplacer. À moins que ...


*Un sphinx a des ailes, n'est-ce pas ? S'il m'était possible de les utiliser, je pourrais passer par dessus ces montagnes facilement ... Non ! Je ne pense pas être capable de contrôler ce corps à ce point, en tout cas, pas pour le moment. D'autant plus que je garde une taille humaine, il me faudrait donc abandonner ces trois jeunes gens ... Il faut que je garde ces trois-là de mon côté, avoir des alliés semble être une condition vitale à la survie ici, je ne veux pas m'en faire des ennemis ...*

Il leva les yeux vers les montagnes au loin, l'idée des les franchir à pied ne motivait pas Lysander, mais cela semblait être le seule solution ... Il soupira et se retourna vers la forêt, se remémorant les événements des trois derniers jours ...

FLASH BACK

Après la première journée de marche – et sa première transformation en sphinx – le groupe avait réussi à faire du feu, selon la méthode des hommes préhistorique. Heureusement pour lui, Lysander n'était pas le premier à veiller. Malgré qu'il n'ait pas beaucoup affronté le monde extérieur au cours de sa vie, sa presque-cinquantaine rendait certaines activités physiques plus pénible que pour ses trois jeunes camarades. Il n'eut aucune difficulté à s'endormir, son corps avait déjà souffert de cette pénible marche en forêt. Il dû quand même veiller plus tard dans la nuit, tâche dont il s'acquitta avec plus ou moins de professionnalisme. Quand il se sentit incapable de tenir ses paupières ouvertes, il secoua légèrement la personne suivante, et s'endormit dès qu'il constata que l'intéressé était apte à surveiller leur campement de fortune. Lysander eut l'agréable surprise d'être réveillé par Jade et par une paire de pommes roses, ou en tout cas quelque chose qui y ressemblait. Ayant trop faim pour réfléchir quand à l'éventuelle vénénosité de ce fruit, Lysander mangea une de ces pommes, préférant garder l'autre pour un peut plus tard, malgré les torsions de son estomac.

Il ne leur fallut pas longtemps pour repartir et essayer de se rapprocher le plus possible de l'orée de la forêt, même si une nouvelle nuit en ces lieux lugubres semblait inévitable. Le silence du groupe stagna jusqu'à l'arrivé d'un visiteur surprise : un oiseau argenté qui poussa un cri très désagréable. Mais, étrangement, il s'arrêta brutalement, comme si on lui avait fermé le bec d'un seul coup. Intrigué, Lysander jeta un regard circulaire pour comprendre ce qui l'avait fait taire. Il remarqua qu'Alex avait un air beaucoup plus surpris que quiconque dans le groupe. Serait-ce lui qui ? La réponse devint rapidement un oui pour le cryptomaniaque quand, quelques instants plus tard, Alex pausa une question assez vague aux jeunes femmes : il voulait plus d'information sur les pouvoirs que les voyageurs acquéraient. La réponse de Melena fut tout aussi vague, ce qui eut comme conséquence d'énerver Jade qui expliqua tout ce qu'elle savait en détail. Il s'en suivit de long monologue pour que chacun explique son (ses) pouvoir(s). Lysander ne répondit pas grand chose, étant donné qu'il avait découvert la nature de son pouvoir en même temps que les autres. Le cryptologue était intrigué par les pouvoirs des "voyageurs", surtout par celui de Jade, dont il aimerait rencontrer le double, nommé Elie.
Cette discution avait eut comme effet que le voyage semblait passer plus vite, et le quatuor finit par s'arrêter devant une petite rivière. Les deux filles s'éloignèrent, ayant de l'idée de faire que que l'on pouvait appeler un brin de toilette. Les deux hommes, quand à eux, se contentèrent de se rafraîchir un peu. L'eau sur son visage revigora Lysander, il sentit son énergie revenir, puis il observa un peu son environnement. Depuis son arrivée, le paysage n'avait que peut changer, si ce n'est qu'un peut de fumée sortait de la cime des arbres. Son réflexe fut de regarder vers Alex, mais il constata que ce dernier avait déjà constaté la même chose que lui.


"Je crois qu'il serait sage de prévenir nos camarades ... Un homme ne devrait jamais aller déranger une lady durant son moment d'intimité, mais je pense qu'elles comprendront ..."

C'était une demande implicite à Alex de le faire, Lysander craignait d'avoir plus de chances de passer pour un pervers que son jeune ami. Ils revinrent tous les trois assez rapidement, puis le groupe décida de s'approcher pour connaître l'origine de la fumée.
C'est une tribu d'indigènes qu'ils découvrirent, de toute évidence assez primitifs. Ils furent cependant bien accueillis par ce qui semblait être le chef (rien ne pouvait être certains, puisqu'il était impossible de comprendre un traitre mot de leur langage), et même invités à manger avec eux. Lysander ne réfléchit pas plus longtemps devant le large choix de fruits proposés, et mangea autant qu'il fallut pour satisfaire son estomac. Il remarqua cependant un indigène de la vingtaine faire ce qui semblait être des avances à Melena la nécrophobe. Il ne fallut pas longtemps pour qu'elle soit emmenée dans une hutte. Une scène du même type se produisit avec Jade, mais le cryptologue n'eut pas le temps de réagir car un indigène d'âge mûr l'emmena lui et Alex dans une plus grande hutte pour assister à ce qui semblait être une vente de femme. Alors que l'homme semblait décrire sa "marchandise", le jeune compagnon de Lysander lui suggéra de partir, ce à quoi il acquiesça vivement. Le cryptomaniaque baissa les yeux et dis quelque chose qui ressemblait à un refus d'offre, même s'ils ne comprenaient probablement rien. Ils sortirent d'un pas pressé, suivit pas un vieil indigène déçu. Ils tombèrent devant une scène plus inquiétante : Melena menaçait les locaux avec son pieu, de toute évidence son prétendant n'avait pas réussit à avoir ce qu'il voulait. Il remarqua que certains avaient pris des lances, et le quatuor jugea utile de partir loin de ces indigènes. Au moins ils avaient réussit à manger à l'œil, et Lysander ne se sentait pas du tout coupable ...

Ils durent finalement passer une nuit dans le noir complet, car la structure de la forêt telle qu'elle était devenue ne permettait pas de fabriquer un système similaire à celui de la veille. Comme la nuit précèdent, Lysander s'endormit très rapidement et ne fut réveillé que pour prendre la relève, chose dont, heureusement, il s'acquitta sans avoir à se battre à mains nues contre une créature de cauchemar ...
La suite du voyage se passa relativement bien, Lysander eut même l'occasion d'apprendre un peu plus sur la nature de ce monde : ce serait l'endroit où l'on va durant notre sommeil paradoxal, une sorte de synthèse du subconscient collectif. Le cryptomaniaque n'avait pas remarqué qu'il n'avait pas rêvé durant la nuit. Faut dire qu'à l'asile, on lui administrait chaque soir une petite dose de calmant, ce qui avait pour effet de l'envoyer dans un sommeil sans rêve ... Il s'en suivit une petite discution sur la nature du Dr Parkinson, savait-il ce que provoquait son hypnose ? Le mystère restait entier.
Il ne resta que peu de temps à parcourir encore avait que le groupe n'arriva à l'orée de la forêt.


FIN DE FLASH BACK

Lysander fut sortit de ses cogitation par Melena qui avait commencé à lire son journal à voix haute. Ce n'était pas de bonne nouvelle pour eux, car il semblait qu'une ville entière était à la poursuite des deux filles. Le question était de savoir si accompagner ces adolescentes était une bonne ou une mauvaise chose. Les nouvelles fraîche ne convainquirent personne à rester là à se reposer, alors ils partirent en direction des montagnes que Lysander avait remarqué auparavant.
Sous un soleil de plomb, la troupe avançait à travers une plaine munie d'une route convenable. Il est impossible d'exprimer à quel point le cryptologue était heureux de ne plus à devoir éviter des racines cachées sous un épais feuillage. Les montagnes étaient visibles, mais il leur faudrait au moins cinq jours de marche pour y arriver, voir plus ! Mais cela ne démoralisa pas Jade qui entreprit de faire du stop au personnes qui passaient par là. Malheureusement, personne ne s'arrêta, Lysander avait l'impression d'être invisible. Après tout, qui prendrait en stop des personnes aussi sales et mal vêtues qu'eux. Alors que Jade en faisait la remarque à haute voix, le quadragénaire baissa les yeux vers son pagne et constata avec horreur que le chaleur séchait les feuilles et qu'elles ne tarderaient pas à tomber ... C'est alors qu'un engin volant passa au dessus des têtes des quatre voyageurs, à une vitesse fulgurante. Vus sa vitesse, le vaisseau avait probablement démarré de l'autre côté de la forêt le matin même ... Rien de bien encourageant ... Il repensa à la fameuse pierre de téléportation utilisé par la dame lors de son arrivée, elle aurait été bien utile dans le cas présent. Une autre charette passa à côté du groupe et le miracle se produisit : la charrette s'arrêta !

