AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Vers l'infini et... l'au-delà?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Myia Be
avatar

borderline

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 122
XP : 85

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Lun 26 Juil - 23:33

Manger. En voilà une bonne idée. La gamine s’imaginait déjà baignant dans une marre de gâteaux au chocolat. Son espoir fut rapidement réduit à néant par Jane Doe. En effet, manger des ronces et des baies ? Personne ici n’était herbivore, surtout pas Melena, à qui l’idée semblait dégoûter plus que quiconque. La nouvelle amie de Mel’ avait une répartie qui impressionna Myia : elle n’aura pas pu trouver meilleur surnom au nouvel arrivant. Cependant son geste prévenant à son égard la surprit : le poser aussi délicatement que possible sur une brindille piquante. La gamine en avait presque les larmes aux yeux.
Son attitude sur jouée était surement une façade pour encaisser le départ des deux adolescentes, de l’une d’elles surtout.
Elles étaient déjà loin maintenant, mais l’enfant sortit de sa comédie pour leur crier dessus un quelque chose qui ressemblait à « restez en vie, veillez sur vous ». Elle ne pouvait s’empêcher d’agiter ses bras pour leur dire au revoir. Mais elle se trahissait elle-même : il faudrait attendre longtemps avant que leurs chemins ne se croisent de nouveau.

Quand Jane et Mel’ disparurent définitivement, Myia relâcha son bras, tout son corps se vida de toute énergie. Le vide, violent et brutal ne la ménageait pas. Mais cette sensation d’abandon avait reculé, elle n’était pas seule. Alors la gamine se retourna, le regard pétillant et se rua sur le Polly Pocket vivant. Mais Kalyss avait été plus rapide et l’avait jeté dans sa poche. Il fallait qu’elle attrape son nouveau jouet, et elle l’extirpa, amusée, des poches de son ami. Babibel était bien trouvé, mais un brin trop long, elle fit la moue avant d’entrouvrir les mains et de s’adresser à lui en chuchotant.

- Toi Babe, tu restes avec nous !

Oui, elle venait ouvertement d’ignorer son désir de retourner on-ne-sait-où. La seule chose qu’elle voulait faire, c’était voyager, n’importe où, et peu importe la durée que cela prendrait. Elle était libre après tout ! Pour le moment en tout cas… il fallait vite se décider. Il était hors de question pour eux de se refaire attraper. Elle fut touchée que Kalyss choisisse de rester en sa compagnie. Pour le moment, il ne la fatiguait pas. Devait-elle croire en cet élan de compassion ? Pour confirmer son propos, le jeune homme attrapa sa main avec assurance. Son choix à lui aussi était fait. Pour cacher sa gêne, elle s’échappa bien vite à ce contact
La gamine grimpa non sans difficultés en haut de la bute à moitié écroulée et pointa son doigt dans la direction qu’avaient prit les deux jeunes filles quelques longues minutes plus tôt. Puis lentement, elle le décala un peu plus vers l’est. La direction où le soleil se lèverait, c’était l’aube, l’espoir.

- On va vers là !

Satisfaite de son choix, il ne manquait plus qu’à convaincre ses deux compagnons. La demi-portion qu’elle emprisonnait ne comptait vraisemblablement pas. Mais la gamine redoutait le moment où sa poupée reprendrait forme adulte. Finalement leurs dons respectifs ne se différenciaient pas tant que ça. La transformation était leur point commun.
Kalyss ne semblait pas vouloir aller contre son choix, mais pas mesure de sécurité elle s’approcha au plus près de lui et lui adressa un regard suppliant : yeux grands ouverts, un brin pétillants et imbibés d’eau, les lèvres tremblantes. Voilà, c’était parfait, du moins elle l’espérait. Mais il valait mieux ne pas oublier son désir de manger. Pour Yoru, le choix était plus difficile. Aucune direction ne semblait l’attirer, et toutes l’intéressaient. Pour quelle raison tournait-il la tête dans tous les sens ? Cherchait-il quelque chose, ou… quelqu’un ? Son esprit s’illumina !

- Avec un peu de chance on tombera peut-être sur d’autres voyageurs ! Et… je sens de la nourriture quelque part !

Pour étayer ses suppositions plutôt légères, elle disparu de la vue de ses compagnons. Même Babe avait retrouvé le sol ferme. Myia ne désirait pas abîmer son poupon et elle l’avait déposé avec une délicatesse empruntée à Jane Doe sur une branche cassée. Malgré son caractère pour le moins étrange, s’il voulait survivre, il devrait supporter des voyageurs expérimentés...hum. Son calme était enfin revenu, sa décision était prise : avancer vers l’inconnu, mais avancer. Progressivement, ses membres s’allongèrent pour prendre des traits plus dessinés, des formes qui remplissaient au mieux ses vêtements enfin à sa taille. Myia lança de petits signes à ses amis, puis désigna le ciel.

- Regardez, il y a des mouettes ! On n’est pas loin de la mer, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Mar 27 Juil - 19:43

Abel avait été trimballé en tout sens comme une vulgaire poupée de chiffon. Il fulminait. D'autant que sous cette forme, il ne pouvait rien. Il se demandait pourquoi... Comment était-il possible qu'il... devienne aussi petit.
Les propos de la grande imbécile avait confirmé ses soupçons. Elle avait dit "Dreamland"... Il était donc bien dans un rêve ? Et ces personnes alors ? N'étaient elles que des projections de son subconscient ou alors d'autres personnes rêvant ?
Puis il se rappelle son rendez-vous chez le Dr. Parkinson. Était-ce ce pauvre type qui l'avaient envoyé ici ? Mais pourquoi ?

Il en était à ses réflexions lorsque Kalyss s'approcha de lui et le prit dans ses mains.
Abel n'avait jamais été attirés par les hommes, et seules quelques rares femmes avaient eu droit à cet honneur. Et pourtant... Comment était-ce possible ? Ce... gamin n'était qu'un hérétique comme tant d'autre, et pourtant tout son corps poussait au désir. Quelle étrange sensation, si forte...
Il crut devenir fou un moment, fou de désir. Étrange vraiment.

Puis il fit noir. Il comprit que ce sale, mais désirable, gamin l'avait mis dans sa poche. Il ne put qu'attendre. Quelques secondes ? Minutes ? Heures ? Il n'en savait rien. Il se contentait de lutter contre son désir jusqu'à ce qu'une autre main gigantesque s'empare de lui.
Il eut alors la sensation d'être un papillon pris au piège des mains d'une gamine. Visiblement, elle avait décidé qu'il resterait avec eux. Il ne l'écouta pas plus, trop occupé à se tenir à la branche sur laquelle elle le posait.
C'est ce moment que le destin choisit pour lui rendre sa taille normale.

La transition était beaucoup plus rapide que lorsqu'il devenait minuscule. Il regarda autour de lui, presque surpris de se voir plus grand que l'herbe.
Il eut alors conscience d'une chose. Son désir pour le jeune garçon ne s'était toujours pas envolé. Il ignorait qu'il devait s'éloigner pour y mettre un terme. De toute façon, il s'en fichait. Il était habitué à toujours obtenir ce qu'il désirait, or à l'instant, ce qu'il désirait... C'était Kalyss. Qu'il le veuille ou non n'avait pas d'importance. Il ne pouvait et ne voulait lutter. Il n'écouta pas les élucubrations de la jeune pimbêche sur les mouettes, se contentant d'approcher Kalyss, un peu à la manière d'un prédateur.

Le pouvoir des hormones est décidément quelque chose de terrible. Et Kalyss risquait de le découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Kalyss Loveless
avatar

Pornophobie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 86
XP : 35

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Mer 28 Juil - 11:58

Myia indiqua plus ou moins la direction qu’avait pris Melena et Jade quelque instant plus tôt, qui était d’ailleurs la direction de Sextus … Pourquoi y retournait elle ? Etaient-elles tombé sur la tête ? Bof, ce n’était plus leurs problème maintenant, il devait trouver un endroit ou aller, et vite… Kalyss n’avait pas grand-chose a faire en ce monde. Il était définitivement brouillé avec Gabriel, Lou l’avait complètement oublier, Jade et Melena venait de l’abandonné. Quand a la simple idée de se trouver un travail et de vivre en honnête citoyen lui donnait des sueurs froide : Il avait l’occasion de devenir quelqu’un a DreamLand. Et il avait bien l’intention d’en profiter le temps que ca durerait.
Mymy parla alors des mouettes… Tien pourquoi pas ? Un aprèm plage et pique-nique d’œuf en chocolat ! Ca pourrait être relativement sympa ! Et il aurait toute la journée pour réfléchir a quoi faire ? Pourquoi pas prendre la mer et voyager a travers Dreamland ? Après tout que connaissait-il de ce monde ? Ellipse et Sextus avait été ses deux seul destination, et même si chacune de ses ville avait son lot de mauvais souvenir, il devait bien avoir au moins une ville ou ils seraient les bienvenue, non ?

Il sentit alors une main sur son épaule qui le força a se retourner.

Abel ! Il le regardait étrangement… Le même regard qu’il avait vu chez Dakota, James, le Loup de la croix blanche et bien d’autre… Le regard que provoquait le son de sa voix a chaque fois qu’il l’ouvrait. Mais pourquoi bon dieu avait il été aussi bête ! Abel aurait bien fini par grandir, retrouver ses moyens, et essayer de…de… Non ! Il en avait assez eu pour le moment ! C’était même pas la peine d’essayer, il fallait qu’il s’éloigne.
Il recula alors de quelque pas, mais Abel le suivait, et marcher a une vitesse légèrement superieur a la sienne…Comment voulez vous arrêter le champ d’action d’un pouvoir quand celui-ci vous suit ! Il regarda Myia qui était redevenu adulte et la supplia du regard de le retenir, qu’il puisse s’éloigner assez et mettre fin a son calvaire, et a celui d’Abel par la même occasion.


« Abel ! Arrête ! C’est une illusion, tu n’est pas attirer par moi..je… »

En reculant il trébucha sur une racine qui dépasser du sol, ses fesses encore un peu douloureuse le lancèrent.

« Je…c’est mon pouvoir ! Comme quand tu rétréci… Prends sur toi…c’est une illusion ! Eloigne toi ça passera…»

Il se releva tant qu’il pu et regardait ses deux amis d’un air suppliant, tout en reculant au fur et a mesure qu’Abel s’approchait dangereusement de lui

*Myia…fait quelque chose, s’il te plait*

Quel perte de temps inutile ce pouvoirs quand même, ca faisait au moins dix minute qu’Abel essayer de l’attraper, et a en juger le paysage, il ne serait pas a la plage avant quelque jours. Moins s’il trouvait un moyen de locomotion…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myia Be
avatar

borderline

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 122
XP : 85

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Mer 28 Juil - 20:55

Les mouettes furent en effet bien vite oubliées. L’air marin, l’eau, le sable étaient à de longues journées de marche. C’est ce qui signifiait en tout cas la taille minuscule des oiseaux qui voletaient loin… loin encore du petit groupe.
Le nouvel arrivant avait reprit sa forme initiale, et sa poupée inoffensive avait reprit ses airs supérieurs en ajustant sa veste. Ce personnage l’amusait vraiment, malgré son caractère repoussant. Ce qui était inquiétant par contre, c’était son regard dégouté dissimulé par un corps transpirant de désir pour… Kalyss. La jeune femme chercha dans sa mémoire… puis hoqueta de surprise.

- Kalyyyyysss… Pourquoi tu lui as parlé...

C’était plus un gémissement à peine audible qui venait de sortir de sa bouche. Mais le sentiment d’horreur était palpable sur son visage. Cette scène ne lui rappelait que trop bien celle du Colisée quand… non ! Myia secouait la tête violemment pour échapper à ces images, mais c’était peine perdue, car le regard de Kalyss, son ami en danger, était suppliant.
Mais que pouvait-elle faire ? Yoru semblait détaché du sort de Kalyss, et elle n’avait pas le temps de lui demander son aide. Elle aurait pu lui demander de s’adresser à elle pour annuler ce sort handicapant. Mais en aucune façon elle voulait prendre la place de ces personnages guidés par le désir charnel. S’imaginer en zombie assoiffé de sexe les donnait des nausées. Ralentir Abel pour permettre à son ami de s’échapper était donc la seule solution. Mais qu’est-ce qu’une enfant pouvait faire face à un homme aussi impressionnant ?
Son espoir se ranima lorsqu’elle baissa les yeux sur son corps faible : elle était adulte. Son corps lui permettait de faire face à n’importe quoi, n’importe quel obstacle physique, c’était évident.

