AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un rendez-vous bien mouvementé...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar


MessageSujet: Un rendez-vous bien mouvementé...   Lun 31 Aoû - 20:54

Les médecins étaient venus chercher Ryld dans sa chambre d'hopital et le firent monter dans une voiture spéciale. Celle-ci était faite à la manière des voitures de polices: une grille séparait le conducteur de l'arrière du véhicule et deux autres protégeaient les fenêtre. De plus, les portière n'avait pas de poignées intérieures afin que le sujet ne puisse s'enfuir. On avait vraiment tout prévue pour le transport en sachant que Ryld pouvait être violent. Seulement une chose avait été omise exprès ou non: on n'avait pas prévenue le jeune homme de la destination. Cela le mettait dans un état exécrable et il ne cessait d'insulter le conducteur ainsi que son collègue à côté.
Soudain, à côté de Ryld apparue une créature étrange. On aurait dit un mélange d'homme et d'un insecte, plus précisément une blatte ou un cloporte. Lorsque le monstre tourna la tête vers lui, le jeune homme remarqua deux énorme mandibule qui claquaient en signe de faim ( ou du moins ce qu'il interprêta comme de la faim). L'hybride se rapprocha de Ryld qui se mit à hurler de terreure et à frapper l'aire devant lui, persuadé de donner des coups à l'immondes bêtes. Attiré par les cris, le médecin passager tourna la tête et aperçu Ryld qui gesticulait dans tous les sens et se battait face à un ennemi invisible. Secouant la tête, il se retourna vers son confrère:


" C'est de pire en pire. J'espère que le psy pourra faire quelque chose..."

Attirer par cette remarque, Ryld tenta de maitriser son adversaire et hurla à ses gardiens:

" Je ne suis pas fou ! Vous le voyez bien ! Cela arrive fréquement, heureusement que moi je suis là pour VOUS aider ! "

Un blanc de trente seconde s'installa avant que l'insectoïde ne reprenne une lutte acharnée.
Puis au bout de plusieurs longues minutes, le cloporte géant s'évapora comme s'il n'avait jamais existé. Ryld se calma alors, il avait l'habitude de ce genre de réaction de la part de ces créatures. Elles venaient et lorsqu'il les battait, elles repartaient. Seuelement parfois il s'agissait d'araignées ! Ces créatures qui sous leurs airs animal tentaient de l'amadouer...
Ryld fut soudain interrompue de ses pensées par l'arrêt du moteur. La voiture ne roulait plus et s deux médecins descendirent. l'un d'eux s'approcha de la porte côté trotoire tandis que l'autre se préparait derrière. Lorsque le premier ouvrit la porte, le jeune homme s'élança tel un boulet de canon afin de s'enfuire. Il n'avait pas mérité ça, il voyait des choses que les autres ignoraient et pour cette raison, on l'emprisonnait ? C'était interdit, on n'avait pas le droit de faire ça ! Quoi qu'il en était, pour le moment il était maintenue par les deux solides médecins qui semblaient droit sortis d'une salle de musculation. Les deux hommes le trainèrent en direction d'un immeuble sur la porte duquelle une plaque annonçait: Docteur Parkinson, psychologue.
Parkinson ? ce nom lui disait quelque chose. N'était-ce pas l'homme qui était venue le voir pour lui dire qu'il avait un moyen de le guérire ? Mais s'il n'était pas malade, il n'y avait pas besoin de remède. De toute façon l'hypnose ne pourrais pas lui faire de mal et ainsi tout le monde verrait qu'il n'était victime d'acun trouble mentale...
On fit monter Ryld au troisième étage où on le fit pénétrer dans une sorte d'appartement, l'emmena dans une salle d'attente après l'avoir annoncé et le relacha doucement. En effet lorsqu'il s'était aperçu du but de leur voyage, Ryld s'était soudain calmé. La secrétaire vint les chercher une minute plus tard pour leur annoncé que le Docteur était prêt à recevoir le jeune homme. Elle pria aussi les deux accompagnateurs de rester là et mena elle même le patient jusqu'au cabinet....

Lorsqu'il pénetra dans la pièce, Ryld remarqua tout de suite l'homme qui se tenait debout derrière un massif bureau en chêne. Cet homme, le Docteur parkinson, semblait en pleine force de l'âge et le regardait avec curiosité, comme s'il cherchait à analyser son comportement. Il tenait un calepin à la main sur lequel il commença à griffoner avec une frénésie non retenue. Ryld se désinterressa alors du personnage et laissa son regard vagabondé. Sur le mur de droite une gigantesque bibliothèque trônait, présentant un nombre d'ouvrage sur la psychologie impressionnant. Sur certaines de ses étagères, des trophées de divers concours et des diplômes encadrés s'offraient aux regards, témoignant des compétences du psychologue. Derrière l'homme, dans le mur, s'ouvrait une vaste fenêtre qui laissait entrée la lumière du soleil matinal. Pour finir, collé au mur de gauche, un divan attendait que les patiens daignent l'utiliser.
Lorsque le Parkinson releva la tête, il eut un sourir chaleureux et invita Ryld à s'approcher du sofa d'un geste de la main:


" Bonjour et bienvenue Monsieur Entrerie si je ne m'abuse. Je vous attendais. Allongez vous je vous pris et commencez par me raconter les grandes lignes de votre vie ainsi que ce que vous pensez de la raison de votre présence ici..."

Ryld s'éxecuta et entamma un long discours qui lui prit bien une vingtaine de minute. Lorsqu'il parla, il fit très attention aux termes qu'il choisissait car lui même était assez bon en psychologie verbale et gestuelle. C'est pourquoi il tenta de paraitre aussi normale que chacun. Il termina sonmonologue par le fait qu'il ne comprenait pas les raisons de son internement et de sa présence. Pour lui ses parents avaient du vouloir se débarrasser de lui car il n'avait rien de plus que les autres...
La réponse ne se fit pas attendre:


" Et bien nous allons voir ça. Si vous ne souffrez de rien, je le verrai bien...
Je vous prierais de bien vouloir fixer le pendule et rien d'autre ainsi que de vider votre esprit. Le reste se fera de lui même... "

Il s'approcha doucement et commença à balancer un pendule sous les yeux de son patient. D'une voix calme et apaisante il commença alors un décompte en partant de dix. Avant qu'il n'arrive à trois, Ryld s'échappait déjà de son corps...
Revenir en haut Aller en bas
 

Un rendez-vous bien mouvementé...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose :: San Francisco :: La zone huppé-