AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Job : Opération sauvetage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dr. Parkinson
avatar

Nombre de messages : 337
XP : 230

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Job : Opération sauvetage   Ven 9 Avr - 19:47

La nuit vient de tomber sur l'étouffante jungle Pazthèque entourant Miquitzli et seule la lumière des torches vous permet de discerner la présence de votre employeur dans l’obscurité peuplée de bruits étranges et inquiétants. Tonatiuh, homme grand et maigre aux joues creuses vous fixe de ses prunelles noires non sans un dépit qu’il ne tente même pas de cacher. Il faut dire que la vue même de Shannon dans cet environnement ferait douter n’importe qui, mais il finit par hausser les épaules et leur faire signe d’avancer vers lui avant de désigner la ville au loin, surplombée par une pyramide aztèque.

Des flots de lumières coulaient dans les rues en effervescence et malgré la distance qui les en séparait nos amis pouvaient entendre la musique qui flottait dans l’air : à n’en pas douter c’était un soir de fête pour les Miquitzliens !

L’air sombre de leur employeur contrastait d’ailleurs d’une manière frappante avec l’ambiance qui régnait en ce lieu, et il ne perdit pas de temps en leur expliquant directement le pourquoi de leur présence.

- Bonsoir. Comme vous pouvez le voir la fête en l’honneur de Tezcalipoca a déjà commencé et elle durera jusqu’à l’aube, moment ou ils sacrifieront le plus beau des esclaves ainsi que 4 jeunes filles en haut de cette pyramide. C’est là que vous intervenez. Vous devrez les sauver.

Plus facile à dire qu’à faire me direz vous ? En effet, mais il faut bien mériter son salaire !

Tonatiuh se pencha pour se saisir d’un sac à ses pieds et en sortit 4 tenues locales afin que nos amis ne détonnent pas au milieu de la foule ainsi qu’une sorte de fond de teint destiné à les matifier. Les vêtements se résumaient à peu de choses : pour Maxim il n’y avait qu’un maxtatl (pagne faisant le tour de la taille, passant entre les jambes et retombant des devant et derrière) grossièrement décoré, et pour les demoiselles un cueitl (une longue robe) et un huipil (une blouse) pour le moins sommaire. L’aztèque leur désigna avec un empressement teinté d’impatience un fourré derrière lequel se changer.

- Rendez-vous présentables, et vite.

Le temps était précieux, il ne fallait pas le gaspiller en blabla inutile. Il profita donc de leur séance habillage pour entre des les détails.

- Ma fille est l’une des 4 choisies pour devenir femme symbolique de Tezcalipoca, et pour ça elle doit mourir. Je ne peux laisser faire ça ! Plus vous sauverez de monde moins je serais suspecté, votre salaire ressentira donc la brillance de vos résultats. Il vous faudra vous faufiler jusqu’aux cellules des esclaves et prisonniers de guerre situé au pied de la pyramide et en faire s’échapper le jeune homme destiné au sacrifice. Ensuite vous devrez vous rendre jusqu’à la chambre des femmes mais… je ne sais pas exactement où elle est. Je compte sur vous pour régler ce genre de détails.

Nos voyageurs enfin prêts, il confia à chacun des quatre compagnons ressortis des fourrés un couteau à lame de pierre et les poussa rudement en avant. Allez hop, au boulot !

- Bon courage, je compte sur vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnose.hypeforum.net
Shannon Ciccone
avatar

Cacophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 67
XP : 44

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 100 rubz

MessageSujet: Re: Job : Opération sauvetage   Dim 11 Avr - 0:38

Lorsqu’elle avait écrit sa lettre de motivation, Shannon ne pensait pas un mot de ce qu’elle rédigeait alors. Elle aimait aider à condition de ne pas avoir à trop se fouler, et elle s’était inventé un lien de parenté avec son idole à cause de leur nom. Plus que de ne pas le penser, c’était tout à fait le contraire qu’elle s’imaginait : elle voulait gagner de l’argent.

Lorsqu’elle vit ses compagnons, elle fut dépitée : il y avait un mec plutôt mignon (qui était d’ailleurs le père d’origine d’Ella, et qui lui avait couté une jupe), qu’elle se rappelait avoir vu s’évanouir mais avec qui elle ne pouvait rien imaginer, accompagnée de deux filles, dont une qui n’était autre que… Cyanur, la phobique des poupées qui l’avait volontairement provoquée dans le bateau. Elle eut envie de faire demi-tour, mais pensait à tout l’argent qu’elle pourrait se faire.