Le morceau de bois était là, à quelques pas d’elle, priant pour qu’on l’utilise. Sans réfléchir un instant de plus, elle se rua sur lui et l’empoigna à deux mains, sure d’elle. Ce qu’elle devait faire était aussi évident que dire bonjour. Mais les conséquences seraient irréversibles. Non seulement elle avait en horreur de blesser les autres, elle était la seule à mériter la violence des autres… Mais surtout, Abel la détesterait ad vitam aeternam. C’était un lourd prix à payer, mais elle ne pouvait se résoudre à l’inaction.
La distance qui séparait le jeune homme de son bourreau était maintenant ridicule. Mais trop absorbé par sa proie, le chasseur ne voyait pas qu’il était lui-même traqué… Le champ d’action de la jeune femme était serré, et à chaque pas qu’Abel faisait, des souvenirs scabreux traversaient son esprit. Son arrivée dans le dos de cet homme sonna comme le point culminant de son souvenir : Kalyss mordant son ennemi. C’est donc sans surprise qu’elle frappa dans la zone sensible d’Abel. Sans attendre une réaction de sa part, et ignorant son cri de douleur, elle se jeta sur Kalyss, attrapa sa main et l’entraina. A faire quoi ?

- On court !

Il ne leur fallut pas longtemps pour échapper à ce cercle vicieux. Mais par mesure de sécurité, la jeune femme prit une marge de manœuvre et ne s’arrêta qu’au bout d’une bonne cinquantaine de mètres. Certes il faudrait un petit moment pour qu’Abel se ressaisisse de ce coup porté. Myia ne se souvenait plus de la force qu’elle avait mis dans son coup, mais ses petites bras n’avait surement pas privé l’homme de sa virilité. C’est autre chose qui effrayait la jeune femme sur l’instant : la colère, la rancune, la douleur. La confrontation serait dure et elle serait cette fois-ci impuissante face à cette vague de haine profonde qui allait l’envelopper. Ses membres frémirent et diminuèrent, en réponse à sa peur incontrôlable. Pourquoi devait-elle toujours prendre conscience de la portée de ses actes, après coup ? Par mesure de sécurité la gamine se cacha temps bien que mal derrière le corps de l’adolescent. Elle tentait de stopper ses tremblements, mais l’attente était bien trop inquiétante. Il fallait qu’elle se fasse petite, toute petite… Mais rien n’y faisait, elle devrait faire face à ses actes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Dim 1 Aoû - 15:06

Plié en deux par la douleur, Abel fulminait. Il ne comprenait pas ce qui lui était arrivé, n'avait même pas vu venir Miya. Il avait l'impression de perdre le contrôle de la situation. Et ce n'était pas qu'une impression. Il ne savait pas où il était, ni qui étaient ces hérétiques qui faisaient envers lui preuve d'un irrespect évident...
Il devait retrouver Parkinson. En ésperant que celui-ci soit là.
Pour l'heure, il devait se calmer. Pour en apprendre plus, il devait s'attirer la sympathie des imbéciles qui lui tiendraient sûrement lieu de compagnon. Au moins le temps qu'il en sache plus sur cet endroit, et la façon d'en sortir.
Il se releva et tenta de retrouver une contenance en se recoiffant et en réajustant sa chemise.
Il s'approche de Miya et Kalyss, avec une certaine appréhension pour ce dernier. Il espérait que tout ne reccomence pas.


- Bien... Je pense qu'il faudrait reprendre sur des bases saines. Je vous ai dit mon nom mais ne connait pas les votres. Reprendons donc tout depuis le début.

Il leur tendit la main.

- Abel Christensen.

Il leur offrit son plus beau sourire. Après des années de politiques industrielle, il était habitué à cacher ses véritables émotions derrière un sourire désarmant et des plus sincères. Son expression ne signalait que de bonnes intentions à leur égard, tandis que son esprit cherchait une façon de se venger.
De toute évidence, tout était de leur faute. Il les tuerait. Dès que l'occasion se présenterait. En commençant par Kalyss bien évidemment, il avait un affront à effacer.
Mais pour l'heure, il devait se faire violence pour leur sembler sympathique. Ce fut un jeu d'enfant, ce n'était pas la première fois qu'il s'essayait à l'art de la dissimulation.


- Peut être pourriez vous m'expliquer quel est cet endroit et comment je suis arrivé ici... J'avoue être complètement perdu.


Il observait leur réaction. Croiraient-ils à son petit manège ? Après tout, il avait l'air des plus sincères...
Revenir en haut Aller en bas
Selene Nymphadora
avatar

Obsession pour les épouvantails

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 87
XP : 75

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 200 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Mar 3 Aoû - 1:03

Selene savait que ses compagnons lui avaient emboité le pas tant bien que mal, mais elle ne fit pas le moindre geste pour se retourner. Ses pieds nus quittèrent le sable pour rejoindre un sol herbeux bien moins agréable. La brise marine faisait virevolter sa robe blanche, ce qui l’obligea à plusieurs reprises de la maintenir maladroitement dans une parodie involontaire de Marylin Monroe. Chaque fois, elle sentait comme elle était nue sous le tissu de toile, et rougissait en baissant plus encore les yeux pour éviter que ses acolytes ne perçoivent quoique ce soit.

La route fut longue ! L’herbe pâle brûlée par le soleil et le sel laissait place à une consœur considérablement plus inhospitalière mais aux couleurs plus vives. Certaines tiges urticantes venaient mesquinement se glisser entre ses orteils, de petits cailloux se cachaient à l’affût de ses plantes de pieds, et bientôt, l’adolescente était trop meurtrie pour pouvoir conserver le rythme de tête. Elle progressait en fermant la marche, étouffant ses gémissements chaque fois qu’une épine se plantait dans sa chair ou qu’une pierre l’écorchait, la main en visière pour se protéger de l'éblouissement sans pouvoir contrer la morsure impitoyable du soleil sur sa peau pâle. La fatigue qui la tiraillait était telle qu’elle ne releva même pas l’accoutrement minimaliste de William qui avait revêtu des feuilles de cocotier. Ses yeux se fermaient d’eux-mêmes, tirant peu à peu la galloise vers l’inconscience, et si jamais elle avait eut la force durant les premiers kilomètre de régulièrement décoller sa robe trempée de sueur de son corps, elle se résigna finalement à ce que le tissu moule fidèlement ses formes juvéniles, conservant ses forces pour ne pas tomber.

Quand Liam sonna brusquement l’arrêt, Selene se laissa tomber à genoux, les mains appuyées sur le sol, les yeux rivés sur l’herbe fraîche. Son cœur battait lourdement, elle avait soif, faim, et sûrement plus chaud qu’elle ne l’avait jamais eut dans sa vie. Ses cheveux roux qui étaient passés par un stade de sécheresse intense à cause du soleil et du sel de mer étaient désormais gorgés de transpirations certaines de ses mèches adhérant à son front et ses joues blêmies par le malaise physique qui l’envahissait. Quand il fallut repartir à la rencontre des inconnus, la toquée fut la dernière qui parvint à se remettre sur ses jambes, trébucha et du se rattraper à l’épaule de Jonh. Elle leva timidement les yeux vers lui, une pointe de douleur perlant dans son regard noisette, puis s’éloigna pour s’enfoncer à la suite du taulard dans les hautes herbes. C’était véritablement le comble du supportable pour ses pieds écorchés et cette fois, elle ne pouvait plus aussi bien étouffer ses petits cris. Elle avait peur qu’il n’y ait des serpents, ou au animal potentiellement dangereux, mais elle était si épuisée que son corps avançait machinalement.

Parvenus assez proche du quatuor de voyageur pour être remarqués, c’est l’un des gémissements de douleur de Selene qui attira l’attention sur leur groupe d’évadés de la tour de la luxure. Elle reconnaissait vaguement Kalyss, Myia et Yoru qu’elle avait aperçut sur le Slavedog millionnaire, mais Abel ne lui disait rien du tout. Qu’importe, à défaut d’avoir trouvé de l’aide et des amis, elle avait croisé le chemin d’alliés, qui eux ne risquaient sûrement pas de la violer ou d’abuser de sa faiblesse.
A cette pensée, peut-être survenue au mauvais moment, elle s’effondra sur ses genoux et vomi de la bile. Ce n’était peut-être pas la meilleure première impression à donner à ses nouveaux acolytes, mais c’était sûrement l’un des derniers soucis de l’adolescente à cet instant. Jamais elle ne s’était sentit aussi faible, et si jamais elle tenait encore sur ses jambes, c’était purement et simplement par la volonté de s’en sortir vivante et de creuser la distance entre elle et la vampiresse qui était à la source de son mal… il y avait longtemps que ses réserves d’énergie étaient vidées. D’une main tremblante, elle essuya ses lèvres, fit abstraction d’un nouveau haut-le-cœur et se redressa. Elle devait être dans un état à fait peur : sa peau adoptait un teint blafard maladif qui faisait ressortir son entaille au poignet, tout en se marbrant de plaques rouges dues au soleil ; ses cheveux roux dégoulinaient de sueur, ses lèvres étaient agitées de tremblement, ses yeux à demi-clos et sa robe blanche trempée épousait ses formes nues en dépit des règles de la pudeur.

D'une voix presque trop faible pour être entendu, elle lâcha un "salut" qui, au vu des circonstances, paraissait étrangement hors contexte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis
avatar

Trouble bipolaire IV: dépression sur fond de tempérament hyperthymique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 307
XP : 134

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Mar 3 Aoû - 18:13

Difficile de marcher dans avoir mal quand on avait rien sous les pieds. Seuls les cailloux et les herbes faisait sentir à Jonh qu'il aurait dû voler aussi les chaussures mais maintenant c'était trop tard. Le jeune homme regardait où il marchait tentant au maximum de préserver ses pieds déjà meurtris. Il ne disait rien tout comme Lys.

Le dépressif s'arrêta lorsque Liam leur dit signe et suivit le regard du taulard qui regardait une une bande mais de loin impossible de venir qui c'était.Il suivit l'autre homme pour aller se cacher et reconnu Kalyss quant il peut deviner les traits. Il était accompagné de deux personnes que Jonh ne connaissait pas, et il avait entraperçue l'asiatique sur be bateau.
Sans un mot il sortit aussi, retenant un sourire face à Liam qui leur en fit un mais pas un rassurant, un des seuls qu'un violeur, meurtrier savait faire. N'empêche que au fond le dépressif aimait bien cet homme. Même si il avait un comportement reprochable il n'était pas SI méchant que ça.D'ailleurs ce dernier avait qu'il devait parler de ce que Jonh savait mais il avait peut être oublier ?

Le dépressif sentit quelqu'un contre son épaule et tourna la tête pour savoir qui c'était. Sélène en moins d'une seconde le lâcha .

Tandis que le petit groupe rejoignait l'autre, la rouquine épouvantail tomba à genoux pour vomir. C'était à ce point qu'elle était traumatisé ? Certes , Jonh n'avait pas du aimé leurs aventures, mais en même temps il était déjà beaucoup dépressif, il avait même essayer de se tuer d'ailleurs.

Jonh tapota le dos de Sélène pour la soutenir un peu tout en gardant un minimum d'écart avec Kalyss. Inutile d'avoir envie de lui sauter dessus dans une situation pareille. Tiens ça serait marrant entre lui et Liam...Enfin le pouvoir aphrodisiaque de l'adolescent rappellerait de douloureux souvenir même si ce n'était que celui-ci qui était visé.

- Salut, vous sortez d'où ?

Ca pouvait toujours être intéressant à savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalyss Loveless
avatar

Pornophobie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 86
XP : 35

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Mer 4 Aoû - 14:02

Un Abel excité, Un coup de pied bien placé, une Myia terrorisé. Il faut dire que Kalyss s’attendait maintenant a recevoir les foudre d’Abel. Abel n’apprécierait sans doute pas qu’on utilise ces pouvoirs contre lui, et apprécierait encore moins le coup de pied dans son intimité … En même temps je vous lance le défis de me trouvé un homme qui aimerait ça. Toujours est-il qu’il y avait de quoi être surpris. Abel se représenta et demanda au trois amis de se présenter. Dans un sourire déconcertant, et remplis d’honnêteté. Sauf qu’il en fallait plus pour impressionner Kalyss. Comment un mec si désagréable pouvait se transformer en Pikachu au pays des télétebies ? Ca cacher quelque chose, il en était sur. Cependant il ne se risqua pas a parler une nouvelle fois. Il repris une petite feuille dans son calepin ou il résuma l’essentiel. Nom, pouvoirs. C’était tout. Il laisser a Myia la joie de raconter tout ce qu’il c’était passer jusque la.

A vrai dire, il doutait d’avoir assez de papier pour raconter toutes leurs aventures.

C’est à ce moment là qu’il entendit un faible salut.

Il se retourna et vit une jeune fille et un homme qu’il avait peut être aperçu, mais a qui il n’avait jamais parlé, Jonh a qui il fit un vague geste de la main, et un dernier protagoniste qui arracha un tremblement au pornophobe.

Liam.

Kalyss aurait voulu retrouver n’importe quel voyageur hormis cette homme. Les souvenir lui revinrent en tête comme une claque. La petite fille égorgé, les remarques lubriques, et tout ce qu’il n’avait pas vu, ou su, et dont il ne voulait surtout, mais alors surtout pas être mis au courant. Pourtant si Jonh demander ce qui c’était passé, et si Myia répondait, il se doutait bien de la suite logique, un « et vous qu’est-ce qui vous est arrivé ? » Et a voir comment la jeune fille évitait a tout prix le regard de l’hypersexuel, quelque chose de grave c’était passé…
Il reprit le papier des mains d’Abel, le plus doucement possible pour ne pas le brusqué, et le tendit a Selene et William.