Le cryptologue en profita pour détailler le véhicule. C'était un charrette de bonne taille, avec quatre roues de bois mais recouverte de fer. L'intérieur était composé de deux partie, une première à l'avant qui consistait en une banquette pour accueillir des passagers, puis la partie utile de la charrette, qui débordaient de tissus aux couleurs vives. Le tout était attaché à l'avant par un harnais à un cheval monté par un homme à la barbe abondante mais bien rasée. Il portait des vêtements aussi coloré que son chargement. Mais le plus impressionnant était le cheval en lui même : il avait huit jambes !
Pas de doute possible, c'était bien le pays des rêves ! Mais, plus étrange, cette créature lui semblait familière, comme s'il en avait déjà vu ... Il n'eut pas le temps de réfléchir que l'homme sauta de son cheval avec une agilité remarquable, puis prit la parole :


"Hé bien, vous êtes dans un bien sale état, mes amis ! Ne me dites pas que vous avez traversé la forêt à pied ?! Si c'est le cas, vous avez tout mon respect, car peut de personne en sont sortis vivant ! Allez-vous à Techyo ? Figurez-vous que j'y vais aussi, j'ai quelques marchandises à transporter ... d'un geste théâtral, l'homme tendit le bras vers le contenu de son chariot. Si vous voulez que je vous prenne avec moi, ce n'est pas un problème, Aube pourra vous tirer sans problème."

Soudain, Lysander se souvint de l'origine de cette sensation de déjà vu : selon les mythologies scandinaves, le dieu Odin montait un cheval à huit jambes, Sleipnir. Ce monde était le lieu où tout ce que l'homme à imaginé prend vie ... L'homme sortit le cryptologue de ses rêverie.

"Alors, qu'en dites-vous ?"

"Hum ... dit Lysander, le temps de retrouver ses esprits. Vous êtes bien aimable, mon cher monsieur, merci de votre offre. Nous venons en effet de traverser cette forêt, et avions en tête de traverser les montagnes là-bas. Nous sommes harassés et votre générosité nous empêche de refuser. Nous serions heureux de faire le voyage avec vous."

"Magnifique, je vous accompagnerai avec plaisir à Techyo. Maintenant, parlons de ma récompense. un sourire malsain apparut sur son visage. Évidemment, rien n'est gratuit en ce monde, je ne vais pas vous emmener et risquer de salir mes magnifiques textiles sans que vous aillez une monnaie d'échange ... En ce qui me concerne, je me contenterai d'une demi-heure avec une de ces jolies demoiselles qui vous accompagnent ..."

"Pardon ?! s'exclama Lysander. Excusez-moi, mais je crois que nous nous sommes mal compris. Je pensais que vous nous offriez ce voyage bénévolement. Je crains que nous ne pourrions pas accepter votre requête : ces jeunes femmes sont toute aussi épuisées que moi et je pense qu'elles sont trop jeune pour vendre leur corps à un inconnu. Pardonnez-nous, mais nous continuerons à pied. Nous vous remercions malgré tout de nous avoir proposé de l'aide."

Le marchand ne sembla pas prendre bien la réponse du cryptomaniaque, ce dernier remarqua d'ailleurs l'épée qui garnissait la ceinture de l'homme en face de lui.

"Non ! Je crois que c'est vous qui avez mal compris, "mon ami". Ce n'était pas une proposition, c'était un ordre ! Si vous vous refusez à moi, je vais devoir utiliser la force ..."

Il dégaina son épée et donna un coup de pied dans sa charrette. Aussitôt son complice, caché sous les vêtements, sauta du véhicule et sortit un poignard court de sa botte gauche. Lysander eu un mouvement de recul, il jeta un regard vers ses camarades. Les deux hommes semblaient prêt à en découdre ...

----------------------------------------------------------------------------------
HRP : Mystères actualisé dans le carnet (bourse et sac à dos)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Lun 6 Sep - 0:15

Jade s’était intéressée à l’article alors que Lysander et Alex s’étaient chacun assis de leur coté, ruminant leur pause dans le silence. Ils reprirent donc leur route entourés du même mutisme qui semblait être le maitre mot de ce voyage, Melena ne pouvant retenir un sourire compatissant et gênée devant la tenue légère du doyen qui menaçait de s’effriter avec le soleil. Après tout, qu’auraient-ils put tous se dire ? Le contexte se prêtait-il vraiment aux bonnes blagues et aux anecdotes hilarantes ? Quand l’adolescente était seule avec son amie, raconter sa vie de jeune fille somme toute parfaitement normale avait une étonnante vertu de distraction. La confidence rendait les heures moins longues et les efforts moins douloureux. Mais avec l’option « +2 inconnus », il y avait une perte de charme non négligeable dans l’idée de dévoiler son enfance, et finalement, la nécrophobe – qui n’était pas de nature très volubile en général – ne trouvait rien à dire, et ça ne la dérangeait pas plus que ça.

Faire du stop était une chose qui engageait en elle une intense lutte de décision. D’un certain coté, elle n’avait été très friande de cette pratique, même dans le monde réelle, préférant se débrouiller seule jusqu’au bout plutôt que de quémander de l’aide au bon vouloir de tout le monde et surtout – malheureusement – n’importe qui. Cependant, les journées de marche qui s’étaient enchainée avaient alourdi ses jambes durcies de courbatures, et elle ne serait pas contre se laisser porter sur plusieurs kilomètre sans avoir à fournir le moindre effort.

L’irlandaise supporta son amie dans la périlleuse entreprise du levé de pouce, tout en gardant la tête baissée pour que sa frange vienne masquer ses yeux et une bonne partie de son visage. C’était non seulement la gêne que la peur de croiser quelqu’un qui les reconnaitrait qui la poussait à agir de la sorte, et elle ne consentit à redresser son regard que lorsque la psychotique se plaignit à voix haute du flagrant manque de charité des dreamlandiens. Il faut croire que quatre personnes relativement mal en point, dont une à demi-nue, sous un soleil de plomb qui frappait dur une route déserte sur plusieurs kilomètres n’attendrissait personne. Melena essuya son front suant en regardant l’engin volant filé dans la direction que le groupe empruntait, comme pour les narguer, puis émit un sifflement dédaigneux qui ne faisait qu’appuyer sa camarade.

- Ça doit être ça ouai… remarque, c’est peut-être mieux que de tomber sur une bande de pervers.

Il ne fallut pas quelques minutes de plus pour qu’une charrette tirée par un étrange cheval à 8 jambes fasse halte à leur hauteur. Le conducteur, à l’allure relativement propre sur lui, descendit avec agilité et leur proposa avec amabilité de monter pour qu’il les transporte. D’ailleurs, sa générosité exagérée fut bien vite mise à nu, car le pseudo-marchant eut tôt fait de dévoiler son jeu, s’affichant comme un pervers qui souhaitait jouer le rôle du taxi payé en nature.

- Tu vas devoir me faire faire le tour de Dreamland en condition de luxe avant d’avoir mérité une demi-heure avec moi. Grommela rageusement Melena, devancée par la réplique ferme mais courtoise de Lysander.

Malgré tout, bien qu’il était étonnant de voir un homme vêtu d’un pagne de feuilles séchées s'exprimer de cette façon, la nécrophobe fut touchée de la manière – peut-être légèrement maladroite si on examinait le fond – de protéger les deux adolescentes d’un inconnu qui cherchait à en profiter. Bien sûr, il était seul et eux étaient quatre, ce qui faisait quand même considérablement pencher la balance de leur coté même si l’individu était armé, mais le geste en lui-même était louable. D’ailleurs, l’irlandaise allait confirmer qu’elle déclinait l’offre avec un sarcasme bien senti, mais leur hôte choisit ce moment pour éclairer sur ses véritables intentions, et bien vite, deux lames aiguisées se dressaient vers les voyageurs. Le sang de la jeune fille ne fit qu’un tour, devant les dards qui menaçaient de l’entailler jusqu’à s’emparer de sa vie. Son regard croisa celui du doyen, impuissant, et elle fit à son tour un pas de recul, son cœur battant à tout rompre. Il était trop tard pour espérer dégainer son pieu ou son couteau sans risque, et engager un affrontement n’était peut-être pas la meilleure des choses à faire. Les hommes avaient l’air habiles, et les circonstances, différentes de celles du Colisée, ne jouaient pas en la faveur du petit groupe.

Se forçant à adopter un sourire, Melena leva les mains en signe de pacifisme et lâcha d’une voix tremblante.

- Je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’en venir là… mon ami n’a pas voulu vous vexer, et puis il est un peu trop protecteur ; je suis en âge de savoir ce que je fais de mon corps.

Elle n’osait pas jeter de regard en coin à Lysander de peur de perdre de sa crédibilité déjà maigre en révélant l’arnaque, mais elle espérait au moins que le quadragénaire verrait qu’elle cherchait simplement à garantir leur survie à tous. Après tout, ils voulaient les transporter et profiter de leur soi-disant dû plus tard, non ? Il suffisait de trouver une solution d’ici là. La nécrophobe priait pour que son entourloupe fonctionne. Elle avait déjà embobiné un gladiateur quand elle était enfermée au Colisée, pour le détourner de Jade… mais celui-ci ne pointait pas d’épée sur sa gorge et il était passablement soul. D’ailleurs, le dieu de Dreamland n’était pas de son coté aujourd’hui, car l’homme au poignard la détailla d’un œil brillant de vice, avant de lancer :

- Je suis tout à fait d’accord avec toi chérie. Dans ce cas, tu ne verras aucun inconvénient à payer la taxe de passage de ton groupe hein ?! Une petite gâterie là, maintenant, ce n’est pas si cher payer pour éviter de faire subir à ton joli corps un surplus d’effort sous un soleil pareil.

Prise de court, même le « va te faire foutre » qui lui brûlait les lèvres resta en travers de sa gorge. Au lieu de ça, Melena regarda l’homme avec un air de poisson frit, figée dans une réflexion qui se refusait à la voir se soumettre pour quelques kilomètres en charrette. Au moment où les deux brigands auraient sûrement perdu patience, un bruit de klaxon se fit entendre, et tout le monde tourna la tête pour en déceler l’origine. C’était un véhicule rectangulaire qui flottait à un mètre du sol à la vitesse moyenne d’une voiture. On aurait dit un pavé renversé sur une de ses longueurs, équipé de réacteurs mobiles sur tout l’arrière qui le propulsaient dans toutes les directions souhaitées. A cette vue, les deux inconnus poussèrent des grognements de prédateurs contrariés et s’empressèrent de filer avec leur charrette, et avant que l’engin non identifié ne s’arrête à leur hauteur, la nécrophobe dégaina son pieu au cas où.