C’était vraiment bien parti… De toute façon qu’aurait-elle pu espérer d’autre ? Elle ne s’entendait avec personne, et ses relations avec Dakota s’étaient dégradées au fil du voyage, à cause notamment du comportement ingrat de la gamine et des boulettes qu’elle n’avait cessé d’accumuler. Elle ne cessait de faire du tort à Shannon, et lorsque cette sale gosse cassait une assiette, elle faisait porter le chapeau à la jeune femme. Du moins, c’est ce qu’elle croyait. Shannon avait été sujette à quelques malaises et hallucinations. En réalité, elle avait causé pas mal de tort à ses comparses, mais involontairement.

Dakota étant la seule personne avec qui elle avait eu des contacts quelques peu approfondis, était suivie de près par Liam, et enfin par Cyanur. Tous les autres étaient insignifiants. Un sur trois, c’était déjà pas mal… Elle aurait tout de même préféré tomber sur le taulard. Cette mission aurait pu être le moyen d’établir de travailler sur leurs relations…

Une fois sur place, un homme les accueillit de manière plus ou moins douteuse. Shannon était quelque peu effrayée, et ce sentiment était renforcé par les regards qu’il lui lançait. Qu’est-ce qu’il voulait ? Elle savait très bien qu’elle était belle.

Lorsqu’il évoqua le sujet de la mission, ou plutôt lorsqu’il commença à parler, Shannon blêmit. Elle se figea et se sentit glacée. Il fallait… sauver des gens… ? Elle avait apparemment mal compris le but de ce job. Elle pensait apporter un soutien moral à des victimes déjà passées, mais pas les sauver… ou plutôt dans un sens métaphorique.

Elle pensait que l’horreur avait atteint son apogée et qu’à partir de maintenant elle avait tout vu, mais il suffit que le type sorte des tenues affreusement laides pour qu’elle lâche :

Han !

C’était laid. Si Shannon avait été un vêtement, elle aurait été une marque chère et peu accessible, du luxe quoi. Quant aux moches, ils seraient ces… choses. Elle se calma, tentant de chasser le souvenir de Dakota, ou plutôt Scylla, de son esprit. Elle se convainc finalement de le faire, et en profita pour se déshabiller de manière plus ou moins provocatrice devant Maxim, tentant d’attirer son attention, mais toujours de façon tout à fait naturelle qui ne laissait pas transparaitre le fait qu’elle cherchait à se rendre intéressante. La jeune femme ne se gênait pas pour prendre son temps pour se déshabiller et enfiler les horreurs fournies par celui qui leur avait ordonné de faire vite, et vers qui elle se pencha pour chuchoter :

Je vous confie mes affaires. Prenez en bien soin s’il-vous-plait, ce sont les seules que j’ai et je ne veux pas les perdre. Elles ont une valeur… affective.


Elle ajouta un sourire honnête et confiant, qui suivait assez bien ses sourires enjôleurs. Elle doutait que ça marche, à moins qu’elle ne lui ramène sa fille vivante. Elle gardait tout de même une lueur d'espoir quant au cachet qu'elle recevrait si elle faisait bonne impression.

Elle avait pris soin de prendre son miroir, mais ne trouva pas de poche. Tenue de merde… A défaut de la laisser, elle le cacha dans son soutien-gorge. Il avait également une valeur affective mais pourrait peut-être se révéler utile pour cette mission. Elle refusait cependant de se regarder sauf si cela était nécessaire. Et encore… Elle ne voulait plus être moche. Plus jamais. Elle avait trop souffert des réactions lors de ses transformations. Autant dire qu’ici, son égo était mort.
Elle avait aussi pris les menottes qu’elle avait reçues dans le bateau de la part d’une fée. Elle pensait que c’était une autre hallucination et qu’elle les avait simplement trouvées. Sa poitrine n’était pas trop disproportionnée, pas mal camouflée par sa tenue. Cependant, son sein gauche était glacé par le métal des menottes.

Avant qu’ils ne partent, l’autre leur confia qu’il comptait sur eux. Shannon lui sourit.