Apparemment leur petit tour a la plage EST du continent se feraient a plusieurs.
Il recula de quelques pas pour s’approcher d’Abel, Yoru et Myia. Valait mieux ne pas trop s’approcher de Liam. Kalyss n’était pas prêt a revivre des expériences sexuelle aussi désagréable que la dernière…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myia Be
avatar

borderline

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 122
XP : 85

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Mer 4 Aoû - 19:54

Rien. Un pas, puis un autre… une pause. De nouveau rien. La progression d’Abel était anxiogène. Parfois la vague douleur semblait s’alléger puisqu’il se risquait à leur jeter un regard. Myia remarqua cependant que c’est Kalyss qui devait assumer ces regards fusillant. Elle, était presque invisible. Est-ce que son souhait avait marché ? C’était peu probable.
La gamine cacha son visage dans le dos de Kalyss lorsque cette boule de fierté arriva à leur niveau.
Cette main tendue en guise de paix semblait bien irréelle. Retenait-il sa colère ? Avait-il comprit qu’il aurait besoin d’eux dans la suite de leur aventure ? Pouvoir se rendre utile lui fit oublier toute crainte et elle attrapa la main tendue vers eux. Son autre main essayait de maladroitement tenir ses vêtements bien trop grands pour elle. Cette disparition soudaine de pression psychologique lui donnait le vertige, mais elle attrapa tout de même le papier que lui tendait son ami. Evidemment la lourde tâche des présentations lui revenait. La gamine lâcha la main de son nouveau compagnon. Alors qu’elle s’apprêtait à débuter son petit récit, de nouveaux visages firent irruption dans ce paysage minéral. Aussitôt, Yoru et Kalyss eurent un mouvement de recul. Etait-ce des ennemis envoyés par Sextus. A voir le… peu de vêtements qui les couvraient, il y avait de quoi en douter. Alors… des voyageurs !
C’est une demoiselle timide, gênée et souffrant le martyre qui avait commencé par les saluer. La paix était annoncée, et Myia soupira, soulagée. Puis un second, beaucoup plus décontracté et à l’aise dans ce monde. Un vétéran, c’était évident. Il tenta même un bref geste de compassion à l’égard de l’adolescente dépitée.
Ne notant plus aucun signe de danger, la gamine s’approcha de Selene et lui tendit la main, comme Abel l’avait fait quelques minutes auparavant.

- Je m’appelle…hum, Mira ! Voici donc Kalyss, Yoru et un autre nouvel arrivant : Abel. On sort de Sextus, et nous avons quitté deux autres voyageuses : Melena et… euh Jane.

Pourquoi en dire plus ? Plomber l’ambiance n’était pas dans ses habitudes et elle préférait éluder les moments difficiles, à savoir, la quasi-totalité. Satisfaite de son petit résumé, la gamine sourit et détailla les arrivants. Ils avaient vécu des choses au moins aussi difficiles qu’eux, mais un bien étrange traumatisme marquait leur visage. La curiosité s’emparait d’elle, et c’est un mouvement de Kalyss qui attira de nouveau son attention. Pourquoi était-il si surpris ? Pourquoi se rapprochait-il autant d’eux ? La gamine suivit du regard l’objet de cette réaction : un homme, certainement leur aîné à tous. La gamine le détailla : un sourire en coin, une attitude hautaine qui cachait la même fatigue que les autres. Non, elle ne comprenait pas. Mais par précaution, elle se rapprocha de l’adolescente brisée.

- On a décidé que nous allions vers l’est. Plus on sera loin de Sextus, mieux on se portera… Vous nous suivez ?

La gamine était légèrement tendue, personne ne parlait, tout le monde se jaugeait du regard. Certains d’entres eux se connaissaient-ils ? Quoiqu’il en soit, leur choix était fait. Soit ils suivaient, soit ils partaient. Peut-être même, qu’ils auraient l’occasion de croiser d’autres voyageurs. D’ailleurs, quels étaient leurs dons à eux ? Elle s’approcha un peu plus de Sélène, s’arrangeant pour ne pas l’effrayer dans ses gestes, puis s’adressa à elle, d’une voix basse :

- Vous savez faire quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin
avatar

Hypersexualité

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 158
XP : 125

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 3080 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Jeu 5 Aoû - 15:42

Leur petite troupe se rapprochait du quatuor avec une relative discrétion que Selene fit voler en éclat en gémissant avant de dégobiller sur le sol. L’apparence de la donzelle était si pitoyable, si dépourvue de dignité que Liam ne put s’empêcher de ricaner méchamment alors qu’elle lâchait un « salut » totalement hors de propos. Elle se croyait à une réunion d’anciens élèves où quoi ? Jonh, saint patron des greluches désespérées tentait de soutenir la rouquine à force de petites tapes dans le dos avant de sortir une entrée en matière à peine plus élaborée que celle de Miss épouvantail. Bon, il allait falloir qu’il se dévoue pour relever le niveau car ce n’était probablement pas la muette dépressive et le scribouillard en pagne qui allaient être utiles à ce niveau.

Alors qu’il s’apprêtait à ouvrir la bouche à son tour il aperçu le petit manège de Kalyss et se put s’empêcher de sourire. Il avait peur ? Il fallait croire que le souvenir de la gosse égorgée jetée sur les quais était encore frais dans sa mémoire pour rester autant impressionné alors que l’une de ses poches était alourdie par le flingue qu’il lui avait offert. Les jeunes étaient si impressionnables…

… comme Ella d’ailleurs qui ne mouftait pas. Il la posa à ses pieds, ses bras commençant à fatiguer plus que de raison alors que la femme-enfant qu’il avait entraperçu sur l’Asmodée se mettait à parler. Elle faisait sagement les présentations mais l’éclaircissement de voix plus qu’éloquent avant son nom ne voulait dire qu’une chose : elle mentait. Le taulard haussa un sourcil, profondément intrigué. A quoi bon cacher son identité ? C’était puéril et stupide, leur donner son vrai prénom ne changerait rien mais après tout la connaitre lui importait peu. Il l’appellerait Mira, Monique ou Thérèse si elle voulait, ça ne changerait rien à l’utilisation qu’il voulait en faire, c’est-à-dire lui écarter les jambes quand l’occasion se présenterait. Et si elle s’avisait de changer de forme entre temps ça pourrait donner des sensations intéressantes… pensée qui agrandit un peu plus le sourire inquiétant du trentenaire.

- Enchanté, je m’appelle Liam et voici Ella, Selene, Jonh, Lys et… l’autre.

Il jeta un regard méprisant à la silhouette du pauvre William en pagne avant de reporter son attention sur la suite du discours de la borderline. Alors comme ça elle voulait partir à l’aventure vers l’Est, sans vivre, sans carte, sans eau ? Ca ne faisait que confirmer l’immaturité profonde de Myia, probablement la raison de ses métamorphoses d’ailleurs. Il la laissa parler jusqu’au bout, ses yeux pétillants de plus en plus d’une lueur perverse jusqu’à ce que Myia se tut enfin. Liam tira alors son martinet de sa poche, attrapa les lanières de sa main libre avant de les tendres par deux fois d’un mouvement sec, le tout accompagné d’un regard lubrique :

- Je te montrerais quand tu seras plus grande…

On aurait pu comprendre sa phrase de bien des manières mais son expression et sa langue passée sur ses lèvres ne laissaient pas place au doute. Il glissa ensuite l’air de rien son « arme » dans son sac à main alors qu’une bosse commençait à déformer son pantalon… pour faire réapparaitre dans sa main le martinet et ses menottes en fourrures roses jusqu’alors logées dans le fond de sa poche. Le taulard haussa un sourcil avant de soupirer et de ranger ses deux accessoires de nouveau. Bien sûr son bras avait doublé de volume en lui donnant un aspect difforme qui aurait pu être comique si ce n’avait été lui.

Le tueur posa sa main disproportionnée sur l’épaule d’Ella avant de reprendre la parole en tentant d’ignorer tous les regards qui s’étaient tournés vers son énorme bras. La quasi-totalité des gens ici savaient à quoi ce phénomène correspondait même s’ils ne pouvaient le confirmer, la tignasse rousse de sa fille adoptive se tenant entre leurs regards et lui. Il voyait presque les rouages de leurs cerveaux tourner alors qu’ils se demandaient si tout ça était pour eux, alors qu’ils se demandaient s’ils pourraient dormir cette nuit alors qu’il serait tout proche… bon dieu qu’il aimait ce sentiment !

- Blague mise à part, je suis partant pour vous suivre. Ce n’est pas comme si on avait quelque part où aller de toutes façon. Plus on est de fous plus on rit non ?

Liam adressa un horrible clin d’œil taquin à l’assemblée avant de reprendre :

- Mais bon, entreprendre un voyage sans rien sous la main… on risque juste de mourir. L’un de vous a-t-il au moins une idée d’à quelle distance se trouve la ville la plus proche ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora
avatar

Obsession pour les épouvantails

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 87
XP : 75

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 200 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Ven 6 Aoû - 3:41

Après les tapes amicales de Jonh qui lui avaient tiré un réflexe défensif qui était d’écarter son épaule de son contact, c’était Kalyss qui s’était approché de la toquée pour lui tendre un papier sur lequel était inscrit son nom et son pouvoir. L’adolescente eut un mouvement de recul chancelant, mais le jeune garçon ne lui fit pas l’horreur d’ouvrir la bouche pour l’envoûter, et ce fut Myia-enfant qui détourna son attention en lui offrant une main à serrer. Selene était perplexe. Son esprit était trop embrumé pour faire attention au fait que la gamine avait buté sur son propre prénom, mais elle était étonnée de voir que c’était la benjamine du groupe qui prenait les devants pour faire les présentations. Elle ciblait chaque visage du regard, depuis le masque bienséant d’Abel à la mine dégoutée de Yoru, puis acceptait enfin de serrer faiblement la petite main. De mémoire, elle ne pouvait pas associer de visage à Melena, même si elle avait entendu une ou deux fois ce prénom sur le Slavedog Millionnaire, et celui de Jane lui était tout simplement inconnu. Elle se rappelait d’une Jade à la rigueur, qui avait travaillé à la cuisine avec elle, toujours flanquée de sa copie conforme agressive qui avait gagné le droit de flirter avec le capitaine en compagnie de Cyannur et Lys.

Liam s’était chargé de faire les présentations de son club de violés, prenant soin de dénigrer le pauvre William qui ne savait pas où se mettre avec sa tenue des plus exhibitionnistes. Entre temps, la borderline s’était approchée de la galloise pour lui proposer un voyage à l’aventure vers l’Est du continent. Selene ouvrit la bouche, sans toutefois pouvoir articuler le moindre mot. L’insouciance de Myia avait quelque chose qui finit par la faire sourire faiblement, mais elle ne savait pas quoi lui répondre. Elle avait envie de se laver convenablement, de se reposer, de se nourrir, et de dormir paisiblement de longues heures sans craindre d’être attaquée ou abusée pendant son sommeil. La perspective d’un voyage qui ne ferait qu’aggraver son état alors qu’elle tenait à peine debout était… tout à fait hors de propos.

Le son des lanières de cuir de Liam la fit frissonner avant qu’elle ne puisse prononcer une parole, ne serait-ce que pour témoigner du fait qu’elle n’était pas à demi muette. Observer le petit manège du taulard qui dû ranger par deux fois ses accessoires, l’un de ses bras doublant de volume à l’unisson avec son membre inférieur lui tira une expression de frayeur qu’elle tourna machinalement vers la femme-enfant pour lui communiquer. Pourtant, elle fut forcée d’admettre que les dires du trentenaire étaient fondés, et elle prit enfin la parole d’une fois tremblante qui témoignait de son extrême faiblesse.

- C’est vrai… on… a pas put manger depuis très longtemps. On a été blessé, et ça fait plusieurs heures qu’on marche… je ne pourrai plus aller tellement plus loin si on ne peut pas se reposer quelque part avant.