De près, ça ressemblait à une voiture plus évoluée. Il y avait deux portes standards à l’avant et une grande latérale à l’arrière qui révélait six places, dont seulement trois occupées par des enfants de 3 à 10 ans. Quatre pattes métalliques sortir de chacun des flancs du véhicule pour qu’il puisse se poser alors que le visage d’une femme brune à la peau visiblement bronzée par une exposition soignée au soleil se penchait par la fenêtre ouverte, l’air étonnée et choquée.

- Mon dieu, mais qu’est-ce qu’il vous est arrivé ?! Ces hommes vous ont volé votre véhicule et vos…

Un regard peiné vers Lysander.

- Vêtements ?... On peut vous aider à les rattraper si vous voulez, ou appeler les autorités, ou bien…

- Non, je vous remercie. Interrompit doucement Melena en rangeant son arme. C'est très gentil mais... on voudrait juste se rendre à Techyo… ou s’en rapprocher le plus possible. Et euh…


- Oh… Nous habitons une petite ville sur une petite péninsule au sud-ouest de la métropole. Mais la route oblige à contourner les monts-ferraille par l’est. On peut vous conduire jusqu’au fleuve, ou la mécanoplaine si vous voulez. N’est-ce pas Henri ?

La voix d’un homme retentit assez fort pour que son approbation parvienne aux oreilles des voyageurs, puis il descendit de voiture avec un petit sourire gêné qui avait suivit une rapide estimation suspicieuse de dangerosité des passagers.

- En vous serrant un peu, il y aura de la place. Venez.

Il les invita à contourner le véhicule. De l’autre coté, au lieu d’une autre porte latérale, il y en avait une plus à l’arrière qui s’ouvrait en se soulevant sur un grand coffre plein de sac de voyage. La petite famille rentrait manifestement de vacances. Il en tira un tout en parlant.

- Essayer de voir si vous pouvez mettre votre sac à dos là dedans. En attendant, je vais trouver quelque chose pour vous. Il regarda le quadragénaire. Ce serait un crime de laisser un homme se balader de la sorte, d’autant qu’il fait froid dans le nord.

Melena en profita pour se rapprocher de Jade et l’interroger avec l’insistance de ses yeux gris. Était-ce bon de se laisser porter par cette aide inestimée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Stoneheart
avatar

Dégoût obsessionnel, Malaise mental

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 43
XP : 28

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 100 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Ven 10 Sep - 0:17

Les voyageurs entamèrent la route menant aux collines poussés par la motivation de s'éloigner le plus vite possible de la foutue forêt dans laquelle ils n'avaient que trop tardé. Plusieurs dixaines de minutes passèrent avant que les premiers cheminots ne se firent apercevoir : certains, équipés de charettes, transportaient de la marchandise tandis que d'autres semblaient revenir d'une quelconque visite à Techyo grâce à des véhicules plus évolués, que l'on pourrait qualifier de "familiaux". Malgré les maintes tentatives des auto-stoppeuses, aucun véhicules ne s'arrêta, y compris l'espèce de vaisseau qui fendait maintenant le ciel à la façon d'un rapace, renforçant le sentiment d'extrème lenteur qu'avait Alex depuis leur arrivé sur cette route. Même si Alex n'était pas du genre à se plaindre facilement, il se disait fermement qu'un peu de pitié ne leur ferait pas de mal dans l'instant et s'étonna de l'indifférence des routiers face aux quatres voyageurs au bord de l'effondrement.

Mais alors que le jeune homme se décidait à apporter l'aide de son pouce en le levant timidement aux côtés de ceux des adolescentes, une charette ralentit jusqu'à s'arrêter à leur niveau. C'était une charette imposante destinée à transporter toute sorte de marchandise ; Alex se demanda si le conducteur de cette même charette serait assez sympathique pour leur offrir la locomotion pour quelques kilomètres mais fut bien vite coupé dans ses pensées par la vue de l'animal qui la tractait : c'était un cheval, certes, mais un cheval à huit pattes.

"Woaw. Je..."

Voilà tout ce dont il fut capable d'articuler, si abasourdi par les créatures qui vivaient en ce monde qu'il en avait perdu la parole pour quelques secondes. L'homme à la barbe foisonnante qui chevauchait l'étrange animal semblait pourtant fort sympathique et proposa de les emmener jusqu'à Techyo. Une vague de soulagement traversa le dégoûté chronique jusqu'à ce que l'homme qui lui faisait face impose les règles de ce voyage, lequel était finalement loin d'être gratuit. Après le refus courtois de Lysander, un second homme sortit de nul part pour menacer les voyageurs de son poignard, accompagné du barbu qui avait déjà dégainé son épée.

Le cerveau d'Alex, jusqu'alors relativement ramolli par la chaleur accablante de la passe de l'envol se débloqua soudainement pour fonctionner à toute vitesse : que faire ? La fuite était une possibilité, mais où fuir ? Les voyageurs étaient au beau milieu de...nul part. Et puis, les deux hommes armés qui leur faisaient face ne leur laisseraient même pas le temps de faire un pas en arrière sans les découper membre par membre. Alex n'eut pas le temps de réfléchir à un plan B que déjà Melena tentait de calmer les ardeurs de chacun en tenant un discours malheureusement trop peu crédible compte tenu de la situation. Le jeune homme se surprit à presque vouloir accepter la dernière proposition du barbu pour avoir la paix mais se résigna bien vite : ce n'était pas le genre du psychotique de vouloir sacrifier la dignité de quelqu'un pour son propre interêt, et la simple idée d'y avoir pensé lui donna la nausée. Non, jamais les adolescentes ne donneront leur corps. *Mais comment se tirer de cette affaire, alors...?*

La réponse ne se fit pas attendre très longtemps : Un puissant klaxon résonna derrière eux, et six têtes surprises se tournèrent en coeur pour discerner au loin un véhicule des plus futuristes : l'engin rectangulaire se déplacait à un bon mètre du sol, propulsé par des réacteurs miniaturisés. Alex n'eut même pas le temps de reporter son attention sur les agresseurs qu'ils avaient déjà pris la fuite tout jurant haut et fort, non-satisfaits de la tournure qu'avaient pris les événements. Le jeune psychotique respira enfin, puis jeta un regard inquiet vers Melena qui avait sorti son pieu de métal où trônaient toujours quelques tâches de sang : l'engin qui flottait maintenant vers eux ne s'arrêterait sûrement pas si ses occupants apercevaient cette arme barbare. Il se retînt cependant d'en faire la remarque, et découvrit avec soulagement que la voiture ralentissait peu à peu, jusqu'à son arrêt complet.

La première remarque de la conductrice arracha un sourire à Alex : Non, ces abrutis n'avaient pas volé les vêtements de Lysander, mais comment leur expliquer la nudité de ce dernier ? "Pas d'inquiétude, notre ami s'est seulement transormé en sphinx..." ? Certainement pas, la famille Dreamlandienne leur rirait aux nez.
Au lieu de cela, celle-ci proposa la locomotion jusqu'au fleuve qui passait à l'est des Monts, voire jusqu'à la Mécanoplaine, ce qui ravit les quatre compagnons. Ceux-ci montèrent volontiers dans l'étrange véhicule après que Lysander eut récupéré un vêtement décent. A l'intérieur, Alex se rendit bien vite compte qu'il y avait plus de passagers que de sièges, et la charmante famille dut se tasser pour accueillir les voyageurs eux-même comparables à des petits pois dans leur boîte. Les minutes allaient certainement paraître des heures dans cette position inconfortable, mais le dégoûté chronique n'eut pas la force de se plaindre, bien trop heureux de ne plus avoir à marcher. La femme entama la conversation :

"Que diable faisiez-vous sans véhicule au beau milieu de la passe de l'envol, mes enfants ? Ces endroits ne sont pas sûr, en particulier la forêt qui borde Sextus ! Ne vous aventurez pas là-bas, vous pourriez connaître une fin tragique en ce lieu..."

Il ne prit pas la peine de répondre qu'ils avaient passé plusieurs jours dans cette fameuse forêt - ainsi que plusieurs terribles nuits - et préféra s'abandonner au plaisir de l'inertie sur la banquette arrière du pavé volant qui les emmenait désormais en direction de l'est des Monts. Après l'afflux d'adrénaline provoqué par la charette malveillante et perverse, la fatigue se faisait sentir et le jeune homme ferma les yeux pour prendre un minimum de repos. Il sombra dans le sommeil réparateur bien plus vite qu'il ne l'avait imaginé, et tous ses muscles se relachèrent, enfin.
Au moment de s'endormir, il se rendit compte que sa tête s'était effondrée...sur l'épaule de Melena. Tant pis ; même s'il devrait subir le courroux de l'adolescente plus tard, Alex n'avait plus la force de lever son buste. Et puis, un peu de chaleur humaine ne lui ferait pas tant de mal après ce rude voyage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Ven 10 Sep - 12:01

A force d’échecs la certitude que jamais aucun des clampins qui passaient ne les prendraient en stop s’installait doucement mais sûrement dans l’esprit d’une Jade de plus en plus blasée. Ils étaient bon pour faire toute la route à pied et les choses auraient probablement été différentes si Lysander avait eu autre chose qu’un pagne de feuilles sur le dos et s’ils avaient eut accès à une douche. Malgré leur aspect, si elle n’avait été que deux filles elles auraient probablement trouvé un ou deux pervers pour les prendre, mais l’adolescente était bien heureuse de ne pas avoir à se reposer sur ce genre d’aide intéressée. Bien trop intéressée à son goût d’ailleurs.