Moi aussi !

Elle accompagna sa réplique d’un clin d’œil complice, regardant ses vêtements abandonnés par terre.

C’était peut-être le dernier sourire qu’elle tirait. Elle s’arrêta, regarda ce qui restait de son corps et lâcha :

Mon dieu… Je ressemble à un arbre

Les larmes lui montèrent aux yeux. Elle était mal habillée, et avait terriblement peur pour sa vie. Bien entendu, les autres n’y verraient que du feu et penseraient qu’elle pleure parce qu’elle portait de la merde. Ils étaient tous comme ça : incapables de voir plus loin que les apparences, et c’était eux qui se prétendaient honnêtes. Shannon regrettait déjà ce travail. Elle y laisserait très probablement sa peau et ne mourrait sans aucun souvenir agréable de ce monde. Elle ne serait même pas regrettée par ses compagnons. Personne ne la regretterait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxim Forester
Administrateur
avatar

Trouble obsessionel compulsif

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 550
XP : 106

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 807 rubz

MessageSujet: Re: Job : Opération sauvetage   Dim 11 Avr - 16:06

Maxim battait nerveusement des mains pour chasser les moustiques aussi gros qu'une main qui venait littéralement pomper son précieux sang, et pour écarter les satanées branches qui entravaient leur progression. Fichus arbres, franchement, qu'est-ce qu'ils foutaient en pleine jungle... Tant bien que mal, il aboutit enfin devant le commanditaire de la mission de sauvetage. Ah, on y était. Sur le papier, cela semblait une oeuvre forte alléchante, mais devant le fait accompli, la mission commando commencer à le stresser. Oui, il risquait une nouvelle fois sa vie, et ça le prenait aux tripes. Ce n'est qu'en voyant sa tenue ridicule qu'il cessa d'avoir peur...

« Se fondre dans la masse... avec un string en feuille de palmier ? »

Il prit sa combinaison de combat du bout des doigts, refrénant une grimace incommodante, ce n'était pas son genre de faire la précieuse. Il alla se réfugier derrière une touffe de bruyère pour se changer. Charmant, tout à fait charmant. Avec toutes les cicatrices qui le sillonnaient, il était sur d'être aussi discret qu'une mouche sur un vidéo projecteur, une vraie star à l'écran. Et puis il manquait un brin de maquillage, et quelques kilos en moins. A Miquiztli, on crevait la dalle, eux, à côtés des autres, passeraient pour des obèses... Espérons que la nuit et le reflet des flammes dansantes créent l'illusion.

Il admira ses deux comparses féminines qu'il ne connaissait pas... et que donc par principe il n'aimait pas. La blonde faisait un peu cruche, et l'autre avait l'air du genre qu'il n'aimait pas : au quart de tour. Mais elles avaient au moins de la chance, elles étaient décemment couvertes. On ne voyait pas leur maigre musculature qui par ailleurs avait gonflée de façon irrégulière. Il se sentait de plus en plus con... bref, au moins cette mission aurait pour mérite de l'achever...

Il saisit le couteau en obsidienne que lui donna tonatiuh en le regardant l'air d'un con : Tu veux que je le cache où ducon, dans mon troulouloulalaïtou ?

Il observa à distance respectable le peuple qui faisait la fête pré-sacrificielle. Ils remuaient leur panier à crotte d'une façon impressionnante ! Il se demandait comment il allait pouvoir se rendre parmi eux sans passer pour un manche à balai.

« J'espère que vous avez le rythme dans la peau, parce que pas moi... »

Lança-t-il désespérément sans regarder à qui il parlait.

*Allez, rappelles-toi ce film, où il y avait un mec en vert qui faisait danser tout les flics qui le cernaient... C'était... THE MASK, avec Jim Carrey... 3, 4 tu-tululu tululu tululu tulu-tulu tululu Jé souis Sancho dé Couba, Jé le sang chaud pour la rumba, à jouer des maraccas je fais chik chikiboum chik chikiboum !*

Et c'était partit pour se mettre dans l'ambiance, remuer son popotin et avancer mine de rien vers l'assemblée meurtrière. D'aucun qui connaissait Maxim n'aurait cru à ce qu'il venait de voir. A croire que c'était la tenue qui faisait ça. Il se sentait déjà ridicule en pagne, et n'en était pas encore mort, alors autant aller jusqu'au bout du costume...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brooke Klein
avatar

Cymophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 228
XP : 51

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 100 rubz

MessageSujet: Re: Job : Opération sauvetage   Dim 2 Mai - 18:46

  • Bien, bien. Brooke essaya de résumer mentalement. Il y a quelques semaines, elle avait envoyé une lettre de motivation pour un job qu'elle avait choisit uniquement parce qu'il payait bien. N'ayant pas eu de nouvelles, cela lui était complètement sortit de la tête. Mais il y a quelques jours, elle avait reçu une réponse lui disant qu'elle avait été choisie pour remplir cette mission. En arrivant sur les lieux, le point de rendez-vous, elle avait vite déchanté. Il s'agissait d'une forêt inhospitalière. Et ils allaient devoir sauver des inconnus de la folie furieuse d'un peuple... Leur guide, qui était aussi leur employeur, leur tendit ce qui ressemblait à des vêtements locaux. La jeune américaine hérita d'une robe légèrement trop petite pour elle ainsi qu'une blouse trop grande. S'éloignant un peu du groupe, elle se changea rapidement : la robe lui arrivait bien au-dessus des genoux, et les manches, n'en parlons pas... La blouse, elle, lui descendait jusqu'à la taille et ses mains disparaissaient dans les manches trois fois trop grandes. La soirée avait à peine commencée que Brooke était déjà de fort mauvaise humeur. Elle rejoignit ses compagnons de fortune et les examina pour la première fois. Eux aussi étaient vêtus d'habits complètement ridicules. Elle ne connaissait aucun de ses "collègues". Elle remarqua aussi qu'il n'y avait qu'un homme. Et enfin, elle conclut qu'ils étaient vraiment mal barré.

    Le jeune homme justement, se mit à remuer furieusement en se dirigeant petit à petit vers la foule. Hum, il voulait sans doute la traverser l'air de rien, et se diriger ensuite vers les cellules où se trouvaient celles qu'ils devaient sauver. Ce n'était pas idiot... Et cela aurait même pû paraitre trop facile. Mais Brooke était une fille qui détestait danser et surtout, avoir l'air d'être tout droit sortie de l'HP. La prochaine fois qu'elle enverrait une lettre de motivation, ce serait pour un job qui ne comporterait aucune contrainte, ni aucun danger. Hum, l'américaine risquait de se retrouver très vite au chômage... Enfin, l'heure n'était pas aux projets d'avenir, car elle n'était même pas sûre d'avoir un quelconque avenir à vivre. Elle décida que, là où elle en était, le ridicule ne risquait pas de la tuer. Alors elle suivit les traces de Maxim et se dirigea du mieux qu'elle pouvait vers l'assemblée, en dansant comme une idiote. Bien vite, elle rattrapa l'homme et elle lui glissa à l'oreille :

    -T'a un plan pour nous sortir d'ici ?

    Elle espérait vraiment qu'il est une idée, n'importe laquelle pourvu que ce n'était pas trop tordu. Elle jeta un rapide coup d'oeil en arrière, pour voir si les deux filles restantes suivaient bien. De là où elle était, elle n'aurait pû en juger. Un inconnu en jupe de feuilles de palmiers et torse-nu l'alpagua, mais elle se planqua derrière Maxim avant qu'il n'est eu le temps d'ouvrir la bouche. Son coeur battait à sang à l'heure, le sang bouillonnait dans ses veines, son pouls était on ne peut plus irrégulier... Brooke eut soudain envie d'aller récupérer ses vêtements qu'elle avait abandonné derrière un buisson, et de partir sans plus donner de nouvelles. Après tout, elle n'en avait rien à faire de sauver ces quatre jeunes filles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shannon Ciccone
avatar

Cacophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 67
XP : 44

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 100 rubz

MessageSujet: Re: Job : Opération sauvetage   Ven 18 Juin - 19:25

Les voilà en plein cœur de la fête… Autant dire qu’elle commençait sérieusement à flipper ! Elle semblait paralysée parmi ces étranges personnes qui dansaient de manière toute aussi bizarre.