A croire que Dreamland avait un Dieu qui s’amusait de temps à autre à écouter les voyageurs, le braiment d’un âne attira l’attention de l’adolescence, un peu plus loin, en contrebas de l’endroit où ils se trouvaient. Les formes qui ressemblaient étrangement à des cadavres lui tirèrent un frisson d’horreur, mais elle n’eut pas le temps de s’y attacher, car un marchant de fruits avançait en direction de la zone de drame, tout juste accompagné par deux hommes qui esclaffaient bruyamment, assis à l’arrière du chariot, entre deux caisses de pastèques. Le souvenir du vol de la robe revint à l’esprit de Selene comme un boomerang qu’elle s’était efforcée de jeter le plus loin possible, mais elle ne pouvait s’empêcher de penser qu’il venait de se profiler à eux de quoi se nourrir, et peut-être même un moyen de transport. La galloise n’en revenait pas de songer à de telles choses, mais elle commençait peu à peu à se rendre compte que dans ce monde, le deal ressemblait à « chacun pour soi » entre les voyageurs et les dreamlandiens, et tant qu’elle ne se sentira pas assez loin et en sécurité pour se permettre de faire preuve de gentillesse et de légalité vis-à-vis de ceux qui l’avaient traité comme une bête domestique, la petite voix de sa conscience qui lui disait que ce qu’elle pensait était mal était comme étouffée par une épaisse cloison.
La jeune fille regarda ses acolytes pour essayer de déceler si l’un d’eux avait eut la même idée, si l’un allait proposer un plan, une manière quelconque de pouvoir obtenir ne serait-ce que quelques uns de ces fruits tropicaux qui avaient l’air plus qu’appétissants dans leur grandes caisses de bois. Elle seule n’oserait jamais. Elle n’en avait de toute façon ni la force, ni le courage, et laisserait courir son ticket déjeuner si personne ne se manifestait pour lancer l’assaut.
Comme un appel à l’aide qui lui coutait malgré tout, tout en esquivant son regard, elle murmura :

- Jonh…

Elle espérait qu’il comprendrait sa supplication silencieuse. Peut-être que lui aussi avait profité de son corps, mais il était tout comme elle sous l’emprise d’Asmodée, et en grattant sous l’horreur que lui évoquait le souvenir d’avoir en vain lutter contre lui lorsqu’il achevait sa besogne, le dépressif restait la seule personne qui avait fait mine de gentiment faire attention à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis
avatar

Trouble bipolaire IV: dépression sur fond de tempérament hyperthymique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 307
XP : 134

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Ven 6 Aoû - 15:24

Soit si Sélène ne voulait pas qu'il lui montre son soutien il ne la toucherait plus. Après tout une fois qu'ils seront tous réveiller combien y aurait il de chance qu'ils se revoient ?
La petite fille se présenta alors sous le nom de Mira, enfin c'est ce qu'elle disait...peu importe de toute façon ainsi que ses comapgnons. D'après ses dires ce groupe de voyageurs venaient de Sextus tout comme eux.

Liam les présenta aux autres, faisant exprès d'oublier le nom de William en lui lançant un regard noir. "Mira" comptait aller vers l'Est, au souvenir de Jonh c'était la mer là bas. A moins qu'il y ai un port, si les voyageurs allaient vers là bas ils tomberaient sur de l'eau. A vrai dire, Jonh n'avait pas vraiment vue de nom de village et autres endroits pour se reposer. La petite demoiselle se tut et jonh roula des yeux lorsque Liam sortit un martinet de sa poche le faisant claquer en plus assortit à une phrase qui laissa le jeune homme dubitatif. Mais oui bien sur...comme si il ne faisait pas de mal aux enfants autres qu'Ella. Le souvenir de la pauvre enfant égorgé par le taulard continait à demeurer dans son esprit. C'était pas aujourd'ui qu'il allait faire confiance aux plus vieux d'entre eux bien que ses dires étaient les plus intelligentes.
Et puis lui aussi n'avait rien à faire d'autres que d'aller à l'Est avec ses semblables.

C'est vrai que voyager les mains dans les poches était loin d'être une bonne idée. Tout comme Sélène, Jonh commençait à être fatigué et à avoir faim. En même temps il n'avait pas mangé dans la tour et se faire couler le sang n'arrengeait rien au manque de sucre. Quant à la distance entre Sextus et la ville la plus proche il n'en savait rien mise à part que Mizquelquechose était plus au Sud près d'une jungle.

- Il y en a une au Sud près d'une jungle...Mais je sais pas l'échelle. Regarde dans ron sac Liam, il doit y avoir une carte d'un journal que j'ai trouvé sur la plage.

Peut être qu'il lui en voudrait d'avoir oser ouvrir ce qui lui appartenait mais à ce moment là Jonh n'avait rien d'autre pour mettre le papier dedans.
Ce dernier entendit qu'on l'appelait et tourna la tête tombant sur Sélène qui le regardai en fuyant son regard. Qu'est ce qu'elle voulait ? L'adolescente semblait voir quelque chose et le dépressif suivit ses yeux tombant sur un chariot qui semblait contenir des pastèques, se dirigeant vers l'endroit du meurtre. Jonh semblait avoir saisi la pensé de la rouquine. De la nourrtiture et un moyen de transport. Sauf qu'il ne voyait pas comment se débarasser des hommes dessus et c'était pas son pouvoir qui allait l'aider. Ce dernier jeta un coup d'oeil aux autres voyageurs et soupira d'un air las.

- Et qu'est ce que tu veux que je fasse ? J'ai pas le pouvoir de télékinésie, ni d'envoyer bouler quelqu'un, juste celui de modeler le temps d'un pote nuage

* et de voir les mauvais souvenirs*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elena Swann
avatar

Trouble obsessionnel compulsif

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 30
XP : 9

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Dim 8 Aoû - 18:18

Après plusieurs heures de marche difficile sous le soleil tapant, Elena s’arrêta un instant. Avec tous ces évènements qui s’étaient enchaînés si vite, elle avait réussi à oublier les bouts de verre qui étaient plantés dans ses bras et qui mettaient un accent sur la douleur que subissait son corps entier. La jeune femme se mit alors à les enlever un par un, en enfonçant ses ongles dans ses plaies pour les ôter quand ils étaient situés un peu plus profondément dans la chair. Une fois cette tâche finie, elle entreprit aussi de retirer les quelques épines de rose qui s’étaient plantées dans ses jambes. Elle remarqua alors que sa tenue qui laissait ses gambettes nues, ses épaules à découvert et qui offrait un décolleté plongeant, était en plus de ça déchirée par endroits, la rendant d’autant plus provocante. Mais cela était le cadet des soucis d’Elena à ce moment précis. Elle prit alors le bout de tissu le plus long qu’elle put trouver sur son vêtement pour l’arracher et le couper en deux avec ses dents afin de l’utiliser en bandage sur les plaies les plus profondes de ses bras, espérant que cela stoppe un minimum l’hémorragie. Son habit se retrouvait alors encore plus diminué qu’auparavant mais cela était vraiment de peu d’importance au vu de la situation.

La jeune femme reprit finalement sa marche, même si ce fut d’un pas moins décidé qu’avant. Quoi de plus normal avec cette chaleur assommante qui ne faisait qu’accentuer la fatigue déjà bien pesante ainsi que le mal de crâne s’intensifiant au fur et à mesure de chacun de ses pas qui demandaient à présent un effort immense. Son corps tout entier la priait de ne pas continuer, de mettre fin à cette souffrance, ses membres criant à l’agonie, mais la raison l’emporta. Elle ne pouvait en aucun cas s’arrêter pour de bon dans cet endroit désert, cela aurait été plus que stupide, elle n'y aurait trouvé que la mort. Il lui fallait donc trouver une ville où elle pourrait enfin s’abreuver, nettoyer ses blessures et trouver des habits corrects ainsi qu’un endroit où se reposer. L’argent lui manquait, c’était un fait. Mais qui sait, peut être allait-elle trouver une âme charitable dans ce lieu qui lui était si étranger. Ainsi, avec cet espoir fou qui envahissait son esprit, Elena parvint à accélérer son pas.

Elle finit par se retrouver sur un enchaînement insolite de collines. L’endroit semblait quelque peu plus accueillant que le lieu où la jeune femme se trouvait avant d’arriver ici mais elle ne s’attarda pas sur ce fait, n’abandonnant pas l’espérance de trouver une ville. Elle poursuivit alors sa route sur un chemin qui serpentait entre les reliefs.

La jeune femme regarda l’horizon un instant. Le sentier semblait très long, continuant au loin et donnant l’impression d’une plaine infinie, sans le signe d'une quelconque construction humaine. Les seuls indices de vie qui parcouraient la colline étaient ces quelques petits animaux innocents, qui ne s’attardaient d’ailleurs jamais à un endroit précis, ne cessant de bouger.

Elena poussa un long soupir, marque de sa lassitude. Les questions revenaient peu à peu hanter ses pensées, comme si tout ce qui l’accablait ne suffisait pas. C’était vraiment le comble. Fatiguée comme jamais et titubant légèrement, la jeune femme continuait d’avancer même si son esprit était complètement envahi par ces interrogations si pénibles auxquelles elle savait bien ne jamais trouver réponse. Soudain l’étrange chose qui s’était produite dans la demeure où elle s’était trouvée quelques heures auparavant se manifesta de nouveau. La gomme anormalement grande et plutôt lourde se matérialisa une seconde fois dans sa main.

La jeune femme serra les dents de rage. Thérapie ou pas et quelque fusse l'intérêt de tous ces évènement accablants, c’en était de trop. Avec le peu de force qu’il lui restait et ne pensant pas un instant à l’inutilité de son geste, elle lança la boule de gomme le plus loin possible et lâchant un juron. Ce fut alors avec étonnement qu’elle l’entendit comme rebondir sur quelque chose qui n’était en aucun cas le sol. En levant les yeux, elle put constater que ce fut sur la tête d’une personne, plus précisément celle d’un homme qui semblait tourner autour de la quarantaine. Écarquillant quelque peu ses paupières contre leur gré, la jeune femme s’en rapprocha, se rendant compte qu’elle n’avait pas remarqué jusque là un groupe de quelques personnes arrêtées à cet endroit précis.

Elena se sentit soulagée d’avoir enfin trouvé des gens qui pourraient peut être l’aider avec un peu de chance. Elle ne pouvait, certes pas leur faire confiance après tout ce qui lui était arrivé depuis qu’elle s’était réveillée après l’hypnose du docteur Parkinson mais l’heure n’était plus à la méfiance.
La jeune femme voulut parler mais la fatigue qu’elle avait accumulé depuis qu'elle s'était enfuie ainsi que la douleur qui empoignait son corps se firent sentir de plus belle. C’est ainsi que sans pouvoir sortir un seul mot de sa bouche, elle s’écroula par terre tandis ses yeux se fermaient doucement, la laissant plonger dans les tréfonds de son inconscient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin
avatar

Hypersexualité

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 158
XP : 125

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 3080 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Ven 13 Aoû - 16:27

Alléluia ! Pour une fois la rouquine toquée était du même avis que lui ! C’est un jour à marquer d’une pierre blanche, pour une fois que la donzelle servait à autre chose qu’à pleurer, tenter de se tuer ou écarter les jambes. Elle était visiblement assez intelligente pour comprendre quand quelque chose était sans espoir, pas comme jonh qui se mettait à parler d’une ville bien trop loin d’eux… et Liam le savait bien. Pourquoi ? Parce qu’il avait eut une carte et une boussole dans son œuf de pâques pardi ! Il la tira déjà de son sac à main avant de la secouer avec négligence pour souligner la bêtise du dépressif.

- Pas besoin de journal, j’ai une carte. Et la ville dont tu parles est bien trop loin. Ils n’ont mis dessus que les villes principales et une carte météo étant encore plus petite je ne pense pas qu’on y trouvera plus d’informations. On va être forcés de chercher au hasard pour…

Le taulard s’interrompit, tournant les yeux vers l’origine d’un bruit qui venait de s’élever un peu plus loin : un vieux marchand, deux accompagnateurs, un âne et une charrette pleine de pastèques. Son estomac se mit aussitôt à gargouiller mais il sera les dents pour se retenir de foncer dans la tas pour se débarrasser des trois gêneurs et faire main basse sur un moyen de transport et de quoi se sustenter. Elle était encore muette comme une tombe et il ne voulait pas baisser encore plus dans son estime, mais elle aussi devait mourir de faim. Alors quoi faire ?! Il n’avait pas l’habitude de s’embarrasser de ce genre de détails et ça commençait sérieusement à l’énerver. Si au moins elle ouvrait la bouche pour dire tout de go ce qui n’allait pas ! Si c’était à cause de ce qui s’était passé elle n’avait qu’à le dire et au moins il serait fixé… là elle ne faisait que le torturer d’une manière insupportable qui ne faisait que renforcer la haine qu’il commençait à nourrir pour Jonh et Selene qui n’avaient rien fait pour l’empêcher de commettre l’irréparable.

D’ailleurs en parlant d’eux, la miss épouvantail venait de pousser un gémissement plaintif horripilant en adressant un regard dégoulinant de supplications au dépressif. Pourquoi ? Pour qu’il attaque la charrette bien sûr… cette fille ne savait rien faire toute seule visiblement. Jonh de son côté ne pouvait que souligner son incompétance ce qui tira un sourire en coin à Liam qui se décida à prendre la parole avec mesquinerie :

- Hey, c’est pas ce que tu gémissais quand il te…

Il se coupa une nouvelle fois en se souvenant que sa fille était là et que ce n’était pas le moment de sortir ce genre de choses devant elle.

- Bref, tu comptes te débrouiller toute seule cette fois ou tu as encore besoin que je t’aide ? Il va falloir me remercier un jour tu sais, ce serait la moindre des politesses.