Elle ne s’attendait plus à grand-chose et commençait à baisser le pouce lorsqu’une charrette imposante fit halte à leurs côtés. Elle était tractée par un cheval à huit jambes dont la vue laissa la bonne jumelle bouche bée une poignée de secondes après lesquelles elle se décida à remonter sa mâchoire pour ne pas gober les mouches qui leur tournaient autour. Ses muscles étaient tendus par l’appréhension tant elle imaginait déjà l’homme sauter de sa monture pour les réduire en charpie, mais au lieu de ça il prit la parole pour leur demander s’ils avaient besoin d’un transport jusqu’à Techyo.

La proposition était très tentante mais Jay n’avait cessé de reculer à chaque fois que l’homme avançait vers eux. Après tout elle ne savait rien de cet inconnu et ne se sentirait à l’aise qu’une fois le voile levé sur ses mœurs et coutumes. Trop d’hommes paraissaient charmants ici avant de retourner leur veste avec en bon exemple ce cher Georges Mikles qui invitaient les jeunes filles à dîner, leur faisait du charme avant de les vendre comme de vulgaires marchandises. A DreamLand on était jamais trop prudent.

Jade laissa donc Lysander accepter l’offre avec sa réserve naturelle… puis vint le drame. La généreuse proposition du marchand tourna bien vite à l’invitation à la prostitution. Le rouge monta aussitôt aux joues de l’adolescente qui se figea les lèvres pincées alors que sa main tâtonnait dans son dos jusqu’à se refermer sur le manche de sa batte de base ball. Pas deux fois, elle ne pourrait pas supporter ça une seconde fois…

L’attente et la tension étaient insoutenable alors que Lysander tentait de refuser poliment la demande de l’homme. Jay espérait bien que sur ce refus il se remettrait en route et les laisserait tranquille mais au contraire il sortit un allié de sous sa manche tout en dégainant une épée affutée et ne se gêna pas pour leur annoncer d’un ton péremptoire que c’était tout bonnement un ordre. La bonne jumelle à cette vue s’était mise à trembler comme une feuille, vibrations qui se répercutaient jusque dans son arme pour lui donner une allure tout sauf menaçante. Ses yeux écarquillés dévisageaient ses camarades pour y chercher aide et réconfort, et elle finit par se réfugier derrière Lysander avec son arme serrée dans ses bras alors que Melena tentait d‘arranger les choses à sa manière.

- Non, non, non, non… je veux pas… une fois c’était déjà trop… deux… deux je deviendrais folle…

Ses paroles prononcées d’une voix blanche étaient à peine audibles et seul le cryptomaniaque avait pu la comprendre. Ses yeux s’embuait déjà de larmes et elle se préparait mentalement à avoir recourt à l’origine, mais elle n’en eut finalement pas besoin. En effet une espèce de fourgonnette futuriste arriva à tout allure pour faire fuir les bandits. Le klaxon du véhicule la fit sursauter et elle se cogna contre Ander² avant de reculer précipitamment. Son regard nerveux jeta un œil aux passager de la voiture et poussa un soupir de soulagement à la vue de la petite famille. Elle avait cru l’espace d’un instant qu’un autre pervers bien pire avait pris la place des premiers.

La femme qui sortit et leur adressa la parole semblait réellement inquiète et Jade éprouva une gratitude si profonde pour elle qu’elle l’apprécia instantanément. Elle avait perdu l’espoir de tomber un jour sur des personnes aimables et sans arrière-pensées, alors tomber sur une famille qui leur offrait secours, vêtements et moyen de transport sur au moins la moitié du chemin était inespéré. Jade accepta la proposition avec empressement et alla placer leur sac-à-dos dans le coffre sur l’invitation du père de famille. Devant le regard insistant de Melena elle lui pressa la main pour la rassurer et partit se glisser sur une banquette à l’arrière de la fourgonnette entre son amie et la fenêtre. Ils étaient un peu serrés mais c’était du grand luxe en comparaison avec le début de leur épopée.

Le véhicule se mit en route et aussitôt les vibrations commencèrent à bercer Jade et l’entrainer vers le sommeil. Elle se retint néanmoins de sombrer, non seulement pour répondre à la question de la femme mais aussi parce qu’elle ne se sentait pas encore complètement rassurée au point d’accepter le fait qu’ils dorment tous en restant à la merci de personnes qu’ils venaient juste de rencontrer.

- Et bien en réalité… commença-t-elle d’une voix hésitante, on vient de traverser cette forêt justement. Nous avions prévu de la contourner pour rejoindre Techyo par la route, mais les bandits de grand-chemin sont nombreux aux abords de Sextus et une troupe de coupe-jarret nous a attaqué. On a abandonné notre véhicule et fuit sans réfléchir vers l’abri que nous offraient les arbres et avant d’avoir pu s’en rendre compte nous nous étions déjà enfoncés profondément dans les bois. C’est un monstre qui hante les bois la nuit qui a réduit les vêtements de mon père en charpie.

Jade posa sa main sur celle de Lysander et lui adressa un pâle sourire plus que convainquant. Il fallait dire qu’ici elle n’avait eut aucun problème pour entretenir son don pour le mensonge. Elle s’appliquait à retenir sa petite histoire pour le cas où elle aurait eut besoin de la ressortir et continua avec cette même voix teintée de lassitude :

- Ensuite… on a marché. Pendant environ trois jours jusqu’à enfin sortir de ces bois. Et comme nous n’avions plus rien on s’est mit en tête de trouver une âme charitable pour nous porter sur un bout de chemin, mais il faut bien avouer que les bandits font office aussi de ce côté de la forêt…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Ven 10 Sep - 20:54

[HRP : Comme je risque de m'absenter encore quelques jours, et qu'il n'y a pas de nouvelles de ce cher ander² depuis mercredi, je vais le devancer pour ce tour, histoire que Melena ne soit pas muette dans une situation qui demande tant sa réaction =p]


La pression de la main de Jade dans la sienne la rassura, et un faible sourire illumina le visage de la nécrophobe. Elle la suivit dans le véhicule futuriste qui lui diffusait le long de la nuque un étrange sentiment d’appréhension curieuse, et se serra le plus possible pour laisser de la place à ses comparses masculins. Les cuisses de son amie se retrouvaient plaquées aux siennes, et leurs épaules nues s’embrassaient dans une proximité forcée qui mettait à rude épreuve les sentiments de l’adolescente.

Les vibrations de la voiture flottante qui se remettait en route détendit tous ses muscles, et c’est alors qu’elle se rendit compte de combien ils étaient crispés et douloureux. A la question de la femme qui se tenait à l’avant, de l’autre coté de la rangée de bambins qui se retournaient de temps à autre timidement pour évaluer les quatre auto-stoppeurs, la psychotique se lança dans un mensonge si bien mené que Melena ne se sentit pas le besoin d’ajouter quelque chose. D’ailleurs, quand cette dernière se pencha pour aller effleurer la main du doyen qui se trouvait à l’autre extrémité de la fourgonnette, écrasé entre Alex et la porte coulissante, l’irlandaise lui glissa subtilement à l’oreille :

- Alors je suis ta sœur, c’est ça ?

Un autre sourire se dessinait sur ses lèvres pâles, et tandis que Jade achevait son histoire, la tête du dégouté chronique vint s’appuyer sur l’épaule de la nécrophobe, qui sursauta sur le coup. Elle était déjà bien serrée contre lui – l’étroitesse de la place disponible obligeant – et de ce fait, ses cheveux venaient caresser le cou moite de la jeune fille quand son crâne s’amusait à chatouiller son oreille. Il aurait été impossible de protester à cet instant, en compagnie de la famille qui les transportait avec une bonté touchante, et de toute façon, l’irlandaise réalisait que ce n’était pas vraiment l’intention qu’elle avait. Comme si la gentillesse et la chaleur dégagée par les inconnus étaient contagieuses, Melena se sentait comme transportée par une sorte de bien-être inexplicable. Bien entendu, elle restait une voyageuse recherchée perdue dans un monde de dingues qui avaient multiplié les tentatives de la tuer mais… c’était la première fois qu’elle avait le sentiment d’appartenir à un groupe. Ce groupe était peut-être une entité réunie par la force des choses, atypique et encore trop froid, mais il existait, il avait traversé des épreuves en étant uni, et son identité se dessinait avec plus d’exactitude dans la situation où ils se trouvaient. Un sourire dont elle seule connaissait l’origine illumina le visage de la nécrophobe qui prit d’abord la main de Jade, puis, timidement, glissa ses autres doigts dans ceux d’Alex qui dormait paisiblement appuyé contre son épaule. De ses yeux gris pâles, elle chercha à croiser le regard de Lysander par simple envie de lui communiquer son élan de sympathie, puis ce fut à son tour de se reposer contre l’américaine.
A l’avant, la femme s’était tournée pour regarder les quatre voyageurs, et particulièrement les deux adolescentes échevelés. Une moue triste et compatissante marqua son visage aux traits abordant le vieillissant qui avait quelque chose de maternelle, comme si elle se disait « Mes pauvres chéries ! De jeunes filles ne devraient pas avoir à endurer de telles choses… » ; mais elle opta pour quelque chose d’autre de moins ciblé :

- C’est vraiment horrible… c’est vrai qu’on nous avait prévenu que certaines régions du sud devenaient plus dangereuses, mais nous avons eut de la chance. C’est vraiment miraculeux que vous ayez put sortir vivants de cette forêt ! Je… je dois dire que je n’en reviens pas !