Elle n’était pas vraiment aidée non plus ! Shannon fit une nouvelle fois le tour de ses comparses : il y avait Maxim et une autre fille, qui faisaient partie du groupe d’esclaves qui avait justement échappé à leur destinée. Ouf ! L’autre, c’était Cyanur. Ok… Rien de nouveau, elle les avait déjà examinés lorsqu’elle était venue ici. Mais elle venait tout juste de se rendre compte à quel point ils étaient dans la merde, pour de vrai.

Qu’est-ce qui lui avait pris de postuler pour ce genre de job ?! Elle n’avait aucune aptitude spéciale, si ce n’était qu’elle était assez douée pour vendre sa personne et son corps. Ah, ça oui, elle était même passée pro dans l’art de se faire avoir ! Liam pouvait en témoigner, d’ailleurs.
Bien qu’elle était résolue à ne plus se donner de la sorte, elle craignait que ce ne soit la seule chose qu’elle était en mesure de faire ce soir. Elles n’avaient qu’un homme. C’était sur lui que tout reposait.

D’ailleurs, Brooke le collait un peu trop à son goût. Qu’est-ce qu’elle essayait de faire au juste ? Se le mettre en poche ? Elle ne savait pas du tout comme s’y prendre et n’y réussirait sûrement pas de toute manière. Ce type devait être homo ou asexué, mais il semblait complètement insensible aux charmes de Shannon.
Ah non, il y avait bien une chose qu’il appréciait : Hildegarde. L’inaccessibilité devait l’exciter, et Brooke n’avait pas cette armure de glace nécessaire pour charmer le jeune homme, c’était donc vain. Elle ferait mieux de se bouger au lieu de continuer ses tentatives de séduction foireuses.

Shannon se trouvait à côté de Cyanur. Elle ne savait pas quoi faire, mais elle donna un coup de bassin à sa comparse et lui chuchota aussi discrètement que possible :

- Mettons le feu, c’est tout ce qu’on peut faire, laissons-les s’occuper du reste…

En fait, la jeune fille n’avait surtout pas envie de se fouler et de risquer sa vie pour sauver quelqu’un qu’elle ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam. Bien sûr, le message de son père l’incitait à vouloir réussir cette mission, car il fallait avouer que c’était assez touchant. Mais s’il fallait choisir entre la vie d’une inconnue et la sienne, alors le choix était vite fait…
Il y avait aussi là le fait qu’elle se trouvait tout à fait inutile. Elle était incapable de faire autre chose que ce qu’elle faisait en ce moment même : se donner en spectacle. De toute façon, Brooke et Maxim avaient l’air lancés. Autant se répartir les tâches !

La jolie blonde poussa un cri strident pour attirer l’attention sur elle et sa comparse. Dans le monde réel, c’était un cri de hyène, ou plutôt de pouffe en boîte. Elle regretta de l’avoir laissé sortir aussitôt celui-ci fini. Mais il fallait désormais bouger son cul !
C’est ce qu’elle fit. Autant dire que le numéro qu’elle leur offrait était assez olé-olé. Elle se touchait les fesses tout en remontant ses mains le long de son corps de façon pour le moins suggestive, tout en tentant de rester le plus sensuelle possible. Leur monde était-il contrôlé par le sexe comme celui duquel elle venait ? Elle allait vite le savoir.

Elle ne savait désormais pas si la brunette suivait ou non, mais c’était trop tard pour elle. Elle ne cessait de danser et de pousser des petits cris pour mettre l’ambiance, le sourire aux lèvres. Bizarrement, il s’agissait là d’un sourire tout ce qu’il y avait de plus sincère.
Bien entendu, elle éprouvait toujours la peur d’être découverte et de se faire tuer, notamment à cause de son corps bien en chair comparé à celui des habitants locaux. Mais l’idée de perdre la vie ce soir était tout simplement inconcevable à ses yeux. Elle en avait peur, mais n’y croyait pas. Quelque chose la sauverait forcément in extremis.
En tout cas, elle se donnait complètement. On aurait réellement dit qu’elle faisait la fête, oubliant le contexte pour le moins morbide.

Mais elle y repensa tout à coup : leur guide ne leur avait-il pas dit qu’ils allaient sacrifier le plus beau des esclaves ? S’il était aussi beau qu’il l’affirmait, il fallait absolument le sauver ! Il aurait une dette envers Shannon, en quelque sorte… Si c’était un robuste gaillard, elle pourrait lui demander de tuer Liam !