Liam agrémenta sa phrase en se passant la langue sur sa lèvre supérieure avec un lenteur qui aurait hérissé le poil de n’importe qui. Il n’avait rien dit explicitement donc la naïveté d’Ella suffirait à la préserver, et pour les autres qui pouvaient voir son visage aucun doute ne subsistait sur ce qu’il entendait par là.

Une fille pâle comme la mort choisit ce moment là pour débarquer et lui balancer une boule de gomme à l’arrière du crâne. Le projectile était plus grand qu’une gomme classique et donc plus lourd. La douleur qu’il ressentait était tout à faire supportable mais ça ne l’empêcha pas de se retourner avec un rictus de rage pour voir cette fille, chancelante, s’étaler sur le sol avec la grâce d’un sac à patate. Attrapant la main de sa fille adoptive il s’approcha du corps étendu sur le sol, se baissa et attrapa le visage d’albâtre avec sa main démesurée. Elle était seulement évanouie mais il mourrait d’envie de lui tordre le cou pour ce qu’elle avait fait, mais il y avait bien trop de monde pour qu’il puisse se le permettre. A la place il serra juste la mâchoire de la donzelle jusqu’à l’entendre craquer avant de lâcher, faussement surprit :

- Oups je ne contrôle pas encore bien ma force !

L’inconnue sous la douleur s’était réveillée brusquement et il ajouta dans un haussement d’épaules en se relevant :

- Bon au moins maintenant elle est réveillée ! Non ne me remerciez pas, c’est normal…

Il inclina légèrement la tête avec un horrible sourire avant de prendre Ella dans ses bras pour lui demander avec une pointe d’appréhension :

- Tu as faim ma puce ? On va peut-être pouvoir arranger ça… n’est-ce pas Selene ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora
avatar

Obsession pour les épouvantails

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 87
XP : 75

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 200 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Ven 13 Aoû - 18:24

Devant le peu d’enthousiasme de Jonh, Selene restait coite sous l’emprise d’un sentiment entre désarroi et profonde déception. Elle qui avait crut pouvoir compter sur lui, qui lui avait donné une autre chance, qui était prête à tout oublier de ce qui s’était passé chez Asmodée… voilà qu’il baissait les bras avec une indifférence cuisante. La toquée n’avait pas l’habitude d’en vouloir aux autres, la rancœur et la colère étaient deux choses qui ne s’installaient que difficilement dans son cœur d’adolescente, mais en voulait au dépressif de n’avoir rien sut faire pour elle dans la tour, et de ne rien faire une nouvelle fois. Qu’aurait-il put faire ? Au moins essayer… était-elle vraiment la seule à souffrir d’une longue marche, blessée et sans rien dans le ventre ?!

La jeune fille n’eut pas le temps de répondre, ni même de défendre sa cause, car Liam s’interposait pour l’humilier cruellement. Pourquoi fallait-il qu’il ramène « ça » sur le tapis ? Pourquoi devait-il laisser entendre avec amusement qu’elle était une catin qui avait écarté les jambes par plaisir ?!
Rouge d’une honte brûlante, une douleur effroyable lui serrant le cœur et l’estomac, Selene supportait les remarques du taulard sans mot dire. A l’idée que lui-même s’était délecté de la vision de son corps nu, s’était même octroyer par la force le droit de violer son intimité, un frisson de malaise l'agita désagréablement. Elle se sentait si sale, si dégoutante, et les piques du trentenaire avait rappelé à sa mémoire tout ce qu’elle cherchait à oublier. En levant vers lui ses yeux noisette, elle le vit passer sa langue sur ses lèvres avec une mimique tellement significative que l’angoisse qui la saisit déclencha son pouvoir.

Au moins, sa robe ne collait plus à son corps juvénile de manière si provocante, mais elle se sentait toujours gênée de cette apparence devant les autres. Ou peut-être n’était-elle pas encore habituée à voir ses bras-branches mobiles, car dès que la chemise à carreaux l’eut recouvert et qu’elle put replier les membres sur sa poitrine empaillée, la sensation d’avoir un épouvantail si proche apaisait tout ce qu’elle ressentait. En fermant les yeux, son cher ami d’enfance se dessinait sous ses paupières, immobile et encourageant, prêt à l’étreindre avec amour pour lui faire oublier ses tracas.

D’ailleurs, c’est sans doute ce qu’il fit dans l’inconscient de l’adolescente, car quand elle rouvrit les yeux, Liam venait de s’en prendre à une jeune femme à qui il avait brisé la mâchoire. Un spasme de crainte remua la toquée qui, lorsque le taulard lui fit implicitement la demande de se rendre auprès des marchands, obéit plus par désir de le fuir que par réelle impulsion à commettre un délit. Les hommes venaient de s’arrêter à hauteur des cadavres laissés sur la route, perplexe, et tandis que l’un se penchait sur le blason qu’arborait les gardes pour tenter de les identifier, les autres guettaient les alentours à l’affût du moindre danger. Ils ne tardèrent pas à apercevoir Selene qui marchait vers eux d’un pas qui se voulait assuré, alors que sa tête lui tournait horriblement et que sa crainte n’avait de cesse de s’accroitre. Un arc se dressa vers elle, alors qu’une grosse voix lui sommait de s’arrêter sur le champ. La jeune fille n’écoutait pas, et engageait la conversation en levant les bras en signe de paix.

- Excusez-moi, je… je veux juste savoir si…

- Hé ?! Qu’est-ce que c’est que ça ?!


L’homme à l’arc, en apercevant ses membres d’épouvantails fut pris d’un élan de perplexité un brin apeuré, et il lui décocha une flèche par pur réflexe. La toquée eut l’impression de voir le temps s’arrêter. Elle ne vit pas sa vie défiler devant elle, non, elle ne vit rien d’autre que la pointe s’approcher au ralenti avant de se ficher mollement dans sa poitrine. Elle s’attendait tellement à ressentir une douleur qu’elle était tombée à genoux, les yeux clos,… mais rien. La flèche était plantée dans la paille, si instable elle put la retirer sans le moindre effort, pour contempler le trou laissé dans sa chemise et l’absence total de sang. Elle se releva, balançait l’objet de mort au sol, et fit un nouveau pas hésitant, son cœur battant encore à lui briser les cotes.

- Je ne vous veux pas de mal ! Je voudrais juste…

- C’est un monstre ou quoi ?! T’approche pas on t’a dit !

Le deuxième des hommes de main avait armé une flèche, et à l’unisson avec son camarade, lui tira une nouvelle fois dans le torse. Cette fois, Selene n’osait plus faire le moindre mouvement, figée par la terreur, consciente que le moindre mouvement d’avancé ou de retrait risquait de lui couter la vie. Manifestement, toute sa poitrine était insensible sous cette forme, protégée par la paille, mais ça c’était évidement pas le cas du reste de son corps, et elle craignait que l’un d’eux ait l’idée de lui décocher une flèche dans les jambes ou pire : dans la tête. Malheureusement, l’adolescente n’avait rien d’autre, et sa seule capacité se résumait à ça… elle était bloquée, tout ça par la faute de Liam, et au fur et à mesure des secondes qui s’égrainaient, elle avait l’impression que son cœur allait exploser de terreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Ven 13 Aoû - 18:58

Encore des nouveaux venus ? Abel n'avait pas eu le temps de comprendre où il était ni de demander une quelconque explication plus précise à ses deux... "amis" que d'autres avaient surgis, visiblement éssouflés par la course.
Le plus vieux des nouveaux arrivants avait un air des plus antipathique. Abel le détesta à au premier regard. Ce n'était pas rare, il n'aimait personne à part lui même.
Ils avaient alors commencés à parler de partir. Quelqu'un avait prononcé ce qui semblait être le nom d'un ville. Sectus, ou quelque chose du genre. Non, maintenant c'était certain, il était bel et bien dans un rêve. Mais qui était ces gens ? Etaient-ils des intrus dans son subconscients ou de simples personnages d'un rêve des plus réalistes ?
Le mégalo commençait vraiment à ne plus supporter cette histoire sans queue ni tête. Surtout qu'ici, personne ne semblait le respecter ainsi qu'ils le devraient. Hélas, pour le moment il devrait faire avec, et supporter ces hérétiques, au moins le temps qu'ils rejoignent une ville où il trouverait bien quelqu'un d'autre. Oh bien sur, il ne partirait pas sans régler leur compte à Kalyss et Miya d'une façon ou d'une autre...
Il leur adressa en pensant à cela un regard noir qu'il n'avait pu contenir puis se repris et essaya de suivre comme il le pouvait le fil de la discussion.
Du moins, il essaya avant que tout ne dégénère.


- Est ce que quelqu'un ici va finir par m'expliquer ce que...

Il n'eut pas le temps de continuer. D'abord, ce fut une jeune fille pâle qui apparut auquel le trentenaire antipathique brisa la mâchoire sans autre forme de procès. Charmant. Ensuite, il remarqua la jeune fille qui s'était... changée en épouvantail...
Du moins une partie de son corps. Kalyss avait noté sur son bout de papier un "pouvoir". Tout le monde ici en avait donc un ? Et lui ? Il ne pouvait concevoir que, si pouvoir il y avait, le sien fut de rapettiser. Ce devait être l'effet d'un autre. Non, il devait disposer de faculté à la hauteur de sa Personne.

Il n'eut pas le temps d'y réflechir plus que l'épouvantail sur patte s'était approché d'une charette qu'il n'avait même pas remarqué. Sans autre forme de procès, les propriétaires lui tirèrent dessus. N'écoutant que son courage... Abel décida de ne pas se mêler de ça.
Il n'allait tout de même pas risque sa vie pour une gamine...
Et puis, il venait d'arriver lui, il n'était pas affamé.

Il se contenta d'adopter une posture légèrement en retrait et d'observer la suite des évènements, prêt à s'enfuir si la situation l'exigeait.
Décidément, tout s'enchaînait beaucoup trop vite...
Revenir en haut Aller en bas
Jonh Matrevis
avatar

Trouble bipolaire IV: dépression sur fond de tempérament hyperthymique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 307
XP : 134

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Ven 13 Aoû - 19:09

Les réponses de Liam commençait à taper sur le système de Jonh. Il était pas censé savoir que monsieur avait une carte ni une bousoole n'ayant pas prit la peine de vérifier pour ne pas se faire tuer au cas où. Et le rappel qu'il fit de leur séjour dans la tour n'aidait pas vraiment. Ce mec avait un problème au ciboulot. Si au moins les conséquences de son passé ne l'aurait pas transformé en criminel hyper lopurd ça aurai arrengé les choses. Le jeune homme soupîra intérierement , desespéré quand le taulard passa sa langue sur ses lèvres, pas besoin de faire un dessin.

Et voila que maintrenant Sélène c'était transformé en épauvantail. Super. Alors qu'au même moment une personne en plus été arrivé avant de s'évanouir devant eux. Il n'y eu même pas le temps de dire ouf que Liam c'était déjà approché de l'inconnu pour prendre sa machoire dans sa main démesuré, la faisant craquer, réveillant par la même occassion la fille. Et en plus on devait le remercier ?

*Ouais on te remercie de ton tact et de l'accueil que tu lui a fait *

Il garda cela pour lui et se retint de foutre une baffe à Liam lorsque ce dernier s'adressa à Délène lui indiquant implicitement d'aller voir la charette. Le dépressif regarda la rouquine en épouvantail faire son chemin jusqu'à ce que les deux hommes commencent à lui tirer dessus.
Heureusement les flèches ne la tuèrent pas, l'endroit où ils visaient ne devait pas être le bon mais jusqu'à quand ? Jonh commença à faire tourner ses méninges pour trouver une solution et rapidement. Il n'en avait trouvé qu'une seule et la personne en question pouvait très bien ne pas vouloir le faire. Mais bon qui ne tente rien à rien.

Jonh s'approcha de Kalyss et lui parla à voix basse pour ne pas avoir à supporter les mauvaises remarques de Liam si il l'entendait. Parce que monsieurjesaistoutetjesuis plusfortquetoutlemonde on commençait à le connaître.

- Ca ta dérangerait d'aller dire deux mots aux mecs de la charette ? Juste le temps de voleur leur moyen de locomotion et la nourriture ? Ils auront même pas le temps de te sauter dessus ! Et puis ca serait aussi profitable à toi et aux autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elena Swann
avatar

Trouble obsessionnel compulsif

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 30
XP : 9

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Sam 14 Aoû - 20:57

Une douleur prononcée à la mâchoire fit ouvrir les yeux d’Elena qui vit face à elle le même homme sur qui elle avait lancé sa boule de gomme sans le faire exprès. Des yeux noirs emplis d'une fourberie sans égal se dessinaient sur son visage qui dégageait par ses traits une froideur particulière. Ses cheveux sombres n’arrangeaient en rien les choses, mettant l’accent sur la dureté de son expression.

La jeune femme dégagea son visage de la main du trentenaire, qu’elle remarqua d’ailleurs étrangement disproportionnée par rapport au reste de son corps. Bien entendu son geste était une vengeance de la gomme qu’il s’était pris dans son crâne.