Comme si on venait de leur raconter une histoire parlant d’un grand méchant loup que les voyageurs auraient vaincu, les trois enfants les dévisageaient bouches bée comme des héros d’un autre monde. D’une voix faible engourdie par la fatigue, Melena lâcha en réponse :

- C’est sans doute parce que nous avez eut de la chance nous aussi. Et puis, ça devenait vraiment inespéré de tomber sur quelqu’un d’aimable par ici… merci à vous, vraiment.

La concernée agita une main comme pour chasser un insecte.

- Ça n’est rien ! Je trouve ça normal. D’ailleurs, appelez-moi par mon prénom, je m’appelle Rosa. Mon mari, Henri, et voici Dean, July et Candice. Acheva-t-elle en désignant les enfants du plus petit à la plus âgée.

L’irlandaise redressa la tête en souriant. Elle n’avait pas lâché les deux mains qu’elle serrait, et la chaleur qu’elles diffusaient aux creux de ses paumes renforçait l’assurance et le calme qui l’habitait de plus en plus depuis qu’ils faisaient route dans le véhicule flottant. A tel point qu’elle ressentait un étrange pincement au cœur dans l’idée de mentir à des gens si généreux ; mais l’idée que ces gens généreux puissent l’être beaucoup moins en découvrant leurs véritables identités suffisait à lui faire garder le silence au sujet de la vérité.

- Enchantée. Moi c’est Melena. Ma sœur s’appelle Jade, mon frère qui dort Alex, et mon père Lysander.

- C’est nous qui sommes enchantés ! Et ne vous en faite pas, on devrait avoir atteint le fleuve et passé la forêt des monts ferraille d’ici la soirée ; je suppose qu’après une aventure pareille, vous devez avoir hâte de revoir la civilisation. Ça me désole vraiment qu’on ne puisse pas vous conduire plus loin…

- Oh, c’est rien. C’est déjà beaucoup. Merci.

Après un dernier sourire reconnaissant, la nécrophobe reposa sa tête sur l’épaule de son amie, et ferma les yeux pour à son tour se laisser bercer par les légères vibrations du véhicule volant. C’était la première fois de sa vie qu’elle avait se sentiment, d’être membre d’un groupe unifié, et cela méritait qu’elle le souligne une dernière fois avant de s’endormir. Elle avait un caractère difficilement vivable, et savait que si elle voulait que cette situation dure pour déboucher sur de véritables amitiés, elle devrait faire de gros efforts. Mais pour ne plus se sentir seule dans l’adversité, en l'attente de ce gouffre froid qui la terrifiait, elle serait presque prête à n’importe quoi. L’instant la transportait tant que dans son dernier soupir avant de s’endormir, elle mourrait d’envie de murmurer « Tu sais Jade… je t’aime. » Mais elle ne le fit pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander Reander
avatar

Cryptomanie chronique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 18
XP : 13

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Dim 12 Sep - 22:56

Un marchand de passage qui acceptait miraculeusement de s'arrêter pour quatre voyageurs qui donnait l'impression d'avoir vécu dans une porcherie : il fallait forcément que ce soit en réalité un pervers ! Lysander avait été trop stupide pour croire qu'il pouvait lui faire renoncer à ses pulsions charnelles par la parole ! C'est ainsi que le quatuor se retrouvait confronté à une paire de bandit bien armé et probablement capable de combattre avec dextérité.
Le cryptologue calcula la distance séparant les assaillants des deux adolescentes, seules personnes armées du groupe : ils étaient bien trop près pour qu'elles aient le temps de se mettre en position de combat sans recevoir une lame dans le ventre. Leur environnement était constitué de plaines, la fuite était impossible. D'autant plus que ces hommes était en pleine forme puisqu'ils s'étaient déplacé en chariot.

Soudain, comme un tournant magnifique du destin, un puissant bruit de klaxon se fit retentir et les bandit partirent sans demander leurs restes. Lysander se retourna vers ce qu'il devait remercier de ce sauvetage inespéré. Un véhicule volant au raz du sol, dont le design faisait penser à un pavé gris, filait dans leur direction. Alors que le véhicule commençait à ralentir, Lysander songea un instant à fuir, si jamais les occupant de ce véhicule futuriste étaient aussi des bandits ... Il se dit qu'il valait mieux tenter sa chance, de toute façon ça ne pouvait être pire.
Le véhicule finit par s'arrêter, permettant au cryptomaniaque de remarquer que le véhicule était muni de fenêtres et de réacteurs. Le véhicule se posa au sol sur des pattes sortie du bas du véhicule, faisant penser à un quelconque engin extraterrestre non-identifié. La fenêtre descendit et révéla la nature du conducteur : une femme qui semblait aimer les bancs de bronzage. Un coup d'œil à l'arrière permit à Lysander de deviner qu'il s'agissait d'une famille avec trois enfants, assez jeunes.
La femme se lança aussitôt dans un discours aussi bien hospitalier que bienveillant. Elle pensait que les vêtements de Lysander avaient été volés par les bandits, ce qui semblait elle la plus logique des hypothèses. Il ne fallut pas longtemps pour qu'il soit proposé au petit groupe d'être escorté plus loin sur la route. Une chance que la famille habitait non loin de la métropole, plusieurs jours de voyage étaient ainsi épargné aux quatre voyageurs. Il n'y avait que trois place libre, mais cela convenait parfaitement au quadragénaire, trop heureux de pouvoir se reposer pour une bonne partie du voyage. L'enfer de la forêt était maintenant bien loin, et la perspective de filer vers Techyo à bord d'un véhicule futuriste apparaissait comme le paradis des justes.
Le père de la famille sortit du véhicule et invita le quatuor à déposer ses affaires dans le coffre tandis qu'il essayait de ranger les bagages déjà présent façon Tetris. Il prit une valise et l'ouvrit, il sélectionna une pantalon parmi les vêtements qui y étaient entassés et en présenta un à Lysander.


"Prenez-le, mon brave, déclara l'homme. C'est un de mes pantalons, mais je crois qu'il devrait plus ou moins vous aller."

Il était vrai que les deux hommes avaient à peu près les mêmes dimensions. Lysander accepta donc volontiers cet aide inespérée. Quelle chance : ce pantalon arrivait à leur tenir aux jambes sans ceinture.
Après avoir remercié vivement le sauveur de son intimité, il rentra dans le véhicule, suivit par ses comparses. Lysander se retrouvait coincé entre un triplet d'enfant et la portière coulissante du véhicule. Tandis que le véhicule tremblait, signe du décollage, il remarqua les regards intrigués que posaient la petite fille qui lui servait de voisine sur lui. Lui lançant un sourire franc, il regarda par le pare-brise du véhicule, et constata qu'il filait déjà vers les montagnes. Les vibrations de l'engin avait un effet soporifique sur le doyen et il luttait contre le sommeil ne serait-ce que pour exprimer à la famille des remerciements plus détaillés. Il écouta d'abord ses cadets mentir sur les événements qui leur étaient arrivés. Il y avait de la compassion dans le regard de la conductrice, mélangé à l'étonnement que quelqu'un ait réussit à survivre à la forêt. Après avoir été présenté comme un père de famille par Melena, Henry, le père de la petit famille, ne pu s'empêcher de poser une question qui aurait pu être sentie comme déplacée si Lysander avait été réellement père :


"C'est peut-être direct comme question, mais je voudrais savoir ce qu'il est arrivé à votre femme. J'espère qu'elle ne s'est pas perdue dans la forêt ..."

Très posément, en s'efforçant de mettre un ton dramatique à son récit, le cryptologue se lança dans un mensonge qu'il aurait aimé éviter. Il savait que mentir était nécessaire pour se protéger lui, ses compagnons et cette sympathique famille, mais il avait un mauvais sentiment, mentir n'est en rien caractéristique du gentleman ...

"Ne vous inquiétez pas, ma femme ne nous accompagnait pas. Elle ... nous a quitter il y a deux ans ... un terrible accident ... Elle a lutté trois heures avait de succomber à ses blessures. Une femme magnifique, des cheveux blonds comme les blés, des yeux qui apaisaient quiconque les regardait, et une joie de vivre sans limite ... Nous avons été ... très triste de la perdre ... C'est d'ailleurs ses parents à elle que nous étions censé aller voir à Techyo. Je vous suis vraiment reconnaissant de nous avoir pris."

Il se demanda s'il n'en avait pas trop fait, mais il se dit que ça ne devait pas changer grand chose. Il y eut un moment de silence, le temps que la petite famille digère le discours du cryptomaniaque. Ce fut Rosa qui perça le silence.

"Vous m'en voyez navré, Lysander. Enfin ... je suis quand même contente de savoir que vous avez tous survécu à cette forêt. Vous n'avez pas besoin de nous remercier, toute personne normalement constituée aurait ... CANDICE ! Que fais-tu ! Enlève la bouche de la vitre, c'est plein de microbes !"