A cette idée, le derrière de la grande Barbie ne répondait plus et se laissait aller à une danse complètement désordonnée. Elle était déchainée. Elle se rappelait également que dans son soutien-gorge se trouvait son arme la plus utile : son miroir de poche. Si les choses dérapaient vraiment, elle pourrait toujours se transformer pour détourner l’attention…
Mais uniquement en cas de force majoritairement majeure ! Il était hors de question qu’elle s’enlaidisse gratuitement. C’était la raison de sa présence ici : la mocheté, le plus grand fléau de l’humanité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxim Forester
Administrateur
avatar

Trouble obsessionel compulsif

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 550
XP : 106

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 807 rubz

MessageSujet: Re: Job : Opération sauvetage   Ven 2 Juil - 19:48

Maxim se non-déhanchait, il était semblable à une planche pour mimer la frénésie de son corps dans une danse raide et arythmique. Il affichait son plus beau sourire crispé à tous les autres fêtards, qui dansaient et affichaient une joie sans retenue, sans doute due fait de ne pas avoir été sélectionné pour le rituel. Il avançait ainsi tant bien que mal dans la cohue et le brouhaha jusqu'à être rejoint par sa collègue. La question le mina sur place.

"... Non."

Réponse simple mais précise. Non, il n'avait pas de plan, celui qu'il venait d'improviser ne servait qu'à rentrer dans la prison où était retenu l'esclave, et ce de manière improbable. Après il fallait trouver la chambres des quatre gonzesse que même le commanditaire ne connaissait pas la localisation.

"On est dans une sacré merde en fait."

Il avait dit ça au même moment où un autochtone approchait de Brooke. Elle se planqua derrière lui. Chouette, il faisait quoi maintenant le Maxim. Il réfléchit un instant, puis se dit que finalement, ce n'était qu'une bande de sauvage, autant agir primitivement pour faire passer le message. Il fit plusieurs coups de reins vers l'avant en émettant des "Ouh-Wouh !" bestiaux. L'importun le considéra un instant puis lâcha un grave : "ok doucement mec, je suis suis pas de ce bord là moi" avant de partir...

Pour quoi passait-il bon sang, cette mission le mettait vraiment dans une salle situation. Le pire, c'est qu'il se rendait compte de son erreur, ils n'étaient pas qu'une bande de sauvage. Enfin, vu leur rituel, ils étaient barbares, mais pas primitifs. La communication serait plus simple.

Les percussions accompagnaient toujours la musique quand Maxim arriva en fin de foule, non loin de la paroi de la pyramide, où deux braséros bordaient une entrée dont un tapis faisait office de porte. C'était une entrée comme une autre... mais fortement visible. Comment y entrer incognito, et surtout comment être sûr de ne pas tomber nez à nez avec un chien de garde nerveux et armé jusqu'aux dents ? Baf, inutile de se poser trop de questions, on ne leur avait pas donner le kit du parfait espion pour cette mission. Tant pis pour eux, pour avoir de bons résultats, il fallait donner de bons moyens...

Il attrapa le poignet de Brooke et la tira hors de la foule. Par un bref coup d'œil, il s'assura que tout le monde était concentré sur la dance-party et s'infiltra le plus discrètement possible sous le tapis.

C'était un couloir sombre dont l'air frais contrastait avec la chaleur humaine de dehors. Il fallait un temps d'adaptation pour que les yeux se fassent à l'obscurité, et ainsi repérer quelques détails dans ce boyau de pyramide. Il y avait des glyphes gravées sur les parois, et des masques tribaux de cérémonie. Où est-ce qu'ils étaient ? Il murmura à ceux qui l'avaient suivis :

"Le mec a bien dit que les cellules des prisonniers étaient au pied de la pyramide. Alors où c'est bordel..."

Il avançait à pas de loup dans la pénombre et serra le couteau en obsidienne qu'il avait coincé dans sa "ceinture" pour se rassurer. L'utiliserait-il vraiment ? Car qui disait prison, disait gardiens... Il secoua la tête pour chasser les pensées parasites, un carnage ne serait pas de rigueur, ni à son goût... trop peur de rendre ça vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Job : Opération sauvetage   

Revenir en haut Aller en bas
 

Job : Opération sauvetage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose :: Continent Chimérique :: Miquiztli-