La douleur que subissait Elena en raison de ses os craqués n’était pas des moindres mais avec toutes les blessures dont elle avait été victime auparavant, elle parvint rapidement à passer au-dessus, allant presque jusqu’à l’oublier totalement. Néanmoins, l’homme qui la lui avait infligée n’avait eu aucune raison valable de le faire, son comportement avait été stupide, guidé uniquement par son sentiment de colère injustifié. Malgré la rage qu’elle ressentait à ce moment même envers lui, la jeune femme se contenta de le dévisager un instant d’un regard froid et indifférent sans rien dire, avant de se relever tant bien que mal. Etant donné la situation, commencer à se prendre le chou avec un inconnu alors qu’elle avait plus que jamais besoin d’aide n’aurait pas été raisonnable et puis… à ce moment précis elle n’en avait pas vraiment la force. Elle aurait bien le temps de lui faire regretter son acte par la suite, même si elle ne savait pas encore comment.

Le regard d’Elena se porta alors sur la petite fille rousse à qui l’homme venait de s’adresser. Elle fronça les sourcils. Etait-ce son père ? Si c’était le cas, la gamine était réellement à plaindre. Comment un homme comme lui pouvait-il se permettre d’avoir un enfant ?
Enfin, l’heure n’était pas au jugement d’autrui, après tout, ce n’était qu’une injustice de plus dans un monde où elles ne se comptent plus.

La jeune femme remarqua alors avec stupéfaction une adolescente au corps d’épouvantail, qui épargnait néanmoins ses jambes, se diriger vers ce qui semblait être des marchands qu’elle ne tarda pas à effrayer sans même le vouloir. Ceux-ci mirent un léger temps avant de commencer à envoyer des flèches sur la jeune fille qui semblait terrorisée. L’estime qu’Elena portait envers l’inconnu qui s’en était pris à sa mâchoire était déjà proche du néant mais à ce moment là, elle baissa d’autant plus (si cela était encore possible). Après tout, c’était lui qui s’était permis de charger la pauvre enfant d’une tâche que l’un des adultes aurait certainement mieux effectuée.

Personne ne semblait réagir face à cette situation ce qui surprit la jeune femme. Allaient-ils la laisser se faire tuer ?
Elena vit alors un homme brun qui semblait être dans la vingtaine s’avancer vers un adolescent pour lui communiquer quelque chose de manière à ce que personne ne puisse l’entendre. Cherchait-il une solution afin d’aider la fille-épouvantail ?
Remarquant que les flèches qui transperçaient le corps de paille de l’adolescente ne la blessaient pas, la jeune femme resta de marbre, sans dire un mot, mais toutefois prête à intervenir si l’un des hommes ne se décidait pas à le faire dans les instants à venir.

En attendant, elle se rapprocha d’un homme plutôt grand, d’une trentaine d’années qui s’était mis quelque peu à l’écart des autres. Elle le fixa un instant de son air impassible. Il avait des yeux marrons, se posant sur son visage fin, entouré de cheveux bruns dont la longueur s’arrêtait au bas de son cou.

-Etes-vous au courant de ce qui se passe ici ? demanda la jeune femme d’une voix plutôt faible mais gardant sa froideur habituelle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myia Be
avatar

borderline

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 122
XP : 85

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Dim 15 Aoû - 22:37

La gamine du patienter quelques secondes de plus pour qu’enfin Selene lui rende sa poignée de main. Il n’était pas dans ses habitudes d’agir ainsi, mais Myia avait jugé que maintenir une distance polie entre elles deux l’aurait mise en confiance. Plutôt fière de cette observation, l’enfant en oublia la perspicacité de l’adolescente : que boire ? Que manger ? La tension qui régnait ici était bien trop forte pour qu’elle ait envie de songer à son estomac. Plusieurs choses étaient de toute manière venues la distraire. La première était cet homme aux allures de pervers : certaines parties de son corps s’étaient déformées monstrueusement et son visage ne dérogeait pas à la règle. Ses yeux réduits à deux petites fentes au milieu de rides étaient des plus atroces. Mais ce n’était rien en comparaison avec ce rictus rempli de sous-entendus qu’elle ne comprenait que trop bien. Décidemment, ce Liam n’avait ni un corps, ni une personnalité des plus séduisantes. A défaut de répliquer aux démonstrations de force de Quasimodo, son regard se posa sur la poupée rousse dont il agrippait la main. Poupée était en effet la meilleure définition pour cet être aux membres désarticulés et au regard vide de toute expression. La gamine, Ella surement, était presque effrayante derrière ce minois enfantin. Myia réprima un frisson qui naissait dans sa nuque avant de se réfugier dans les bras familiers de Kalyss. La tension était de nouveau palpable et elle se mit à chantonner une comptine dans sa tête pour retrouver un semblant de calme.

Non loin, elle captait encore la voix d’Abel. Elle imaginait sans difficulté son regard accusateur et son attitude hautaine. Mais tout comme elle, il était perdu. Malgré cela, personne ne semblait vouloir s’intéresser à lui.
La gamine chuchotait maintenant, comme si sa chanson pouvait la couper de cette réalité oppressante. Un bruit pourtant, réveilla sa curiosité latente, si présente chez elle. Un gros bruit, une bagarre peut-être ? Non, aucun cri ne l’avait alertée. Une chute alors ? La gamine tourna la tête en direction du bruit étrange et entrouvrit les yeux. Il y avait bien quelque chose parterre, suffisamment grand pour être un corps humain. Ses yeux se refermèrent aussitôt, mais les images avaient déjà eu le temps de se fixer dans son esprit, réveillant même au passage un souvenir parmi d’autres : les corps inertes dans le Colisée…

Ses petites mains resserrèrent leur étreinte sur l’adolescent. Il fallait qu’elle soit au moins aussi courageuse que lui. De plus, la gamine sentait quelqu’un se déplacer dans son dos. De nouveau, sa curiosité la mis face à la réalité de la situation - à moins qu’il ne s’agisse de son instinct- lui fit faire demi-tour. Le corps étendu n’était pas si mort qu’il en avait l’air. Sa chevelure brune dissimulait son visage, mais il était clair qu’il s’agissait d’une jeune femme, et blessée de surcroit. L’autre sadique se pencha sur elle et lui attrapa le visage de son bras hideux. On aurait pu croire qu’il voulait arracher un baiser à cette belle endormir, mais l’atroce craquement lui ôta cette douce idée. La belle échappa à son rêve et fut contrainte de redescendre sur terre. Des larmes embuèrent les yeux de l’enfant : cette inconnue devrait elle aussi partager cette dure réalité virtuelle. En revanche sa résistance physique n’était pas à démontrer, puisqu’en l’espace de quelques minutes elle reprit l’usage de la parole. Son regard ne quittait pas un point au loin : Selene !

Dans cette foule de nouveautés, Myia l’avait totalement délaissée ! Cependant l’adolescente n’avait pas perdu son temps en découvrant un trésor plus précieux que leur argent : de la nourriture. L’appel de son estomac sonna donc pour la première fois depuis son départ de Sextus, la ville aux mille-et-un plaisirs. Sans plus attendre, elle quitta les bras rassurants de son ami Kalyss et s’élança à la suite de la jeune fille toquée. Elle aurait pourtant du voir plus tôt ce chariot et son merveilleux contenu. Mais maintenant, elle l’aiderait à mettre la main sur une partie du chargement. Des marchands ne pourraient pas leur refuser de partager une partie de cette nourriture en échange de quelques pièces.

Cependant, ce qu’il se passa fut en décalage complet avec ce qui aurait du se passer. D’abord, Selene avait partiellement changé d’apparence : elle portait maintenant une chemise bien visible de laquelle dépassaient des brindilles… de la paille ? Mais où avait-elle pu trouver de la paille dans un endroit désert comme celui-ci ? Le plus étonnant tenait pourtant à ses bras fins, irréguliers, à la fois rigides, mais mobiles. On aurait dit des branches. C’était donc « ça » son pouvoir ? Elle devenait un…

- Un… un épouvantail ?!?

Le simple fait de formuler cette évidence à voix haute la déséquilibra. La gamine tenta de se rétablir dans sa course folle, mais rien ne pouvait la rattraper. Elle trébucha de nouveau sur un pan de sa tenue bien trop grande et enchaîna plusieurs roulades avant de s’affaler, fesses les premières, sur le sol plat mais dur. Un petit gémissement s’échappa de sa bouche, mais fut coupé par la seconde scène surprenante : les marchands, pris de panique, attaquaient à coup de flèches, l’adolescente empaillée.

- Stop !! Arrêtez !!

Des mots simples, un ordre sans explication pour le mystère, une gamine à moitié dénudée : de quoi attiser la curiosité et surtout gagner du temps. Myia espérait que ses compatriotes les rejoindraient tôt ou tard. La gamine avançait en titubant vers les marchands armés, ne pouvant s’empêcher de se frotter le derrière ankylosé. A défaut de courage, c’est le culot qui l’amena devant les marchands, et du haut de ses un mètre vingt, la gamine dévisagea les hommes qui avaient bien évidemment arrêté leurs attaques.

- Messieurs, vous rendez-vous compte de ce que vous vous apprêtiez à faire ?!

La gamine essayait d’employer un ton stricte et sévère, comme s’ils avaient fait une erreur monumentale… ce qui était probablement le cas. Des reproches directs les auraient certainement braqués. En revanche, s’adresser à eux comme à n’importe quel adulte se serait adressé à elle lui paraissait aussi ironique qu’il s’agissait de la seule manière pour elle de s’en sortir. Ce jeu commençait même à l’amuser et seuls des coups d’œil sur les flèches plantées dans l’abdomen de Selene lui faisait garder son sérieux.

Un simple mensonge et elles seraient tirées d’affaire. Ces petits détours lui avaient permis de gagner du temps pour en préparer un, à mi-chemin entre le vrai et le faux, ce qui leur était arrivé et ce qu’ils comptaient faire :

- Si ma poupée a prit vie, c’est grâce au bon vouloir de notre maitresse. Ma famille voyait ses récoltes ravagées par les oiseaux et pour seul avenir, nous n’avions que la ruine et la honte. Cet être béni va faire notre bonheur et notre richesse.

Ils n'étaient pas si loin de Sextus, la maitresse en question pouvait très bien être cette vampirella effrayante, cette Asmodée. La gamine avait fait en sorte de parler lentement pour ne pas buter sur les mots, et pour appuyé son propos, elle venait d’attraper une branche qui servait de bras à Selene. Pourquoi des adultes seraient effrayés alors qu’une enfant risquait sa vie pour un épouvantail ? Un détail cependant restait à éclaircir :

- Cet épouvantail à l’apparence humaine et doté de parole protège les récoltes. Voilà pourquoi il s’est présenté à vous.

Son ventre gronda, sa gorge était sèche. Mais tout ça n’était rien comparé à la peur qui tiraillait son corps entier.

- S’il vous plait, acceptez de nous vendre quelques fruits pour que nous terminions notre voyage.

Est-ce que son monologue avait eu l’effet escompté ? Ses yeux ne quittaient pas ceux de ses interlocuteurs scotchés et immobiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin
avatar

Hypersexualité

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 158
XP : 125

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 3080 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Lun 16 Aoû - 13:53

Toujours pas de réponse de la part d’Ella, elle allait finir par le rendre fou. Elle n’avait pas le droit de lui faire ça, lui offrir son amour, le voir comme son père pour ensuite tout lui reprendre et l’ignorer comme s’il n’était qu’un inconnu, comme s‘il n‘était tout bonnement pas là. C’était cruel, Liam ne le supportait pas et était à deux doigts de secouer la gamine jusqu’à la faire hurler rien que pour le bonheur de constater une réaction. La colère montait en lui mais il savait bien que s’il la laissait éclater il la perdrait définitivement, il la réprima donc du mieux qu’il pouvait tout en observant le manège d’une Selene épouvantée et épouvantallisée qui avançait avec difficultés sous une salve de flèches. Enfin du grand spectacle ! Les explications timides de la rousse était hilarantes et le taulard se disait que ce n’était plus qu’une question de secondes avant que l’un des archers ait la présence d’esprit de tirer dans la tête, d’ailleurs l’un d’eux commençait déjà à lever son arc pour viser plus haut quand…

… L’autre gosse débarqua avec ses grands sabots. Dans son dos Jonh totalement dépourvu de courage (ce qui était en soit beaucoup plus sain pour lui, se mec savait s’accrocher à la vie… amusant pour un dépressif suicidaire) allait mendier l’aide du pornophobe mais le trentenaire ne prêta pas attention à leurs paroles, trop concentré sur les boniments de débitait la borderline. Le trio de la charrette avait l’air plus que sceptique mais au moins elle avait fait cessé les tirs, Liam en profita donc pour s’éloigner et faire un large arc de cercle afin de se trouver dans le dos des archers.