Lysander sursauta aux dernières paroles de Rosa. Il baissa les yeux et remarqua que la petite fille avait les lèvres collées à la fenêtre à côté de lui, un filet de base s'échappant des commissures de ses lèvres. Il se recula vivement, donnant un coup de coude à sa sœur à côté d'elle, qui émit un petit cri de protestation. Henry donna un mouchoir à Lysander pour qu'il essuie la fenêtre dégoulinante de bave, tâche qu'il accomplit sans traîner.
Le voyage continua sans grand événement pendant un bonne demi-heure, puis la petite Candice tira Lysander par ce qui restait de sa manche. Une fois qu'elle eut son attention, elle lui posa une étrange question :


"Dites Monsieur. Est-ce que vous savez comment on fait les bébés ? Maman elle sait pas et pis Papa i' ne veut pas m'dire ..."
"Voyons Candice ! On ne pose pas ce genre de question à une personne qu'on ne connait qu'à peine !" répliqua Rosa.
"C'est bon, coupa Lysander, je m'en occupe ! Alors comme ça, tu veux savoir comment on fait les bébés ? Tu n'avais jamais vu quand tes parents s'embrassent ?"
"Aaaaaaah ... c'est donc comma ça ! ... Merci Monsieur."

Elle partit dans ses pensées, et Lysander pu entendre un soupir de la part des parents, qui avaient un peu rougit. Il sourit un instant avant de tomber brutalement endormis : il avait atteint sa limite, ces derniers jours l'avaient trop épuisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Stoneheart
avatar

Dégoût obsessionnel, Malaise mental

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 43
XP : 28

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 100 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Lun 13 Sep - 22:51

Alex émergait. Où était-il ? Les secousses de l'engin volant lui rappela leur rencontre avec la famille Dreamlandienne. Il ouvrit un oeil pour vérifier que tout se passait pour le mieux, et sa première vision fut celle de sa main... enchevêtrée dans celle de Melena. Avait-il pris sa main pendant son sommeil ? Non, c'était bien la nécrophobe qui avait eu un élan d'affection général et ce geste surprit tellement le jeune homme qu'il en sursauta - plus par gêne que par réel renie physique - et il sentit ses joues rosir jusqu'à ce qu'elles chauffent l'intégralité de son visage. Pourquoi Melena - la dure et violente Melena - lui avait-elle pris la main ? Il croisa furtivement le regard de l'irlandaise avant de tourner vivement la tête vers Lysander pour cacher son visage certainement toujours un peu rose. Ce dernier entamait une tirade des plus dramatiques à propos de sa "femme", et Alex se dit que le quadragénaire était plutôt bon improvisateur, bien qu'un peu trop immorale par rapport à la nature de son mensonge. Enfin, après tout, les voyageurs auraient certainement à mentir plus d'une fois dans leur trajet jusqu'à Techyo, alors un mensonge de plus ou de moins... Cependant, Alex n'eut pas le temps d'y réfléchir d'avantage que déjà la dénommée Candice jouait l'essuie-glaces, entraînant les foudres de sa mère.

En général, le jeune dégoûté n'appréciait pas les enfants ; et il pressentit que les mioches à côté de lui n'allaient pas déroger à la règle. Seule July semblait relativement calme - Dean étant trop petit pour ne pas pleurer et Candice trop âgée pour tenir en place - et la petite fille lui lança justement un regard doux accompagné d'un franc sourire.

"Heum...Coucou...ça va ?" balbutia Alex en essayant d'afficher une moue sympathique.

Oui, bon, il faut dire qu'il n'était pas non plus très doué pour communiquer avec les enfants, et il se demanda d'ailleurs pourquoi il avait pris la peine de s'y essayer avec la petite July. Mais à son grand étonnement, la blondinette à côté de lui découvrit ses dents dans un mimique des plus adorables dont seuls les enfants ont le secret. *J'imagine que ça veut dire oui* songea Alex avec une pointe d'amusement, comme s'il se retrouvait tout petit, quand tout n'était que jeux et divertissements.

"J'espère bien que tu auras plus de chance que moi par la suite..." murmura-t-il, si bas qu'il ne sut jamais si la fillette l'avait entendu ou non.

Cela faisait maintenant une bonne heure que le véhicule flottait vers l'est des Monts, et personne ne parla durant ce laps de temps, mise à part la petite Candice qui posa LA question fatidique, la question qui troublait tant de parents. La réponse du doyen fit sourire Alex, lequel sentit son ventre grogner. Comme si elle avait entendu le léger gargouillement, Rosa s'exclama soudain :

"Mais ! Quelle idiote je fais ! Vous devez être affamés après tout ce que vous avez traversé, je me trompe ? Tiens Henri, arrête toi là... On va faire manger tout ce beau monde, et puis je ne pense pas que ça dérangera les enfants de déjeuner maintenant"

En guise de réponse à la proposition de la charmante mère, les mioches se mirent à crier à travers la voiture, se battant pour avoir tel ou tel sandwich. Du côté des voyageurs, l'approbation était également unanime, et Alex ne put s'empêcher de bénir mentalement cette femme qui lui offrait son premier vrai repas depuis maintenant 3 jours. Le groupe s'arrêta - ou plutôt, se posa - au bord du chemin qu'il empruntait et descendit de l'engin avec hâte. Tandis que les parents faisaient l'inventaire de ce qu'ils avaient préparé pour le déjeuner, Alex profita de l'instant pour se dégourdir les jambes trop habituées à être exploiter ces derniers jours. Rosa revînt bien vite avec un énorme sandwich dans chaque main :

"Tenez, voilà pour vous ! Désolé, il va falloir les partager en deux, mais comme ils sont plutôt généreux, je pense que ça devrait vous suffire en attendant quelque chose de plus consistant...Et puis, on a d'autres trucs !"

Elle prononça ce dernier mot avec un pointe de folie amusante avant de partir quelques secondes pour revenir accompagnée de ces fameux "trucs" : Elle portait un sac rempli de fruits et de sortes de madeleines à n'en plus finir.

"Merci, merci beaucoup Rosa, c'est... incroyablement généreux"

Il n'y avait rien à ajouter, Alex savait bien qu'il pourrait très difficilement rendre la pareille à cette femme et le seul fait d'être aussi généreuse prouvait qu'elle n'attendait rien en retour, incroyable. Enfin quelque chose de positif en ce monde ! Le jeune homme en était presque venu à croire que tout n'était que détestable à Dreamland...

Profitant de l'instant, il s'assit en tailleur sur le sol asséché de la Passe, partagea son sandwich avec Lysander et morda dedans avec un plaisir non dissimulé tout en scrutant l'horizon : La forêt qui bordait les Monts Ferrailles se faisait apercevoir au loin, et la première pensée du dégoûté chronique fut que les voyageurs n'auraient heureusement pas à faire le trajet à pied.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Mar 14 Sep - 17:03

Alors que Jade mentait comme une arracheuse de dents Melena se penchait vers elle pour demander confirmation de leur lien familial. L’adolescente acquiesça discrètement alors que le regard de Rosa porté sur eux se faisait sombre et horrifié. Voir cette femme si généreuse ressentir de la pitié pour l’histoire inventée qu’elle débitait lui faisait mal, mais elle se rassura en se disant que leur véritable histoire en méritait bien plus. Ce n’était donc pas vraiment mal, non ? Elle laissa la mère de famille s’épancher sur les routes qui n’étaient plus sûres, grimaçant légèrement lorsqu’elle ajouta ne pas en revenir. Il fallait espérer que ça n’aille pas plus loin, la dernière chose qu’elle voulait était qu’on porte des soupçons sur ses mensonges. Finir le chemin à pied après avoir été jeté de voiture ne faisait pas partie de ses projets d’avenir et elle comptait bien s’employer à repousser cette éventualité.

Melena dû sentir que la bonne jumelle avait besoin d’une pause car elle prit aussitôt le relais en flattant généreusement la petite famille avant de se lancer dans des présentations plus avancées. Elles formaient donc une fratrie avec Alex, sous la houlette bienveillante de Lysandre ? Bon, ils ne se ressemblaient pas foncièrement mais combien de familles étaient dans ce cas ? Des milliers, des millions… leurs bienfaiteurs ne relevèrent même pas leur disparité évidente. Jay essaya de son côté de retenir les 5 noms qu’on leur donna, sans trop de mal, tout en pressant la main de son amie qui s’était glissée dans la sienne. Savoir qu’il pourrait faire le chemin au moins jusqu’en montagne tranquillement assis sur la banquette arrière d’une fourgonnette avait quelque chose de particulièrement réconfortant qui ne faisait qu’amplifier le sommeil qui grandissait en elle. Jade laissa Melena investir son épaule, s’appuyant pour sa part à la vitre froide pour observer le paysage qui défilait en silence, attendant Morphée.

Au bout de quelques minutes l’adolescente piqua du nez, la joue aplatie contre verre et resta ainsi un long moment, ce qui lui valu d’ailleurs de rater l’histoire de leur « mère ». Il n’y avait plus qu’à espérer que personne ne lui demanderait d’approfondir ce point douloureux. Ce fut la voix de Rosa rouspétant une Candice ventousée à la fenêtre qui réveilla Jade en sursaut. Elle jeta un regard perdu et encore embrumé autour d’elle sans comprendre où elle se trouvait, et il lui fallut bien une bonne minute pour s’en souvenir. Ce fut la question embarrassante de la gamine qui acheva de la réveiller, alors que la réponse de Lysander lui faisait hausser un sourcil. Faire un gosse en s’embrassant ? D’accord il ne fallait pas choquer les petits mais leur raconter n’importe quoi n’était pas la meilleure option. Il fallait croire qu’il n’avait jamais eu d’enfant pour répondre des bêtises pareilles… Jade secoua la tête de dépit et soupira avant de souffler avec humour à l’adresse de Mel’ :

- De nous deux qui est enceinte ? Toi ou moi ?