Ella était toujours dans ses bras, muette, mais il ne pouvait pas se résigner à la lâcher. Il sentait que s’il la laissait encore une fois seule elle lui en voudrait pour toujours, mais ça ne serait pas pour lui faciliter la tâche. Hors de question de sortir son couteau dans ces conditions, restait son poing démesuré encore dû à son excitation non encore retombée mais est-ce que cela suffirait ?

- Voler c’est mal, mais on a pas le choix. C’est eux ou nous, et mieux vaut que ce soit nous tu comprends ? Les principes c’est bien joli mais il faut savoir s’adapter à la situation et pour l’heure je ne veux pas que tu meures de faim, murmura le tueur à l’adresse de sa fille.

Il se tenait désormais accroupi dans l’herbe haute, l’enfant dans ses bras. Les trois hommes lui tournaient le dos il suffirait donc d’être rapide et d’espérer ne pas avoir de mauvaise surprise… sauf qu’il y en eu une, en fait. Pas vraiment mauvaise, mais cet agrégat de pseudos alliés de plus en plus important commençait sérieusement à le déranger. En tout cas cet homme ne semblait pas s’embarrasser de principes : il dépassa Liam sans le remarquer, se glissa derrière l’un des hommes et… fit ce qu’il avait à faire sans une once d’hésitation. Un sourire étira les lèvres fines du taulard, son excitation renforcée par cette explosion de violence. La vue de la flèche transperçant l’épaule de l’inconnu faisait aussi son office, dispensant douleur chez Jeremiah et plaisir chez le trentenaire. Voir les autres souffrir il n’y avait que ça de vrai ! Mais pas le temps de s’étendre et de rêvasser, maintenant que l’un des archers était tombé il fallait agir vite avant que le second ne se mette en tête de le venger.

Se redressant brusquement, Liam se jeta en avant avec Ella dans un bras et le second, disproportionné, dressé près à frapper. Le second archer qui avait déjà commencé à se retourner le fit juste à temps pour voir un monstrueux poing s’écraser contre sa tempe pour l’envoyer à terre. Profitant de l’étourdissement de l’homme il écrasa son arc sous son pied, le brisant en deux avant de faire la même avec celui du mort pour enfin se tourner vers le marchand terrorisé. Sa voix était calme et ses yeux pétillaient d’une lueur malsaine qui ne laissait aucun doute sur ses intentions :

- Désolé très cher monsieur mais nous allons devoir vous emprunter tout ça. Mais je suis sûr que vous nous donneriez tout par pure charité n’est-ce pas ? Vous ne laisseriez pas de pauvres gens mourir de faim !

L’archer encore vivant commençait à se redresser, Liam lui décocha donc un violent coup de pied dans la mâchoire qui envoya sa tête en arrière dans un craquement sinistre. Oups, peut-être qu’il y était allé un peu fort, mais ça n’en serait que plus facile de récupérer ses affaires maintenant que son cou était brisé. Se frottant le menton l’air pensif, il reprit :

- Qu’est-ce que je disais déjà ? Ah oui, que vous auriez l’obligeance de nous laisser votre cargaison, votre charrette et… même vos vêtements. Vous êtes vraiment un homme très généreux.

Le vieillard tremblait comme une feuille tout en s’effeuillant et bredouillait des choses incompréhensibles qui de toutes manières n’intéressaient pas le taulard. Une fois l’homme nu comme un ver il lui jeta un regard complaisant avant de le laisser filer le rouge au joue le long de la route. Toutes ces émotions lui avaient fait oublier son désir premier et peu à peu son bras reprenait des proportions normales. Liam déposa Ella sur la charrette avant de ramasser les vêtements à terre et de dépouiller les deux cadavres sans aucun remord. Une fois fait il s’approcha d’une Selene encore terrifiée et arracha négligemment les flèches qui transperçaient sa poitrine de paille avant de lui tendre une paire de chaussures.

- Tu l’as bien mérité, tu m’as impressionné, vraiment. Je ne t’en aurais pas cru capable ma belle…

Et sur ces mots il grimpa dans la charrette aux côtés de sa fille avant de lâcher aux autres trainards qui attendaient que les autres fassent le boulot pour eux :

- Bon vous attendez la neige ou quoi ? Votre carrosse est avancé ! Il s’interrompit alors que ses yeux tombaient sur le corps inconscient de leur allié involontaire avant d’ajouter, Mais on devrait peut-être l’emmener lui aussi. Il m’a l’air d’un bon gars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremiah Bowen
avatar

sociopathe

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 232
XP : 37

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 200 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Lun 16 Aoû - 14:45

Jeremiah était en pleine course quand il avait reçu la flèche dans l’épaule gauche, la douleur avait été fulgurante et tous les vivres de son récent larcin se répandirent dans la boue.
Le sociopathe n’avait pas le temps de s’attarder sur cette perte, encore moins sur la douleur, serrant les dents il redoubla d’efforts pour fuir le plus loin possible sans chercher a se cacher ou a se montrer discret, il filait tout droit.
Au moins il lui restait son couteau, il pourrait survivre…
Des heures plus tard Jeremiah se rendais compte de son erreur, survivre avec un couteau? Peu être agresser quelqu’un?
C’était sans compter sur le fait qu’il n’y avait personne…

Cet endroit était pire que le désert.
Quand le fuyard avait été sur que personne ne le suivait plus, il avait ralenti la cadence et avait rapidement pu examiner sa blessure.
La douleur était vraiment terrible, encore plus avec l’épuisement du a sa course forcé, il ressentait chaque battement de son cœur comme une nouvelle déchirure et le feu irradiait son corps a partir de son épaule.
Il devait faire quelque chose mais retirer la flèche était exclu sans avoir de quoi arrêter son saignement, ses vêtements de récupération s’étaient déjà imbibés de sang et lui collait désagréablement a la peau.
Il serrait tout de même les dents, taillant avec son couteau les extrémités de la flèche pour que celle-ci ne l’encombre pas trop dans ses mouvement.
Regardant a droite et a gauche il décidât de reprendre son chemin au hasard.

Il marcha pendant des heures, sentant la fièvre monter. Si sa plaie n’était pas nettoyé l’infection allait se rependre de plus en plus et bientôt il ne pourrait plus bouger.
C’était quand même dommage de mourir ainsi dans un monde si intéressant.
Le sociopathe ne tarda pas a perdre le peu de cohérence qui lui restait, le soleil tapa sur sa tête enfiévré.
Il avait de plus en plus de mal a avancer.
Alors qu’il pensait qu’il allait bientôt devoir s’arrêter et ce peu être pour la dernière fois, il cru entendre des voix.
Peu être un tour de son esprit?
Quoi qu’il en soit c’était sa dernière chance.

L’esprit trop embrumé il ne put comprendre se qui se disait mais se dirigea vers la source du bruit.
Peu être les inconnus pourraient le soigner?
Il ne devrait pas avoir trop de mal a leurs faire pitié vu son état, s’approchant toujours il aperçu bientôt les hommes sur le charriot.
Dans la brume de sa fièvre Jeremiah ne chercha même pas a comprendre la scène, tout ce qu’il vit furent deux archers sur un charriot.

DES ARCHERS!!!

La douleur dans son bras se fit plus cuisante, le brulant plus que jamais.
Le sociopathe avait horreur des archers, ce fut la seule idée qui lui passa par la tête quand il décida que ceux-ci subirait sa vengeance.
Ne cherchant même pas a se cacher Jeremiah avança dans leur direction, a la vitesse a laquelle il se bougeait on ne pouvait pas décemment parler de charge tant son état le rendait lent.
Sa capacité a se mouvoir sans bruit et le fait que ses adversaires lui tournait le dos lui sauva la vie.
Son couteau a la main il eu assez de maitrise de son esprit pour ne pas frapper au hasard, utilisant ses dernières force il enfonça sa lame dans la nuque du premier archer, juste a la jonction du crane.
Ce dernier s’écroula sans autre forme de procès.
Malgré la quantité impressionnante de sang s’échappant de la blessure l’homme n’avait pas du souffrir.

Jeremiah aurait voulu se tournait vers le deuxième garde mais perdit tout contrôle de son corps et s’écroula sur sa victime, la tête penché de coté baignant dans le sang.
La frustration le balaya comme une vague, jamais encore il n’avait été dans cette état et il trouvait injuste de mourir de la main d’un pauvre type inconnu.

Avant de sombrer dans l’inconscience totale il vit le deuxième archer s’écrouler au sol violement, il ne savait pas qui était le nouveau joueur de cette partie mais il le béni de son geste et sourit de toutes ses dents, si il l’avait pu il aurait rit au éclats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora
avatar

Obsession pour les épouvantails

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 87
XP : 75

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 200 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Mar 17 Aoû - 17:41

Figée par la terreur et par la conscience que son sort était cruellement scellé, Selene observait un arc se dresser impitoyablement vers sa tête. Elle allait mourir, là, comme ça, après tout ce qu’elle avait enduré sans avoir rien demandé à personne, elle allait perdre la vie dans un état misérable et son épouvantail n’était même pas la pour la sauver. Plutôt que d’attendre la fin avec une terreur qui allait lui déchirer les entrailles, elle ferma fermement les yeux pour dessiner derrière ses paupières douloureuses une foule de ses amis aux traits blancs, pour qu’ils l’entourent avec des airs de cortège funèbre. De toute façon, elle avait voulu mettre fin à ses jours chez Asmodée, non ? Ça n’était qu’un léger retard dans son programme morbide.

Retard qui se creusa brusquement, car la voix de Myia avait jaillit en ordonnant un cesser le feu. La toquée rouvrit les yeux et contempla l’enfant avec des yeux ronds, sans savoir réellement quoi dire à part bafouiller le nom d’emprunt de la borderline. Malheureusement, ses mensonges osés ne percèrent pas la méfiance des deux gardes et il fallut l’intervention toute en muscles et violence de Jeremiah et Liam pour que le danger soit définitivement écarté. Selene porta ses branches à ses lèvres dans une parodie involontaire de la jeune fille dégoutée par la vu des cadavres, mais ce fut finalement le soulagement qui l’envahit en déliant sa langue.

- Merci beaucoup… Mira. Je serai morte sans toi…

Elle adressa un sourire à la femme-enfant sincèrement reconnaissant pendant que le taulard était encore occupé à dépouiller le marchand et ses gardes morts, puis elle s’approcha de la charrette en tremblant, comme si elle s’attendait à ce que les corps ne se relèvent pour se jeter sur elle. Liam la tira de sa rêverie macabre en ôtant sèchement les flèches qui ornaient encore sa poitrine d’épouvantail avant de lui tendre une paire de chaussure. Il s’agissait d’espèce de sabot en cuir fermés par une épaisse lanière, d’au moins deux tailles trop grand pour elle. Mais bon, c’était toujours assez bien pour ses pieds nus qui souffraient le martyr depuis leur marche interminable sous le soleil de plomb. Elle bafouilla des remerciements sans vraiment savoir s’il était convenable d’être reconnaissante pour des vêtements volés à un pauvre vieil homme - encore moins par un individu qui l'avait envoyé à la mort -, puis grimpa sur la charrette pour aviser de quoi elle pourrait bien se nourrir après avoir reprit son apparence normale. Elle rêvait d’une pastèque dont la chair gorgée d’eau serait des plus rafraîchissantes, mais elle n’aurait évidemment pas sût l’ouvrir à mains nues, même si elle avait été en pleine forme. Son intérêt se porta donc sur une caisse close à l’intérieur de laquelle dormaient une foule de fruits rouges qui ressemblaient à des papayes. Le gout était acidulé et sucré et donc l’adolescente conclut qu’il devait s’agir d’une denrée propre au monde des rêves.

Assise dans un coin sur une caisse qui n’intéressait pour l’instant personne, elle observait chacun des autres voyageurs prendre place dans la charrette après qu'ils aient chargé Jeremiah comme un sac à patate que l’on a peur d’oublié, puis il fut donné à l’âne l’ordre de faire demi-tour pour reprendre la route en s’éloignant de Sextus. Selene fermait les yeux et se permit de savourer les caresses légères du vent sur sa peau brûlée et ses membres ravis de pouvoirs s’octroyer un repos. Elle dévorait des fruits les uns après les autres, sans pour l’instant se soucier de l’idée de faire une réserve, et d’ailleurs peut-être même que cela n’allait pas vraiment être nécessaire. Elle engloutissait son énième banane et attrapait une grenade dans une caisse surplombant la tête de Myia, avant de prendre la parole avec assurance. Le fait de recouvrir un peu de ses forces lui rendait sa clarté d’esprit et endormait ses craintes inutiles.

- Je pense qu’il faudrait profiter au maximum pour manger et s’éloigner le plus possible, mais ensuite, il faudra descendre de voiture, peut-être en petits groupes séparés. Le marchand qu’on a laissé partir vivant va forcément, à un moment ou un autre, prévenir les autorités ou n’importe qui d’autre… et ils ne mettront pas longtemps à rattraper une charrette aussi lourde tractée par un âne.

Pour l’instant, les contours de la grande métropole disparaissaient à l’horizon, mais pour combien de temps ?! Ils n’avançaient pas à un rythme très convaincant, et des chevaux bien portant n’ayant sur le dos qu’un unique cavalier se déplaçait sans doute plus de trois fois plus rapidement qu’eux. Ce qui inquiétait Selene n’était pas tant de devoir abandonner le navire à un moment ou un autre – elle se sentait déjà tellement sale de se déplacer à bord que le quitter ne serait pas pour l’émouvoir – mais le fait qu’il n’apparaissait pour le moment rien aux alentours qui permettrait à leur groupe de fuyard de se cacher. Elle s’attendait à tout moment à entendre un concert de sabot les rattraper, et elle dû mordre avec force dans son fruit pour chasser cette impression. Elle se sentait revivre, le ventre plein et la gorge moins sèche, et il ne lui manquait plus qu’un minimum d’hygiène et des vêtements convenable pour avoir la sensation de retrouver dignité et humanité. Elle regardait passivement la vieille blessure de son bras, signe de sa tentative de suicide chez Asmodée. Pour l’instant, ses envies morbides de quitter ce monde par la petite porte lui étaient passées, mais elle savait que ce soulagement serait malheureusement de trop courte durée.
Ses yeux noisette rencontrèrent ensuite Elena, qui avait l’air de tellement peiner à manger qu’elle observait le fruit qu’elle tenait en main avec dépit. Selene se déplaça légèrement pour se rapprocher d’elle, et demanda avec une grimace qui témoignait de sa gêne à la voir dans cet état.

- Ça ne va pas ?! Il t’a bien cassé la mâchoire on dirait…

Elle aurait voulut dire autre chose, n’importe quoi d’autre de plus utile, d’au moins réconfortant, mais elle ne pouvait que compatir à son sort en temps qu’ex victime de Liam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis
avatar

Trouble bipolaire IV: dépression sur fond de tempérament hyperthymique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 307
XP : 134

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Mar 17 Aoû - 20:26

Jonh n'eut pas le loisir d'entendre la réponse de Kalyss car la guerre venait déjà d'éclater du côté de la charrette. Liam et un inconnu s'était débarrassé en deux temps trois mouvements des hommes laissant s'échapper tout nu l'un de ces propriétaires. Le jeune homme aurai préféré une méthode douce mais bon..Ça devait pas exister dans le vocabulaire du taulard.

Sans un mot, le dépressif accompagné des autres répondirent à l'appel de Liam et allèrent s'installer sur le chariot qui n'allait pas avancer vite vu le nombre qu'ils étaient. Dans sa bonté extrême le violeur avait donné des chaussures à Sélène, c'est vrai que la pauvre avait les pieds meurtris avant de proposer d'emmener le deuxième psychopathe avec eux. Il ne manquerait plus que ça tient...mais d'un côté ce dernier avait sauvé la vie de la jeune rouquine épouvantail alors. Le jeune homme aida à charger l'inconnu dans leur moyen de locomotion puis celui-ci put enfin se mettre en marche. Ah il allait pouvoir manger un peu. Mais difficile de manger une pastèque sans avoir de quoi couper...et c'était pas Liam qui allait lui prêter son couteau mais on pouvait toujours essayer non ?

- Liam, tu peux me prêter ton couteau pour que je puisse couper de la pastèque s'il te plait ?

Son interlocuteur allait sans doute le prendre pour un fou de lui demander ça, sa manière de la voir ne devait pas être des plus positifs vu le caractère du dépressif. C'est vrai qu'il avait penser à aller se mettre devant les flèches pour protéger Sélène mais il ne voulait pas infliger la vue de sa mort à Lys. Déjà qu'elle n'avait pas ouvert la bouche depuis un bail, tout comme William à vrai dire, le seul d'entre eux à être encore à poil. Le dépressif ne répondit rien au parole de l'adolescente épouvantail car il avait rien à ajouter et il avait pas très envie de faire un débat sur le pour et le contre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myia Be
avatar

borderline

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 122
XP : 85

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Mer 18 Aoû - 11:33

Sans surprise, l’impatience avait prit le pas sur l’intelligence de certains de ses compagnons. Myia afficha une moue boudeuse lorsqu’un ancien collègue, Jeremiah s’étala, comme par hasard sur l’un des marchands et que Liam en ange de la mort se présentait à eux. C’était pitoyable et tellement bestial. La petite fille en aurait presque vomit s’il n’y avait pas de la nourriture à côté. Au fond d’elle, restait l’espoir que sa petite histoire aurait fonctionné. A cette idée, son regard se figea et un voile sombre le recouvrit. Elle était ailleurs, et cette ailleurs n’existerait plus. Les archers étaient morts pour la plupart.
Ici seule l’action avait une quelconque importance, et les gens en étaient réduits à leurs instincts les plus primitifs. Ces deux personnes n’étaient que des monstres mais son instinct de survie la poussait à de désintéresser d’eux. Ca tombait bien puisque Selene lui glissa de douces paroles. Ainsi elle lui avait sauvé la vie. Non, ce n’était pas tout à fait vrai. Elle aurait pu, mais sa tentative avait été réduite à néant. Myia déglutit puis détourna son regard.

Quasimodo avait visiblement apprécié la tentative de suicide, suffisamment en tout cas pour lui ôter les flèches de son nid de paille et lui proposer des chaussures bien trop grandes pour elle. Ironie ou sadisme ? Probablement les deux. Son regard vide regardait au travers de cet être qui était tout sauf humain. Mais elle n’y voyait rien qui puisse attirer la sympathie. Pauvre petite Ella… condamnée à suivre les pas de cette créature sanguinaire…
Le reste de la compagnie approchait, et elle se décida enfin à prendre place dans la charrette, loin du corps inerte de Jeremiah qu’elle avait enjambé sans un regard, et surtout loin de tout ce sang. Elle dut faire un effort surhumain pour oublier ces images l’espace de quelques minutes, mais finalement voir Selene manger avec tant d’appétit juste en face d’elle ne pouvait que l’aider. L’enfant empoigna les mêmes fruits qu’elles, juteux, sucrés et délicieux malgré la chaleur. Son estomac fit un bruit étrange lorsqu’il accueilli la nourriture. Une pastèque lui donnait réellement envie et c’était surement le seul fruit qui pourrait faire taire sa soif. A défaut de couteau, elle s’acharna à coup d’ongles sur la peau souple mais épaisse du fruit. C’était peine perdue, pourtant elle ne s’arrêta que lorsque John prit la parole. Utiliser le couteau d’un monstre ?

- … Pff

Myia repoussa la pastèque résistante et abandonna sa soif. Tant pis. A défaut, une larme coula le long de sa joue, alors qu’elle repliait ses bras autour de ses genoux. Ce qui la marqua cependant, se furent les paroles de Selene. Comment arrivait-elle à rester aussi lucide après ce qu’il venait de se passer ? La gamine mourrait d’envie de lui poser la question, mais pour rien au monde elle ne l’aurait fait ici.
Se séparer en petits groupes pourquoi ? Les plus faibles dans la charrette, les autres à pieds. L’union faisait la force après tout, non ? Puis de toute manière, ils avaient tous exprimé leur envie d’aller dans la même direction.
Cependant l’idée qu’elle avait soulevée la séduisait d’un certain côté. Se débarrasser de psychopathes la rassurerait… En revanche, eux sauraient quoi faire en cas d’attaque diverses… Où était le pire ? Son cœur battait à toute vitesse, tandis que sa gorge se serrait pour l’empêcher de parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin
avatar

Hypersexualité

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 158
XP : 125

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 3080 rubz

MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   Jeu 19 Aoû - 17:34

Alors que la petite troupe grimpait Liam aida Ella à enfiler un caleçon qui sur elle avait juste l’air d’un long short trop large. Ce serait toujours mieux que de se promener nue sous sa chemise et ainsi le taulard avait l’impression de mettre un peu plus de distance entre les évènements horribles de la tour de la luxure et lui. Plus la petite serait habillée et mieux il se porterait. Pendant ce temps les autres avaient aussi hissé un Jeremiah inconscient dans leur nouveau moyen de transport mais personne n’avait la présence d’esprit d’essayer de le soigner, à croire qu’il était le seul à vocation d’infirmier dans cette troupe de bras cassés. Ils étaient bien trop occupé à s’empiffrer comme des porcs sans penser aux autres, ni même à rationner… et il comptait tenir jusqu’à la côte Est comme ça ? Ca tenait de l’utopie la plus totale mais il était trop fatigué pour lâcher une remarque acide à ce propos.

Attrapant une sorte de mangue il l’ouvrit et la tendit à sa fille qui se mit à manger, puis il réitéra l’opération pour lui-même. Le fruit était bon mais la seule chose l’intéressant était cette sensation de satiété qui s’installait peu à peu alors qu’il entamait un second puis un troisième fruit avant de se décider à mettre le holà. Il profita de son repas terminé pour tasser les vêtements en surplus dans son sac sans même en proposer à William qui affichait une bien triste mine. Qu’il reste en pagne, ça lui apprendrait à prendre les gens pour des sujets d’étude, et à avoir la vie dure il pourrait finir par écrire une autobiographie et laisser la paix aux autres, allez savoir.

Au beau milieu de ses réjouissantes réflexions Selene prit la parole avec une assurance toute nouvelle pour proclamer qu’il faudrait manger (*sans blague ?*), s’éloigner (*t’as trouvé ça toute seule ?*) puis se séparer. Elle prenait comme excuse le fait que le vieillard allait prévenir la police mais il fallait se rendre à l’évidence que ce n’était qu’une fausse excuse, ce que Liam ne se priva pas de souligner avec un sourire sarcastique :

- Oh oui, un vieillard qui tient à peine debout, marchant nu sur une route pierreuse sous un soleil de plomb alors qu’il n’y a aucune circulation donc pas de risque de rencontre et que la ville se trouve à au moins 15 kilomètres de là… oui tu as raison, le temps presse. On sait jamais, qu’il apprenne à voler ou à se téléporter, ça pourrait être dangereux.

Sans parer du fait que le temps qu’il fasse l’aller retour avec des renforts plus qu’hypothétiques ils n’auraient aucun mal à prendre assez d’avance. D’ailleurs ils arrivaient déjà à une croisée des chemins qui partait dans 4 directions différentes, et à moins d’avoir assez d’hommes pour assurer toutes les options il y avait peu de chance qu’on les rattrape, surtout pour un chargement de fruits. Mais si inventer des idioties était la seule manière de donner un peu de caractère à cet épouvantail sur pattes pourquoi pas, ça la rendrait peut-être moins fade !

Il prit la route partant vers l’Est et fut interrompu dans ses sombres pensées par Jonh qui lui réclamait… son couteau ? Pour couper une pastèque ?! Le tueur haussa un sourcil plus que sceptique devant cette demande inattendue, non seulement parce qu’il était évident qu’il ne prêterait pas son arme mais aussi parce que le sang qui la couvrait ne la destinait pas à un usage alimentaire. Après une demi seconde de réflexion Liam donna les rênes à Ella pour tiera la lame ensanglanté de son sac et l’ouvrir d’un geste sec du poignet avec un sourire étrange.

- Non, mais je peux te couper une part, si ça ne te dérange pas de goûter au passage au sang de cette pauvre femme, et à celui d’autres. J’ai pas eu le temps de le nettoyer, tu m’excuseras.

Et sur ces excuses tout sauf sincères il planta la lame dans une pastèque et coupa adroitement une part qu’il tendit au dépressif avant de lui donner une paire de chaussures et de couper une seconde part de pastèque à la vue de Myia abandonnant l’idée d’attaquer un melon d’eau avec ses ongles. Il lança la part à la femme enfant pour qu’elle l’intercepte tant bien que mal avant de lui adresser un clin d’œil complice tout sauf rassurant. Et qu’on ne dise pas qu’il ne faisait pas d’effort pour la vie en groupe !

Le taulard se retourna ensuite pour reprendre les rênes des petites mains d’Ella qui n’avait pas les muscles nécessaires pour le contrôle d’un âne réfractaire. D’ailleurs il était de la même espèce que ceux du colisée et si les voyageurs l’avaient su il leur aurait suffit de quelques mots coquins pour lui faire accélérer la cadence, mais le découvriraient-ils seulement un jour ?

Les yeux fixés sur la route qui s’étendait à perte de vue au milieu de collines verdoyantes, il lui sembla repérer au loin ce qui ressemblait à une petite ville. C’était l’occasion ou jamais d’enfin dormir dans un vrai lit…

- Je crois qu’il y a une ville sur notre chemin un peu plus loin. On pourrait s’y arrêter pour discuter de la suite et soigner ce pauvre mec vu qu’aucun de vous n’a la présence d’esprit de faire un effort… à se demander ce que vous ont appris vos parents ! Lâcha-t-il, un sourire ironique étirant ses lèvres minces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: "Vers l'infini et... l'au-delà?"   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Vers l'infini et... l'au-delà?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose :: Continent Chimérique :: Plaine aux collines - Monts Olympiens-