Un sourire en coin s’était épanouie sur son visage mais elle ne put profiter tout de suite de la réponse à sa question car Rosa sembla soudain se souvenir de quelque chose, entrainant l’arrêt brutal du véhicule. Elle se sentait visiblement responsable de leur nutrition en plus de leur transport et la voir ainsi s’inquiéter commençait sérieusement à mettre mal à l’aise la bonne jumelle. Elle avait l’impression qu’ils n’étaient que des profiteurs, des sangsues parasites qui ponctionnaient tout à cette pauvre famille sans rien donner en retour. Elle descendit malgré tout avec les autres de la voiture, fixant la mère d’un regard songeur alors qu’elle arrivait armée de deux sandwichs monstrueux. Même en les coupant en deux elle en aurait eu assez pour la journée, elle ne put donc que partager l’avis d’Alex sur la question.

- Même trop, merci, murmura-t-elle les yeux baissés sur le demi sandwich qu’on lui avait glissé entre les mains.

Trop, c’était le mot. A force de vivre à Dreamland elle avait oublié ce qu’était la bonté, et en profiter soudainement avec tant d’abondance la déstabilisait complètement. Elle avait l’impression que ce n’était pas normal et qu’elle aurait dû refuser mais son estomac la rappela à l’ordre par un gargouillement sonore qui la fit grimacer de honte. Jay se résigna donc à s’asseoir et à manger en silence, observant l’étendue déserte de la passe après que Melena lui ai brièvement résumé ce qui concernait leur mère hypothétique.. De chaque côté de la route on apercevait la mer et l’adolescente aurait mis sa main à couper que les flots de rapprochaient. Et en effet, la marée montait. Dans environ 3 heures les flots recouvriraient intégralement le chemin, ce pourquoi Henri les pressa au bout d’un quart d’heure de remonter en voiture. Jade s’exécuta sans mot dire, retrouvant sa place dans la boite à sardine qu’était leur véhicule alors qu’ils se remettaient en route.

Le silence c’était installé de nouveau et n’était plus troublé cette fois par les cris de leurs ventres vides. Elle sentait bien qu’ils avaient actuellement une occasion en or de s’informer, elle fini donc par se résoudre à prendre la parole et d’entrer de nouveau dans le rôle qu’elle s’était donné.

- Je me demande bien à quoi ressemble Techyo… C’est si loin de chez nous que nous n’avions jamais eu l’occasion d’y aller. C’est triste d’avoir dû attendre que maman meure pour faire ce voyage.

Jay poussa un soupir, le regard brillant fixé dans le vide. Elle laissa sciemment un temps de silence avant de se tourner vers Rosa, l’air un peu plus vif.

- Vous y êtes déjà allé ? Je suppose que ça doit valoir le détour !

La mère de famille qui avait d’abord pris un air compatissant s’éclaira d’un sourire, bien heureuse de pouvoir changer de conversation pour un sujet plus gai. De son côté celui de Jay s’agrandit un peu plus, heureuse que sa ruse ait fait mouche.

- Bien sûr, la ville est magnifique ! Avec l’avancement technologique de la région on y trouve tout ce dont il est possible de rêver : des buildings montant jusqu’au ciel, des voitures volantes bien sûr mais aussi des téléporteurs… c’est d’ailleurs bien rare de voir quelqu’un arpenter les rues à cause de ça, tout le monde cède à la facilité. Et il y a la tour de l’avarice bien sûr. Ce n’est pas bien prudent de s’en approcher mais elle est si belle la nuit, lorsqu’ils l’illuminent ! J’espère que vous aurez l’occasion d’aller la voir, c’est l’attraction incontournable de la cité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Mar 14 Sep - 18:29

Melena était sur le point de rejoindre son amie dans le doux monde du sommeil quand une question de Rosa coupa nette sa transition vers les bras de Morphée. Elle ne quitta pas l’épaule de Jade qui diffusait dans sa joue une agréable chaleur, mais elle tourna les yeux de manière à apercevoir au moins la mère de famille qui buvait les paroles du cryptomaniaque avant de les plaindre avec compassion. Soulevant légèrement la tête pour voir l’expression du menteur, l’irlandaise croisa le regard d’Alex qui parut rosir instantanément avant de se détourner avec pudeur. Qu’est-ce qu’il avait encore ?! Il lui fallut un petit moment avant de réaliser qu’elle le tenait toujours par la main, et brusquement, elle jugea que son instant d’affection avait assez duré. Elle ôta ses doigts de l’étreinte chaude du dégouté chronique pour dégager son visage des cheveux qui venait couvrir sa vision d’une nappe sombre. Il ne manquait décidément plus qu’il se fasse des idées, alors que son cœur balançait pour la psychotique qui, bien qu’étant son amie, ne s’était pas encore rendu compte de ses sentiments.

Melena poussa un soupir triste, alors que Candice se faisait enguirlander par sa mère pour son élan de bonne intention visant à nettoyer la vitre. Heureusement que la mimique dégoutée de l’adolescente qui aurait put être mal prise dans la situation dans laquelle elle se trouvait passa inaperçu, et finalement, elle se laissa bercer par le voyage un long moment sans parvenir à s’endormir. Elle avait sentit le sursaut de Jade indiquant qu’elle avait émergé, et désormais, tout son corps brûlait d’une envie d’étreindre la jeune fille dans l’espoir de trouver le sommeil dans ses bras. Mais était-ce la force qui lui manquait ? Ou bien le manque de place ? Ou simplement la peur de se faire rejeter ? L’irlandaise ne bougea pas, sa main dans sa sienne et sa joue sur son épaule savourant la chaleur de ces contacts, puis elle ferma doucement les paupières pour vaguement somnoler.

Elle avait peur au fond. Parce que ce moment de répit qui apparaissait enfin depuis son arrivée à Dreamland n’était sans doute qu’un entracte au milieu de deux actes de mésaventures, et c’est sans doute ce qui la poussait à se livrer à ses sentiments. Si ça n’était pas maintenant, aurait-elle un jour l’occasion de s’avouer à Jade ? Elle avait vécu tellement de chose qu’elle n’arrivait pas à croire qu’elle puisse un jour être tranquille ici. Ce moment de sérénité lui paraissait comme volé au temps, comme des fuyards qui après avoir échappé à leur servitude, avaient échappé à leur sort… mais le destin est toujours le plus fort n’est-ce pas ?! Parce que quoi que l’on face, à partir du moment où l’on nait, il nous a vaincu ; car il nous a promis notre mort, et il avait raison.

Cette dernière pensée tira malgré elle la nécrophobe de son état somnolent car un frisson glacial serpenta sur sa peau pâle en hérissant son échine. Il y avait si longtemps qu’elle n’avait pas voyagé dans un engin si sophistiqué qu’elle avait oublié comme elle n’aimait pas la voiture. Elles lui rappelaient toujours son accident, la mort de sa mère, et celle à laquelle elle avait échappé par miracle. Ce devait être son malaise qui la gardait éveillée, car elle se refusait inconsciemment à baisser sa garde devant un drame qui pourrait la guetter quelque part sur la route. C’était peut-être de la paranoïa dans le fond… mais qu’y pouvait-elle ?

Ce fut finalement Candice qui la tira de ses songes par une question aussi inattendue que totalement hors contexte. La réponse de Lysander fit doucement ricaner Melena qui répliqua à la pique humoristique de son amie en lui rendant son sourire :

- Va savoir… on attend peut-être des jumeaux. Un chacun, comme ça il n’y a pas de jalouse.

Ah… vraiment. L’irlandaise se souvenait vaguement la fois où elle avait interrogé sa mère sur le sujet. Son regard tendre s’était posé sur son expression d'insouciance intéressée avant que son visage ne s’éclaire d’un éclat de rire avant de répondre « Il y a sans doute plein de recette tu sais. Tu les apprendras plus tard. Mais… les enfants comme toi ? On les fait en s’aimant très fort. »
Dans cette tirade, la gamine qu’elle était avait ressenti indiciblement la tristesse de Anney pour son mari disparu, et bien qu’elle n’était pas sûr d’avoir compris, elle avait été satisfaite de la réponse de la jeune femme.

Nouveau soupir mélancolique de Melena qui dût quitter l’épaule de Jade pour sortir du véhicule qui avait marqué une halte sous la demande de Rosa. L’adolescente accepta sa moitié de sandwich avec un sourire gênée, mais elle mit un long moment avant de se décider à mordre dedans. Ce n’était pas la peur qu’il soit empoisonné, mais plutôt celle que tout ceci ne soit qu’une mauvaise blague, et qu’on lui reprenne mesquinement pour la laisser à sa faim… ou bien qu’on lui demande quelque chose en échange, comme quelques galipettes ni vues ni connues à l’arrière du véhicule pendant que les enfants finissent leurs encas. Mais rien. La générosité de la famille était désintéressée, et c’était une chose qui déstabilisait profondément la nécrophobe, mal à l’aise de n’avoir rien à offrir que des mercis lourds de mensonges.

S’efforçant de ne pas laisser paraître sa mine triste, elle informa la psychotique sur les éléments qu’elle avait manqué, puis s’assit à coté d’elle pour manger en silence, le regard perdu dans l’horizon de la mer qui montait, avant qu’Henri ne les rappelle en voiture. Une fois leurs places reprises – Melena ne manqua pas l’occasion de réinvestir l’épaule de son amie ainsi que la chaleur de sa main – Jade usa bientôt de son don pour le mensonge dans l’intention de se renseigner sur la ville où ils se rendaient. Ça n’était pas une mauvaise idée car après tout, aucun des 4 voyageurs n’y avait jamais mit les pieds, et il fallait bien savoir ce qui les attendait.

La bonne nouvelle, si s’en était une, était que Techyo semblait être loin du modèle antique de Sextus, et donc que peut-être, à l’instar de la bonne famille qui les transportait, les gens y étaient plus civilisés. Au moins, savoir qu’il n’y avait pas de Colisée couvert de préservatifs usagers pour l’accueillir était une bonne nouvelle. Lorsque Rosa évoqua la tour comme une attraction, Melena aussi un sourcil de surprise. Du peu qu’elle avait déjà entendu au sujet de ces bâtiments si emblématiques, elle ne les avait jamais vu comme des attractions, mais plutôt comme des sources de menaces potentielles.

- J’aimerais beaucoup la voir, oui. Elle doit être différente des tours de Sextus où de Miquitzli.

- Ooh oui ! Elle n’a vraiment rien à voir. Elle appartient à une femme milliardaire… la plus grosse fortune de tout Dreamland même. Ça explique sans doute qu’elle ne lésine pas sur les moyens.

L’irlandaise lâcha un « hum » songeur en repensant à Asmodée, qu’elle avait aperçut dans l’animalerie au moment où on les vendait comme esclave. Son aura écrasante l’avait envouté instantanément, au point qu’elle souhaité intensément être choisie par cette créature au charisme si particulier. Les possesseurs de tours étaient-ils toujours des personnalités puissantes et indispensables ? Ils apparaissaient comme des êtres élevés au dessus des autres, en dehors de toute loi, que les dreamlandiens devaient accepter, les aimant ou non.

Bien que cette considération laissait l’adolescente à réfléchir, une autre question lui venait, et elle se décida à la poser, quitte à ce que ce soit risqué.

- Dites… il y a beaucoup de... voyageurs à Techyo ?

Rosa sembla bugguer un instant, figée dans un demi-sourire interrogatif, avant de lui répondre lentement :

- Bah... évidement, comme partout. Pourquoi cette question ?

- Pour rien de spécial…, mentit-elle avec le ton de circonstance, on raconte tellement de chose à leur sujet en ce moment… qu’ils sont dangereux et tout… je ne sais pas trop quoi penser, mais ça fait un peu peur, surtout quand on se rend dans une ville inconnue.

- Oh bah... à Techyo et dans la région environnante, ils sont plutôt bien vue... les gens sont plutôt d'un naturel curieux. Et les voyageurs sont des curiosités assez... curieuses, non ?

- Sans doute. Dit seulement Melena en fuyant le regard de la mère de famille.

Au moins, elle se sentait vaguement soulagée. Elle aurait presque eut envie d'avouer sa vraie nature, pour dissiper toute sensation de mensonge ou d'ambiguïté, mais elle se contint en fermant les paupières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander Reander
avatar

Cryptomanie chronique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 18
XP : 13

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   Mar 14 Sep - 21:00

Lysander ne dormit pas très longtemps. À vrai dire, ces nuits à veiller sur ses camarades avaient totalement bouleversé son horloge interne. Il faudrait probablement plusieurs jours avant que son corps ne reprenne un rythme normal, à la condition bien entendu qu'il ait droit à des nuits normales, ce qui semblait impossible en tant que "voyageur" ... Lorsqu'il émergea du vide intersidéral qui régnait sur le sommeil des Dreamlandiens, le cryptomaniaque resta immobile, les yeux fermés, à cogiter sur les derniers événements.
Il se souvint de la question de la petite Candice, ainsi que sa réponse ... Avoir des enfants en s'embrassant, voilà une idée assez absurde, mais réponse était plus romantique que la vérité. En réalité cette réponse n'avait pas été inventée par Lysander, c'était la réponse que son père lui avait donné quand lui-même avait posé la fameuse question. Ce souvenir avait provoqué une vague de nostalgie chez le quadragénaire, lui qui avait vécu chez son père jusqu'à la mort de ce dernier. Il avait eu la même réaction que Candice à l'époque.

Ce fut la voix de Rosa, fort inquiète de la santé de ses passagers, qui sortit le cryptologue de sa torpeur. Lysander se sentit un peu gêné en constatant toute l'attention que la femme portait pour un quatuor d'inconnu. Il ne pu cependant pas refuser de la nourriture, le nombre d'aliments avalés au cours des derniers jours se comptaient sur les doigts d'une main. Rosa n'avait que deux sandwiches à offrir aux quatre voyageurs, mais leur taille était telle qu'ils auraient pu les nourrir pour deux jours s'ils avaient été encore en forêt ... Malgré sa gêne à faire le pique-assiette, Lysander dévora le demi-sandwich que lui tendit Alex en prenant soin de n'en laisser aucune miette, tout en essayant de ne pas ressembler à un homme ayant passé quarante jours dans le désert ... Un sensation très agréable lui parcourut le corps, il était tellement heureux et reconnaissant envers cette si généreuse famille qu'il aurait pu en pleurer de joie.
Il porta un regard circulaire à l'horizon, et remarqua que la côte était visible des deux côtés. Le groupe aurait probablement dû s'arrêter là s'il avait continué à pied, la composition sablonneuse du sol confirmait la présence de la mer à marée haute. Lysander regarda l'ensemble des personnes présente, en particulier ses camarades d'infortune. Malgré les hauts et les bas que le groupe à connu, ils n'en sont pas moins resté unis et c'est à cela que le cryptomaniaque devait la vie. L'espace d'un instant, il souhaita vraiment avoir été le père de ces trois jeunes patients de Dr Parkinson ; la situation actuelle ne le dérangeait pas le moins du monde et il espérait que ces instants durent le plus longtemps possible. Il se sentit un peu triste à l'idée que ça ne durerait pas, mais il essaya d'oublier ce fait et de savourer le présent.

Le présent est une chose que la société moderne oubliait : tout au long de notre vie, il faut penser au futur, aux études, au travail, à la retraite ... et plus on vieillit, plus on a de plus en plus de souvenirs à conserver et à remâcher.

Lysander se souvint tout d'un coup de la scène qui avait précédé l'arrivée miraculeuse de Rosa et Henry. Quand, au moment où les bandit révélaient leur véritables intentions, Jade se réfugia derrière le cryptologue, et avait marmonné des paroles révélant quelques éléments sur son passé. Il avait voulu en parler, mais la fait qu'il soit accueillit par cette famille lui avait empêcher d'en parler ouvertement ; il aurait également obtenir plus de renseignement sur la "jumelle" de Jade, Ellie, et des événements qui ont amené à leur séparation. Il se leva et s'approcha de l'adolescente, mais Henry demanda à tout le monde de remonter en "voiture", car la mer, comme l'avait pensé Lysander, remplissait entièrement cet espace à marée haute.
Le voyage continua en silence, Lysander essayait de son côté de se reposer le plus possible, puisqu'il ne parvenait pas à dormir. Il écouta d'une oreille Jade s'informer de manière indirecte sur la ville qu'ils comptaient rejoindre, puis Rosa répondre de manière très enthousiaste. Il ouvrit les yeux quand il entendit la réplique de Melena, qui comportait des sous-entendu sur les "tours", car elle disait qu'il y en avait aussi dans deux autres villes. Il se demanda quelques instants ce que ces tours avaient en commun et ce que Rosa voulait dire par "ce n'est pas bien prudent de s'en approcher". La question que la nécrophobe posa ensuite fit tréssaillir intérieurement Lysander : elle demanda si des "voyageurs" étaient présent à Techyo. Le cryptomaniaque se tint sur ses gardes, près à rattraper le coup si ça devait tourner mal. Fort heureusement, Rosa se contenta d'être perplexe et de répondre vaguement. Apparemment on ne parle pas des "voyageurs" comme on parle du dernier film qu'on a vu ... Melena arriva à expliquer la raison de son questionnement sans éveiller de soupçons, et la réponse de la mère de famille rassura un peu Lysander sur ce qui leur arrivera par la suite. Mais le "assez" précédent "bien vu", ne motiva pas totalement le cryptologue à révéler ses mensonges. Malgré la sympathie qu'il éprouvait envers ces gens, il sentait de son devoir de leur mentir, peut-être de peur d'être mal reçu, ou alors de leur causer des ennuis.
Un peu plus détendu, Lysander se laissa aller contre la vitre. Il lui sembla cligner des yeux, mais quand il les rouvrit il consta que le soleil était sur le point de ce coucher. Le cryptomaniaque se devina qu'il venait de s'endormir et de se réveiller sans s'en rendre compte. Le changement de luminosité le rassura quant à la durée de son sommeil, ce qui lui permettait de confirmer que son corps retrouvait progressivement un rythme normal. Lysander regarda par la fenêtre, histoire de se localiser. Les Monts Ferrailles était derrière eux, apparemment ils venaient de finir de les contourner. C'est ce moment que choisit Rosa pour s'arrêter.


"Je suis désolée, mais nous allons bifurquer. Nous ne pouvons vous emmenez plus près de Techyo, la suite du voyage nous en éloignera. Je suis vraiment ... désolée de ne pas pouvoir vous aider plus et ..."

"Mais non ! Mais non ! coupa le cryptologue, toujours aussi poli. Ne vous excusez pas, Rosa ! Vous en avez fait bien plus que ce dont nous avions besoin. Les mots ne peuvent exprimer à quel point nous sommes reconnaissants. Nous saurons nous débrouiller, merci pour tout."

C'est sur ces bonnes paroles que Lysander ouvrit la portière de son côté et sortit à l'air libre, prêt à aller vers de nouvelles péripéties ...

Arrow Mécanoplaines
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: En route vers Techyo ! (2)   

Revenir en haut Aller en bas
 

En route vers Techyo ! (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose :: Continent Chimérique :: Passe de l'envol-